Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #Animaux
Émile Zola - Discours à la séance annuelle de la Société Protectrice des Animaux

Mesdames, Messieurs,

Je n’ai rien d’administratif, et M. le Ministre de l’Instruction publique, qui m’a fait l’honneur de me déléguer près de vous, voudra bien que je le représente en simple ami des bêtes.

Je n’ai pas d’autre raison pour prendre ici la parole, si ce n’est que je les aime, et j’imagine que cela ne peut qu’honorer tout le monde, même le gouvernement d’un grand pays, que de dire publiquement qu’on les aime. D’ailleurs, cette tendresse fraternelle que j’ai pour elles ne me donne nulle vanité, car je n’ai jamais fait aucun effort pour l’avoir. Je les ai aimées tout petit et j’ai grandi en les aimant. Il est très certain que cette tendresse est née avec moi, si active, que je n’ai pas même eu le mérite de l’acquérir et de la cultiver.

Ma seule surprise est de me trouver parmi vous si tard, à cinquante-six ans, lorsque, depuis trente années, je n’ai pas écrit une œuvre sans y mettre un bête aimée, sans y parler de mes chères bêtes, dans toute l’effusion de mon cœur. La rencontre fatale a été bien longue à se produire, mais enfin me voici donc en famille.

On dit qu’il y a des gens qui n’aiment pas les bêtes. Moi-même j’ai cru parfois rencontrer de ces gens-là. Mais j’ai réfléchi, j’ai fini par me dire que je me trompais. La vérité est que tout le monde aime les bêtes ; seulement, il y a des gens qui ne savent pas qu’ils les aiment. Vous imaginez-vous la nature sans bêtes, une prairie sans insectes, un bois sans oiseaux, les monts et les plaines sans êtres vivants ? Représentez-vous un instant l’homme seul, et tout de suite quel immense désert, quel silence, quelle immobilité, quelle tristesse affreuse! Ne vous est-il pas arrivé de traverser quelque lande maudite d’où la vie des bêtes s’est retirée, où l’on n’entend ni un chant, ni un cri, ni le frôlement d’un corps, ni le palpitement d’une aile? Quelle désolation, comme le cœur se serre, comme on hâte le pas, comme on se sent mourir d’être seul, de ne plus avoir autour de soi la chaleur des bêtes, l’enveloppement de la grande famille vivante ! Et qui donc peut dire alors qu’il n’aime pas les bêtes, puisqu’il a besoin d’elles pour ne pas se sentir seul, terrifié et désespéré ? Puis, ces bêtes, nous les avons faites de notre intimité.

Vous qui prétendez ne pas les aimer, voulez-vous donc que le cheval retourne à l’état sauvage, que nos maisons ne soient plus peuplées du chat et du chien, que nous fermions nos basses-cours, nos étables et nos bergeries ? Essayez donc de ne vivre qu’entre hommes, maintenant que vous avez admis les bêtes au foyer, et vous verrez tout de suite que vous coupez dans votre vie en pleine chair, que ce sont des parents que vous retranchez. Elles sont devenues de la famille, on ne pourrait les supprimer sans arracher un peu de votre cœur. El, je le répète, vous pouvez croire que vous ne les aimez pas, parce qu’elles sont là, parce que vous jouissez d’elles sans vous en rendre compte ; mais, si elles n’y étaient plus, vous les regretteriez bien vite et vous éprouveriez un tel vide, que vous les redemanderiez à mains jointes.

Aimons-les, parce qu’elles sont l’ébauche, le tâtonnement, l’essai d’où nous sommes sortis, avec notre perfection relative ; aimons-les parce que s’il y a autre chose en nous, elles n’ont en elles rien qui ne soit nôtre ; aimons-les, parce que, comme nous, elles naissent, souffrent et meurent ; aimons-les, parce qu’elles sont nos sœurs cadettes, infirmes et inachevées, sans langage pour dire leurs maux, sans raisonnement pour utiliser leurs dons ; aimons-les, parce que nous sommes les plus intelligents, ce qui nous a rendus les plus forts; aimons-les, au nom de la fraternité et de la justice, pour honorer en elles la création, pour respecter l’œuvre de vie et faire triompher notre sang, le sang rouge qui est le même dans leurs veines et dans les nôtres.

Et, je l’ai dit un jour, votre besogne est sainte, vous qui vous êtes donné la mission de les protéger, par haine de la souffrance. C’est à la souffrance qu’il faut déclarer la guerre, et vous parlez un langage universel, lorsque vous criez pitié et justice pour les bêtes. D’un bout du monde à l’autre, des sociétés sœurs peuvent se fonder, vous entendre et vous répondre. Que tous les peuples commencent donc par s’unir pour qu’il ne soit plus permis de martyriser un cheval ou un chien, et les pauvres hommes honteux et las d’aggraver eux-mêmes leur misère, en arriveront peut-être à ne plus se dévorer entre eux! [Paris, 25 mai 1896] o.c. t. XIV pp. 841-2 «

Commenter cet article

nadia-vraie 22/01/2014 22:06

Quel beau texte, j'ai beaucoup aimé.

je vais mettre un lien sur ma page d'accueil vers ce bel article.

merci de ta belle visite Yvette, je ne t'oublie pas.
À bientôt.

Yvette 25/01/2014 19:08

C'est sympa Nadia, Merci . J'espère qu'il fait beau chez toi et que tu n'as pas trop froid!

Marcel 22/01/2014 20:37

Vrai, il parle bien des animaux, surtout des chiens qu'il connaissait bien dans ses romans.

Yvette 25/01/2014 19:07

Il savait de quoi il parait ce grand homme. Merci de ta visite Marcel

Kimcat 22/01/2014 17:42

Coucou ma chère Yvette
Un grand homme, ami des bêtes, ce Zola que j'apprécie tant ! Malheureusement, je pense qu'il y a des êtres humains qui n'aiment pas les animaux et qui les ont souffrir.
Bises et bonne soirée
Béa kimcat

Yvette 25/01/2014 19:06

Je découvre grâce au net que Zola aimait les animaux.

leschatsdumaquis 22/01/2014 17:22

Je ne connaissais pas du tout ce texte de Zola ! Au moins il ne mâche pas ses mots...
A va comment Yvette de ton côté ?
Ronrons du maquis
Rose

Yvette 25/01/2014 19:06

Pour l'instant, ça va du côté animaux. A part chez ma fille qui a un de ses greffiers qui a passé 3 jours en clinique . Problème de cristaux dans la vessie. Il est entré ce soir, HEUREUX, il va se faire bichonner. Encore un chat maigre qui s'est donné chez elle il n'y a pas un an. Il apprécie.

Latil 22/01/2014 11:28

J aime beaucoup Zola pour ses romans, j ai presque tout lu les Rougons Macquart. Il était aussi un brillant orateur, n hésitant pas de monter à la barre pour défendre ses idées socialistes. Je me rappelle bien de sa prise de position dans l affaire Dreyfuss, ou ils se fit beaucoup d ennemis , notamment dans l armée: Il le paya de sa vie.
Latil

Yvette 25/01/2014 19:03

J'ai toujours aimé les écrits de Zola. Quel homme et quel écrivain de talent!

Ncole 22/01/2014 09:38

Et pourtant, oui ça existe des gens qui n'aiment pas les bêtes, mais Emile n'avait pas toutes les données normal...il n'avait pas internet !
Parfois et même souvent je me passerais bien de connaître toutes les atrocités qu'on y découvre, ah oui !
Nicole

Yvette 24/01/2014 19:51

On dit bien: qui n'aime pas les bêtes n'aime pas les gens!

Bienvenue sur mon blog

 

 

 

 

 

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

 

 

 

 

Outils Services Compteurs Générateurs Codes-sources... gratuits pour vos sites

"Vieillir,
c'est quand on dit : Tu
à tout le monde,
et que tout le monde
nous dit : Vous"

 

Découvrez Various!
640_chats_amoureux

 

 


La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.
Vous pouvez arrêter le chant des oiseaux comme pour une simple vidéo

Béjar Passion

 

Articles récents

Merci à Vous!

 

 

 

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.



Nos amis les animaux.

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog