Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #Défi d'Evy, #Ivresse, #Plaisir des mots

Dans la mythologie grecque, les Centaures symbolisent l'ivresse, Dionysos est le Dieu de la fête du vin. Chez les Romains, Bacchus est le dieu de l'ivresse. Dans les orgies qui correspondent à des rites liés à leur culte, l'ivresse en tant que voie mystique, jouait un rôle éminent.

Wikipédia

L’ivresse est beaucoup plus que l’ivresse, comme l’évoque le langage quotidien. On peut être ivre d’alcool ou de drogues diverses mais il y a aussi l’ivresse d’amour, l’ivresse de Dieu, l’ivresse du savoir, l’ivresse du jeu ou même l’ivresse de travail. Il faut donc penser que l’ivresse, si elle est si générale, a un sens anthropologique. Ceci, d’autant plus que dans son histoire l’humanité a pris un soin jaloux à garder la possibilité de l’ivresse alcoolique même en temps de prohibition - faute de mieux.
Ce texte me semble l’occasion et l’invite à mettre au jour ce sens anthropologique de l’ivresse, ce qu’il y a de commun à toute ivresse, ce sans quoi elle ne serait pas ivresse - l’essence de l’ivresse. Le plus simple est de chercher cette essence dans l’ivresse la plus banale mais aussi la plus prototypique des ivresses : celle de l’alcool, avant de retrouver cette essence dans certaines amours.

Arthur tatossian

 

L'ivresse de l'amour, de Pierquin

 

L'ivresse.

Recueil : Les nouvelles poésies (1829)

Vivons pour nous, ô mon amie !
Ne vivons que pour nous aimer ;
Laissons gronder la vieillesse ennemie,
Laissons en paix l'impuissant nous blâmer !

Le soleil peut et mourir et renaître.
Mais quand ce jour, qui tristement s'enfuit,
Malgré nos cris finit par disparaître,
Il lui succède une éternelle nuit.

Crois-moi, jouir est le but de la vie,
Ôtons aux temps pour donner aux amours,
Le temps s'envole avec la jalousie,
Et nos plaisirs sont fugitifs et courts.

Par tes faveurs à l'amant qui t'adore
Viens lui prouver le retour le plus doux ;
Par cent baisers, et puis par cent encore
Fais son bonheur en dépit des jaloux.

Vivons pour nous, ô mon amie !
Ne vivons que pour nous aimer ;
Laissons gronder la vieillesse ennemie,
Laissons en paix l'impuissant nous blâmer !


Claude-Charles Pierquin de Gembloux

Cet article est édité dans la communauté:

Le jardin virtuel, les défis de la plume d'Evy

Commenter cet article

P
L'ivresse du pouvoir aussi ! C'est la pire de toutes !
Ronrons aux copinous
Répondre
R
Une sublime chanson et un magnifique poème accompagné d'explications. Une belle page. Bisous
Répondre
L
l'ivresse dans tous ses états-
le moins bon l'ivresse de l'alcool --se tuer et ou tuer les autres c'est l'horreur---
une belle analyse de ce mot - on en ressort éclairé-
bisous-
Répondre
M
Bonjour, c'est très beau et interessant.
Répondre

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

https://www.deezer.com/playlist/1363369975?utm_source=deezer&utm_content=playlist-1363369975&utm_term=3414283404_1579878678&utm_medium=web

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog