Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #Mes chats d'occasion

Fifi la sauvage!

Elle était si sauvage qu'elle se cachait dans le grenier. L'hiver il n'y a pas de chauffage dans ce grenier, c'était tout une histoire pour l'attraper! Je m'asseyais par terre et j'attendais . Elle arrivait, se frottait à moi, un peu. Et puis je la gratouillais et enfin, j'essayais de la prendre. Mais vu que j'avais les jambes allongées, il m'était difficile de me relever avec elle dans les bras. Il fallait bien calculer le moment . Et hop, une fois que c'était fait je l'emportais dans la très grande chambre au même étage, et là elle était au chaud. Elle avait le lit pour elle seule et là on pouvait la caresser!

 

 

 

 

Un des rares dessins que j'ai faits sur mes animaux!

Un des rares dessins que j'ai faits sur mes animaux!

Fifi la sauvage

 

Surnoms : Fine mouche, Finoussou, Fifi-tounoussou

 

Fifi est arrivée chez nous en 1982 dans une sacoche de cyclomoteur. C’était un petit bout de bébé chatte gris clair et blanc. Elle avait été trouvée (par une amie de Patricia qui allait encore à l’école), nichée dans le moteur d’une voiture. Et bien sûr, personne ne voulait de cette petite bête. Alors Patricia a fini par demander à son amie de lui emmener la chatte mais pauvre petite, elle l’avait enfermée dans sa sacoche de mobylette. Patricia a eu du mal à l’apprivoiser mais avec de la patience on réussit toujours, surtout avec l’aide d’Ati qui était devenue sa mère adoptive.

Pour les vacances, nous avions l’habitude de camper. Que faire de nos félins ? La seule solution, nous emmenions la chienne mais nous laissions les chats. Mes beaux-parents habitaient derrière chez nous et les chats connaissaient leur maison. Ils étaient chez eux, là aussi. Mais cette année là, nous avons décidé de changer. Nous avons acheté un terrain à Arthon et avons installé un garage/bungalow. C’était parfait, nous allions pouvoir commencer à emmener nos chats. Nous avons essayé avec Fifi car elle était encore toute jeune, elle avait à peine six mois. La joie dans le terrain ! ! Dans la journée elle se cachait dans la haie, et le soir elle rentrait dormir avec nous et surtout sous les draps. Entre parenthèse, là aussi, nous avions prévu une chatière. Le plaisir de Michel pour la faire rentrer le soir : imiter le bruit des sabots de cheval par terre, ça résonnait et notre puce cavalait à toute vitesse vers le bungalow. Nous sommes rentrés, notre petite mère nous a fait des petits, nous en avons gardé un. Il était adorable, gris. Son nom : Mamif. Il était très câlin. Un dimanche matin que nous étions dans le jardin Patricia et moi, il est venu jouer avec nous, s’est frotté à nos jambes comme s’il voulait nous dire adieu. Il est parti et nous ne l’avons jamais revu. Il avait un an. Evidemment, on a fait des recherches dans le quartier mais peine perdue. Nous avons fait opérer notre puce pour que nous ne soyons plus tentés de garder de bébés. (Suite plus bas!)

Fifi, silver short hair tabby. Mais est-ce une race à pedigree? elle n'en avait pas. J'en ai eu deux comme ça arrivées chez nous, par hasard!

Fifi, silver short hair tabby. Mais est-ce une race à pedigree? elle n'en avait pas. J'en ai eu deux comme ça arrivées chez nous, par hasard!

Notre petite Fifi devenait de plus en plus sauvage. A la maison, nous avons à l’étage une grande chambre et un grand grenier bien éclairé et aéré. Notre Fifi a pris l’habitude d’y dormir avec Ati. Elle ne descendait que la nuit pour dormir avec nous. Et puis, le temps a passé, d’autres chats sont arrivés et elle s’est de plus en plus cachée en haut. Il a fallu que l’on ferme la porte pour que les autres n’aillent pas lui faire de mal car elle devenait leur souffre-douleur. On avait de la peine à la prendre quand elle avait besoin de soins, mais au moins elle était tranquille. Quand elle avait besoin de compagnie, elle nous appellait et nous montions, et là elle se laissait grattouiller.

Une année, où nous étions partis en vacances à Arthon et que Patricia était de garde à la maison, Fifi a réussi à sortir de son pigeonnier et est allée se cacher sous l’appentis, et en plus dans un endroit inaccessible : sous un petit pressoir. Elle devait être inquiète de ne plus nous voir et a préféré sortir. L’inconvénient, c’est qu’on ne pouvait plus la récupérer. Nous avons été obligés de rentrer plus tôt. Quelle patience il m’a fallu ! Et quand j’ai réussi à l’extirper de son coin, elle s’est cachée contre moi, puis tout d’un coup, elle a pris peur et m’a labouré le bras. Je ne l’ai pas lâchée, ses griffes toujours enfoncées dans ma chair. C’était horrible, mais je tenais bon. Elle s’est retrouvée en sécurité. Mais le lendemain mon bras était enflé, les balafres allaient de la main jusqu’au coude et en profondeur et j’avais de la fièvre. Quand le médecin, qui ne devait pas aimer les chats, a vu les dégâts, il s’est mis en colère, m’a fait plusieurs piqûres disant qu’il n’était pas permis de se mettre dans cet état à cause d’un animal. J’avais un tendon atteint, le bras bandé du pouce jusqu’au coude, mais heureusement tout est revenu dans l'ordre. Des cicatrices en sont encore les témoins.

Le soir, elle attendait que son maître se couche. Une fois qu’il était installé avec son livre devant lui, elle sautait sur le lit, attendait un petit moment que tout fût bien calme, s’approchait de lui, le regardait, avançait. Son museau s’allongeait et gentiment elle lui collait un gros bisou ventouse et humide sur la joue et allait s’installer au pied du lit. Elle avait presque dix-huit ans, et marchait en claudiquant, surtout quand elle se levait après une bonne sieste. Et puis elle avait aussi une tumeur à l’épaule depuis plusieurs années. Il n’y avait rien à faire. Même si on la faisait opérer, cela reviendrait aussitôt. Vu son comportement il valait mieux la laisser en paix nous avait dit le vétérinaire. C'était cancéreux.

La plaie s’agrandissait de plus en plus, ma vieille chatte faiblissait. Elle nous a quittés un jour que j'étais partie en stage de peinture . Le matin , elle était encore consciente, l'après-midi elle dormait du dernier sommeil. Mais je m'en suis voulue de ne pas avoir été près d'elle pour recevoir son dernier soupir. On était en 2000, le 22 juin!.

Extrait de mon livre: Une bien belle petite famille

Les chats de ma vie: Fifi la sauvage

Commenter cet article

Lorraine 26/10/2013 18:00

Tes histoires de chats sont toujours très émouvantes; on sent tellement que tu les aimes! Ta Fifi a vécu longtemps, malgré son retrait du monde. Elle n'aimait que vous, c'est sûr et vous l'a prouvé par sa façon d'être caressante et présente.Leur fin nous fait toujours très mal, même si quelquefois il vaut mieux qu'ils s'en aillent pour ne pas souffrir inutilement. Merci, chère Yvette, pour ces chapitres si évocateurs.
Bisous,
Lorraine

Yvette 27/10/2013 18:32

J'ai de gros problème sur mon ordi, un méchant virus. Je suis sur celui de mon mari mais il n'est pas configuré de la même manière que le mien, alors je passe plus de temps. Mon technicien personnel "mon petit fils" va venir mais comme je ne veux pas lui gâcher ses vacances je lui ai dit que ce n'était pas pressé. et voilà !!!

MarineLou 26/10/2013 08:28

Ah ça j'ai trouvé c'est pour mettre l'avatar "overblog" je n'avais jamais cliqué au dessu de la fenêtre de coms

Marine D: 26/10/2013 13:07

Je ne m'en préoccupe pas, je t'ai répondu là-dessus Yvette, maintenant je ne sais toujours pas en haut à droite du post en 2eme position ce que veut dire la croix + sur fond bleu

Yvette 26/10/2013 12:35

Ah bé non ça revient, zut alors!

Yvette 26/10/2013 12:35

Si tu veux supprimer la fonction repost dans la barre en haut, tu me dis, j'ai vu ce qu'il fallait faire!

marine D 26/10/2013 08:26

On les aime tant ! Je n'oublierai jamais ma Bille si douce, si belle !
J'ai lu les réponses d'Annick, en fait je les vois ces signes par exemple chez toi mais quand je clique c'est chez moi que je tombe et pas dans ton administration, heureusement pour la confidentialité car bien sûr on ne se déconnecte pas tout le temps.
Tu peux me dire en revanche que veut dire la croix, la cliche ce sont les commentaires, repost, le bleu et le jaune je vois flash c'est pour faire quoi ?

JACQUELINE 25/10/2013 18:19

elle venait quémander des calins quand elle en avait envie! Si elle s'est aggrippée ainsi à toi peut etre souffrait elle déjà?

arlette 24/10/2013 21:05

encore une belle vie de chat ..mes derniers ici deviennent de plus en plus collants...la maison est grande mais j'en ai toujours 4 a 5 cm...loll
bises

Annick 24/10/2013 20:09

Coucou,
Qui aime les chats (les animaux) aime les gens...
J'ai supprimé la vidéo sur le blog de la Hautière. Je ne pouvais plus la lire, (pour usurpation sans doute). Et beaucoup d'autres personnes. Dommage. J'adore cette chanson. Je l'ai enregistrer sur CD.
Bises
Annick du 22

Annick 24/10/2013 21:25

Un grand MERCI Yvette. J'ai suivi ton conseil. Pour le moment ça marche.
Annick du 22

Yvette 24/10/2013 20:51

Une petite astuce, quand tu as ton code: fais une coche dans la case plus bas. C'est "utiliser l'ancien code d'intégration". Le code commence par "Object" au lieu de "ifram". Moi ça marche mieux je trouve.
Fais un essai et tu verras ça devrait mieux marcher!

Kimcat 24/10/2013 18:21

Coucou chère Yvette
Histoire de ta Fifi sauvage bien émouvante... Elle a eu avec vous une belle et longue vie. Ton dessin d'elle est réussi. Elle t'a bien griffée le bras... C'est vrai que ce genre de blessure n'est pas si bénin.
Des bisous et bon jeudi soir
Béa kimcat

Yvette 24/10/2013 18:45

Pourtant c'était un médecin de campagne, habitué quand même. Mais il ne devait pas aimer les chats. J'ai repris le travail avec mon bras bandé et le droit en plus. A l'époque je n'osais pas dire que j'avais des chats: c'était sale des chats dans une maison,. De plus je travaillais dans un labo et en bactériologie en plus. Alors j'étais malvenue niveau microbes.

Noël 24/10/2013 11:57

Oui beau dessin de ta Fifi, qui a eu l'existence qu'elle souhaitait, grâce à vous.
Il en est comme des gens, certains n'aiment pas se mettre en avant et préfèrent vivre dans l'ombre, ne se révélant que dans les moments d'intimité qu'elle choisissait.
Amitiés

Yvette 24/10/2013 12:07

Elle était assez spéciale comme petite chatte . Mais surtout très belle. Elle avait été perturbé par son trajet dans la sacoche de mobylette. Ma fille a été outrée de voir ça. Pauvre petite bichette!

Moun 24/10/2013 11:54

Quand on aime les chats, les histoires ne peuvent être qu'extraordinaires

Merci et belle journée

Yvette 24/10/2013 12:05

Comme toujours, tu trouves les bons mots. C'est vrai ce que tu dis!

Latil 24/10/2013 11:30

Il est bien dessiné ton chat, je m exerce encore et toujours. Aujourdhui, je suis invité chez les vieux pour jouer au loto, Delfy a autre chose à faire, il est vrais qu elle doit organiser une expo de loisirs créatifs dans la salle communale. Je m occupe des transports de grille pour exposer.
Bonne soirée Latil

Yvette 24/10/2013 12:05

Je ne peins pas beaucoup de ce temps là. Pas le temps, c'est triste!

Ncole 24/10/2013 11:09

Comme toujours une belle histoire,comme toujours elle fini mal, mais c'est vrai qu'elle a vécu longtemps et a été aimée, elle était splendide !
Nicole

Yvette 24/10/2013 12:04

Toute vie finit mal, pour ceux qui restent. Pauvre puce, quand j'y pense!

Piou-Piou 24/10/2013 11:02

Bonjour Yvette,
Encore une belle histoire de chat ! Et elle a quand même vécu 18 ans, malgré sa tumeur !
Caresses à Sissou !

Yvette 24/10/2013 12:04

Oui, sa tumeur n'a pas été grave au départ, le véto la connaissant nous avait dit de la laisser tranquille. On avait quand même réussi à la faire stériliser!

Bienvenue sur mon blog

 

 

 

 

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

 



"Vieillir,
c'est quand on dit : Tu
à tout le monde,
et que tout le monde
nous dit : Vous"

 
 
 
 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

Articles récents

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

 

Hébergé par Overblog