Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #Expressions françaises, #Plaisir des mots

Expressions

Ah ! y en a t’y du monde dans les rues de Nantes dezamatin. Pour une fois que j’voulais aller voère ma cousine, ça tombe encore un jour de manif. J’ai point de chance. En plus il fait un temps d’chien. Il pleut comme vache qui pisse.

Par où que j’vais passer ? moi dans ces cas là j’suis une vraie chiffe molle, par contre faut point me monter l’bourrichon, sinon, le sac et l’pépin z ‘entrent en action vite fait.

Gif Giphy

Ils sont tous sur la place du Commerce, et ça gueule si fort que j’entends point c’qui disent. Faut dire que j’suis dure de la feuille aussi.

Elle m’a dit : rendez-vous dans un p’tit bistrot d’une rue, que j’me souviens plus l’nom mais que quand on la r’garde , c’est comme la tour de Pise, ça penche du côté qu’ça va tomber ! (Quai de la fosse à Nantes et rue Kérvégan)

Oh! là , je sens que ça tourne vinaigre, j’veux point m’retrouver au violon, dame, j’ai déjà vu ça à la télé, on sait pas si c’est du lard ou du cochon ; je vas r’prendre mon bus et m’en r’tourner chez moi. Et encore mon bus? est-ce que je vais en avoir un ? Point sûr dame.

 Allez ! j’fais marche arrière et en avant toutes, tant pire pour ma cousine, je la bigophonerai arrivée à la maison !

 

Il pleut comme vache qui pisse :  signifie qu'il peut très abondamment. Cette expression, qui est apparue dans le langage au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, a le mérite de remettre les choses à leur place. En effet, si on compare un jet d'urine de vache au jet d'un homme, il ne fait aucun doute que le premier est beaucoup plus abondant. C'est pourquoi l'expression cite la vache comme référence, et non l'homme.

Une chiffe molle : Une 'chiffe' n'est rien d'autre qu'un chiffon dont la mollesse a facilement permis la comparaison avec le bonhomme sans énergie physique ou morale.
Cette expression date du début du XVIIIe siècle.
Pour désigner le même type d'individu, on entend aussi parfois "une chique molle" ou "mou comme une chique", mais cette fois, c'est la mollesse gluante du tabac mâché qui sert d'élément de comparaison.

Se monter le bourrichon : On doit l’origine de cette expression à Gustave Flaubert. En 1860, il emploie pour la première fois le mot "bourrichon". Autrefois, la "bourriche" désignait un panier sans anses qui servait à transporter le gibier, sa tête principalement. En argot, il est fréquent que la tête soit appelée "bourriche ou bourrichon". Par extension, l’expression est née. Au figuré, "se monter le bourrichon" signifie donc exciter son imagination sur quelque chose de faux, se le mettre en tête, s’exciter pour rien.

Du lard ou du cochon : L'expression date du XVIIIe siècle. Le lard étant de la graisse de cochon, cette expression désigne donc une hésitation entre deux choses très proches, et par extension, ce qui peut constituer une hésitation entre l'original et la copie.

 Bigophone : Téléphone ou Instrument de musique fantaisiste fait en zinc. Proche du Mirliton,  On joue du bigophone en chantant dans l'embouchure.

Sources : Lintern@ute

 

Commenter cet article

J
Bravo pour ce cocktail d'expressions bien plus inoffensives que d'autres employés en manifestation. Mémé a bien fait de renoncer , la violence étant de plus en plus au rendez - vous de ces manifestations . J'avais peur aussi que notre sortie de samedi entre blogueuses soit perturbée mais ouf non il n'y a pas eu de problèmes chez nous .<br /> Bonne journée <br /> Bises
Répondre
Y
Ce n'est pas le jour sauf qu'on approche des fêtes comme l'année dernière et les magasins vont encore en baver et les clients par la même occasion!<br /> Merci de ta visite Gisèle
K
Bravo pour ce cocktail d'expressions !<br /> Eh de la zut pour ta balade gâchée à Nantes<br /> Bisous ma chère Yvette
Répondre
Y
Coucou béa, oui il paraît que c'était dur samedi! bises et à +
M
Je me rappelle encore la tête de ma profdefrancais faisant lire un commentaire de texte par un élève qui avait inclus l'expression il pleuvait comme vache qui pisse,de façon absolument ingénu,habitué à l'utiliser et à l'entendre,on était tous sidérés c,une classe de.... littéraires.
Répondre
Y
Ah! oui je vois la tête, j'ai même hésité à mettre cette expression dans mon texte, mais...c'est Mémé qui parle, alors ....
C
J'avais tout compris car en Picardie on les utilise aussi. <br /> Ils ont encore fait des dégâts à Nantes je crois. <br /> Bonne semaine.
Répondre
Y
Oui, toutes ces expressions me paraissaient courantes.
Z
Des expressions françaises toujours usitées. Bises et bon début de semaine
Répondre
Y
Merci Zaza , j'ai eu du plaisir à faire parler Mémé!!!
J
En tout cas, mois j'adore le charme de ces expressions.<br /> Bon début de semaine
Répondre
Y
Et il y en a tellement! J'ai un dico de 1001 expressions, j'ai de quoi faire!
M
Les manifs reprennent il y en a assez surtout qu'elle se termine toujours par des violences. tu as bien fait de renoncer à aller plus loin. Bisous et belle semaine
Répondre
Y
Hélas , tout a changé, c'est la violence d'abord, on détruit, on verra après0
C
Faire marche arrière, voilà la bonne solution en effet : super, ce texte, Yvette ! Bravo et bonne semaine ! Bisous♥
Répondre
Y
Je me suis trouvée un jour de Mi-carême, coincée dans la foule, une horreur, on ne pouvait plus respirer, j'étais adolescente!
J
Bonsoir Yvette, il y a un âge ma bonne dame où il vaut mieux être chez soi au coin du feu, parce que tomber dans une manif, qui dérape, c'est pas bon pour vos vieux os !! Chiffe molle, entendue un jour dans la guerre des boutons en noir et blanc... ;-) ah quel film de sales gosses ! Allez douce nuit zen, bises, jill
Répondre
Y
La guerre des boutons, j'ai préféré la première version.

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


 

 
 

Hébergé par Overblog