Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #défi Ghislaine, #Algérie

Ghislaine 146

les 8 mots

année, nouveau, passage, vie, 

songer, prévoir, élan, après.

Ou un texte sur le thème "" Changement ""

C’était lannée de mes dix ans. Je n’avais pas prévu ce qui allait m’arriver, nous arriver à toute la famille. Ma vie allait basculer. Je n’avais jamais songé un seul instant que je n’étais que de passage dans ce village merveilleux. Je n’avais que quatre ans quand j’ai découvert cet endroit, où j’ai appris, où j’ai découvert la vie. C’était beau. J’étais myope sans lunettes ainsi je ne voyais que ce qui était près de moi. Et c’était magique. Moi je ne lisais que des contes de fée, je vivais en réel entourée d’animaux, de fleurs et de coquillages car il y avait la mer.

Il allait falloir partir, quitter cet endroit. C’était tout au début des événements en Algérie, et mes parents avaient décidé de retourner en France pour plus de sécurité. Pour eux, ce n’était qu’une page de leur vie, ils retournaient chez eux, pour nous les enfants c’était notre pays natal.

« La métropole » comme on disait. Qu’allais-je découvrir dans ce pays « étranger » pour moi ? J’étais partagée entre deux sentiments : partir à la découverte de ce pays nouveau et laisser ma petite enfance derrière moi. Laisser une partie de mes amis les animaux, laisser mes fleurs et mes plages de sable et de galets. Qu’allait être ma vie daprès ? Pas d’ardeur, pas d’élan pour aider ma mère à faire les bagages. Moi qui avais semé des graines de fleurs que mon père m’avait données, je n’allais pas les voir sortir de terre. Quand on a dix ans, on ne ressent pas les événements de la même manière que les adultes.

Ah ! c’est certain que le changement a été dur à supporter. La température ! A Nantes il n’y a pas souvent de neige, il a fallu que cette année-là, il en tombe et moi, cela m’a clouée sur place. Je n’en avais jamais vue, et cela ne m’a pas plu du tout. L’horreur ! c’était beau mais j’avais au fond de mon cœur cette petite phrase que ma mère me répétait souvent « Pense à ceux qui n’ont pas d’abri ». Et je la traîne encore et encore !

Une toile de ma composition représentant "ma" plage.

Commenter cet article

JACQUELINE 24/03/2021 15:10

le déracinement nous poursuit toute notre vie, même si celle ci a été bien remplie. Et il n'y a que ceux qui l'ont vécu qui peuvent nous comprendre!
Je t'embrasse

LaetiCat 21/03/2021 00:13

Ta toile est très jolie !
Ton texte est très émouvant, il raconte bien ce changement douloureux vu au travers des yeux de l'enfant que tu étais.
Passe un bon week-end, gros bisous Yvette

Anne-Marie 20/03/2021 23:51

Ton tableau est vraiment très beau ! Et la nostalgie qui se dégage de ton récit d'enfance m'a beaucoup émue !
Il est en effet très douloureux de quitter les lieux de son enfance, de laisser derrière soi tout ce qu'on a aimé !
Moi j'ai dû quitter le village de mon enfance après la mort de mon père ! J'avais tout juste 8 ans ! Nous étions obligés de déménager parce que notre logement était lié au travail de papa à l'usine qui les octroyait gratuitement à ses ouvriers. Non seulement notre père était mort mais en plus, nous devions quitter toute notre enfance, notre école, nos amis, nos cousins et cousines, notre logement ...Un arrachement si douloureux que si longtemps après, ça me fait encore mal !. Bisous très très doux

Béa kimcat 19/03/2021 15:48

Superbe toile !
Quel changement douloureux. C'est bien raconté.
Bisous ma chère Yvette

maîtresse Poupette 18/03/2021 21:36

Je comprends que ce départ n'a pas été facile pour toi. Tu dois avoir beaucoup de souvenirs de cette période. Ton tableau est très beau en tout cas.

jean-marc 18/03/2021 19:33

un déracinement, c'est très dur à vivre et accepter

jazzy57 18/03/2021 19:10

Ah oui j'imagine que ce changement n'a pas été facile à supporter . Une peine que tu as partagée avec beaucoup de talent dans ce tres beau texte .
Bises

Renée 18/03/2021 13:47

venir en France a 4 ans a du être bien dur car quitter la mer les jeux et la liberté procurée par un certain mode de vie sur place pour venir en France ou tout cela n'est pas pour une enfant dur dur. Bravo Yvette très beau texte. Bisous

claudielapicarde 18/03/2021 13:02

En effet c'est un sacré déracinement surtout pour un enfant. Les adultes ont pris la décision mais pas toi.
Bonne fin de semaine.

Mylène 18/03/2021 10:23

Les mots de ce défi étaient fait pour toi afin d'exprimer ton déchirement lorsque tu as quitté le pays de ton enfance. A l'époque tes parents ont choisi ce qu'ils pensaient le mieux pour leurs enfants, un adulte ne voit pas les choses de la même manière qu'un enfant. Ce qui est dommage, c'est que tu n'ais pas pu retourner dans ton village une fois adulte.

Ghislaine 18/03/2021 09:43

Il est difficile de vivre ailleurs que là où on a vécu !
Pour toi c'est un pays, pour moi ce fut là j'ai vécu mon enfance, adolescence et premièrement mariée.
Mon 2eme mari m' avait fait tout quitté, famille , amis et département.....
Des années(j'y ai mis le temps) je me suis aperçue que c'était pour mieux me contrôler!
Je comprends ton désarroi ma Yvette
Merci pour cet atelier et ce partage de vie
Je t'embrasse Yvette

Une fleur de Paris 17/03/2021 22:40

Bonsoir Yvette,
Mon ex-mari, père de quatre de mes enfants a vécu la même chose. Il était né à Constantine, comme sa mère et son frère et soeurs.
Il avait 13 ans quand il a quitté l'Algérie. Il n'a jamais oublié.
Ma,mère est arrivée en Algérie pendant la guerre. Avec mes grands-parents, mon oncle et ma tante. Quand elle a quitté ce beau pays (à l'époque il était beau), au bout de trois années ça été un déchirement. Ma mère se souvient que sur le bateau du retour l'équipage sur le pont leur chantait "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" ... Cette chanson ma mère ne l"a jamais oibliée.
Bonne soirée, grosses bises Véronique

colettedc 17/03/2021 21:39

Bonsoir Yvette,
Comme c'est bien raconté, ce changement, petite fille d'alors ! Tes mots sont si forts qu'on à l'impression de t'y voir même ne connaissant pas ce pays. Tes graines de fleurs semées ; pauvre petite !!!
Magnifique, ta toile !
Bonne toute fin de soirée,
Bisous♥

Martine Martin 17/03/2021 19:35

Même si je n'ai pas vécu de pareil déracinement, je comprends tout à fait ta peine que tu as si bien exprimée dans ce texte. Bonne soirée.

ZAZA 17/03/2021 18:38

Année 62/63 et un hiver rigoureux en Bretagne, je me trouvais à cette époque là à Trebeurden avec mes parents. Je comprends ta surprise de voir la neige pour la première fois.Pas facile de devoir s'expatrier dans un pays que l'on ne connait pas. Bises et bon mercredi

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

https://www.deezer.com/playlist/1363369975?utm_source=deezer&utm_content=playlist-1363369975&utm_term=3414283404_1579878678&utm_medium=web

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog