Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Béjar
Publié dans : #Gouraya algérie

Je viens de recevoir un mail m'informant
qu'une enfant de Gouraya a été selectionnée
pour être finaliste du concours de
Miss Maghreb 2008.
Elle se prénomme Nora.

On me demande de la soutenir en envoyant
Nora au 71071
Plus il y aura de SMS envoyés
plus elle aura de chances de gagner.
le vote termine le 31 mai 2008.
Merci pour elle

Photo visible sur  http://www.miss-maghreb.com.


Publié le par Béjar
Publié dans : #Algérie

Photo bladi.over-blog

Un court passage de mes écrits sur l'Algérie

Alger

..... Et près du square Bresson débouchait la rue Bab-Azoun. De cette rue aucun souvenir, sauf qu’elle était très large à mes yeux d’enfant, et surtout à cause d’une chanson que nous fredonnions dans toute l’Algérie à l’époque. En voici les amusantes paroles :

 

« Hier au soir et zim boum-boum,

Dans la rue Bab-Azoun et zim boum-boum,

On a trouvé et zim boum-boum,

Une jeune fille assassinée et zim boum-boum,

Et la police et zim boum-boum,

Toujours pleine de malice et zim boum-boum,

Collait des affiches et zim boum-boum,

Sur lesquelles on lisait : »

         Et on recommençait : « hier au soir etc… »

Et puis la rue d’Isly, la rue Michelet … Ce dont je me souviens, c’est que les rues étaient très animées. On y rencontrait toutes sortes de gens. Des loqueteux comme des personnages bien habillés. Notre mère nous tenait serrées contre elle, Arlette et moi. Elle craignait toujours de nous perdre, il ne fallait pas que nous marchions derrière elle, de toutes façons nous étions si peu habituées à la ville qu’un rien nous effrayait. Les devantures des magasins étaient chargées de toutes sortes d’objets aux couleurs voyantes ; les marchands appelaient les passants sur les trottoirs en criant, et la musique sortait de toutes les boutiques. Les mélanges d’odeurs emplissaient les rues, passant des épices salées aux épices sucrées. Et puis on entendait les sirènes des bateaux dans le port invitant les voyageurs à embarquer, formant avec les cris des mouettes une symphonie portuaire. Et ça, je ne l’oublierai jamais. Tous ces paquebots qui stationnaient dans la baie ! Il y en avait des grands et des petits, mais pour nous, ils étaient tous très impressionnants.

Publié le par Béjar
Publié dans : #Ma ville, Saint Sébastien sur Loire


Association Douet-Village
Troc des livres


Ce matin sur la place des Libertés à Saint Sébastien avait lieu, comme tous les ans, le troc des livres
par l'association Douet-Village
C'est un lieu de rencontre où l'on vient déposer des livres que l'on a lus et dont on ne veut plus.
On les dépose sur des tables et en échange on choisit d'autres livres
parmi ceux déposés par les autres lecteurs.
Je trouve cette idée géniale.
Tous les ans je réserve mes livres lus et les remplace par de nouveaux et ceci gratuitement.
Que pensez-vous de cela?

Publié le par Béjar
Publié dans : #Animaux

 



Elles ont fait du chemin ces petites.
Du barbecue elles sont passées dans les fougères puis dans le yucca.
Je crois qu'elles ont un peu grossi vous ne trouvez pas?
Publié le par Béjar
Publié dans : #bucolique

  Fleur de pamplemoussier


                    Issu d'un pépin de pamplemousse, ce petit arbuste n'a pas un an.
                                                       Et il ose fleurir!
                                           Imaginez-vous un peu cette prétention?
                                         J'ai des doutes quant au fruit à venir.
                                              Mais je vais le suivre de près.
                      C'est tout de même sympa de sa part de nous offrir cette fleur
                                          et je ne vous dis pas du parfum !!
Publié le par Béjar
Publié dans : #Mes chats d'occasion

Notre Mina

































N'est-elle pas jolie notre Mina?
On ne voit pas ses jolis yeux, un bleu, l'autre vert.
Croirait-on qu'elle est condamnée?
Elle ne le laisse pas voir.

Publié le par Béjar
Publié dans : #Mes chats d'occasion

Photo scannée


Ati,
la doyenne. Petite Chatte toute noire

 

 

On dit : Qui pignoche, vivoche. Eh bien ! Voilà Ati. Vingt-et un ans près de nous, vingt-et-un ans de soins. Oui je dis bien, elle a vécu jusqu'à vingt deux ans!

Déjà quand nous l’avons vue pour la première fois à la SPA, en décembre 1975, où nous allions toutes les semaines Patricia et moi, rendre visite et gâter un peu tous ces malheureux, nous savions que nous aurions beaucoup à faire pour cette petite chatte. Elle était si menue, maigre ; elle passait par les plus petits interstices de l’enclos, et allait rendre visite aux chiens. Mais le pire, elle était déhanchée. Elle nous suivait partout dans les locaux de la SPA, mais le plus émouvant, c’est qu’elle s’était glissée sous mon grand manteau et commençait à grimper le long de mon pantalon. Ce n’était pas un bébé pourtant, mais elle voulait que nous l'emmenions. Patricia pleurait, elle voulait que nous l’adoptions. Comment faire ? Nous n’avions pas de panier et un chat de plus à la maison, il n’en était pas question. Tant pis, on a tenté le coup. Et voilà, notre petite bête qui nous a suivies en clopinant dans tout le refuge jusqu’au bureau. Elle nous avait choisies, nous ne pouvions pas la laisser. Elle a fait le trajet dans un carton dans la voiture. L’aventure commençait. Le soir même, la chatte était prostrée, fiévreuse. Elle avait un abcès à la patte. Ensuite, des problèmes intestinaux et pour clore le tout, la teigne. Pauvre petite misère !

Donc, antibiotiques et traitement pendant quatre semaines contre la teigne. Un vrai calvaire pour cette petite chatte minuscule. Elle faisait pitié. Du fait de sa maigreur, son déhanchement paraissait beaucoup, mais avec une bonne nourriture cela s’atténuerait.
          Elle nous en a fait voir de toutes les couleurs durant ces vingt-deux années. D’abord pour sa teigne, elle s’est sauvée de chez le vétérinaire. Elle avait réussi à sortir du panier et rentrer dans un jardin où il y avait des chiens et il commençait à faire nuit. Heureusement, on lui avait appris à répondre au sifflet, si bien qu’on l’a retrouvée sur un toit.
          Le traitement fini, tout allait bien, mais elle s’est trouvée un copain et voilà notre petite bête enceinte. Impossible d’accoucher, il a fallu l’intervention du vétérinaire. Nous avons fini par décider de la faire opérer pour que ce problème ne se reproduise plus. C’était au printemps 1976, cela faisait à peine six mois que nous l’avions.

Près de chez nous, il y avait un terrain sur lequel un voisin avait entreposé des planches d’échafaudages. C’était branlant et elle avait l’habitude d’y aller. Et comme cadeau de début d’année, le 2 janvier 1977, elle réussit à rentrer à la maison, à sauter sur la table, y laisser des traces de sang, avec une patte cassée, fracture ouverte. Vétérinaire de garde de l’autre côté de la ville, opération un dimanche, facture importante, mais tant pis. Notre Louloute s’est retrouvée avec une broche qu’elle a gardée toute sa vie. Vers la fin de son existence, avec le retrait des os et des chairs, on sentait facilement la tige de métal. On l’appelait la Dame de fer.

Mais tout n’était pas fini pour elle. Je continue. Ses poils tombaient, elle finissait par se retrouver presque nue. Donc, traitement. Tous les 6 mois elle avait une piqûre, puis cela devenait plus fréquent, et ce genre d’eczéma fut remplacé par un œdème pulmonaire. Quand elle avait des crises, elle allait se cacher dans la vigne plus loin, et on avait de la peine à la retrouver. On l’a emmenée trois fois en urgence et mise sous oxygène, et toujours chez un vétérinaire de garde. Donc, toujours sous Lasilix, le remède miracle qu’elle prenait sans difficulté. Il lui fallait beaucoup de calme et dès que cela allait mieux elle savait nous le faire savoir en ronronnant, ce qu’il ne fallait surtout pas, car elle étouffait. Donc beaucoup de calme.

Et puis on a connu la période constipation, dès qu’elle vomissait, on savait ce que cela voulait dire, un suppositoire Microlax bébé ! Elle se laissait faire, nous utilisions le terme «tire-bouchonner». On ne pouvait pas s’absenter plus de trois jours, car il y avait ce fameux suppositoire.

Tous les étés je me disais : il fait trop chaud, elle ne passera pas l’été.

Tous les hivers elle toussait et je pensais : elle ne passera pas l’hiver.

Je n’ai pas compté le nombre de fois, où nous l’avons cru perdue. Patricia me disait qu’elle avait la peau dure et qu’elle s’en sortirait et c’était vrai. Elle a choisi de nous quitter quand je suis moi-même tombée malade. Un soir, elle s’est éteinte tout doucement sur mon lit, avec sérénité, une patte dans ma main. Elle ne voulait plus être une charge pour moi. C’était vraiment une copine pour moi. Elle m’a accompagnée si longtemps et était un exemple de résistance, elle voulait vivre.

Quand elle avait ses crises d’asthme, elle ne mangeait plus du tout tant elle était épuisée. Il fallait la nourrir à la seringue, avec du foie cru râpé et surtout de la rate. Et elle repartait pour une nouvelle vie.

Ati était une petite chatte très douce mais sachant se faire respecter. Elle ne se gênait pas pour cracher sur celui ou celle qui lui manquait de respect. Quand un jeune chat arrivait à la maison, il fallait l’éduquer, c’était elle qui s’en chargeait. Elle cédait sa place à une autre s’il y avait une autre chatte, sinon c’était elle qui prenait cette responsabilité.

Vers la fin de ses jours, la pauvre n’avait plus de forme : son déhanchement s’était accentué, sa broche formait une protubérance à l’épaule, et puis les rhumatismes, l’arthrose la forçaient à se coucher toujours du même côté si bien qu’elle marchait en «demi-cercle» tout en clopinant. C’était un vieillard. On l’aurait facilement vue avec une canne. Nous plaisantions quand  nous la voyions marcher devant nous, mais ça ne la dérangeait pas le moins du monde : elle était heureuse comme ça.

L’hiver ma vieille chatte adorait dormir sur le radiateur du salon. C’était bien confortable, mais quand-même un peu haut pour elle. Elle arrivait à l’atteindre en passant par le canapé. Sur ses vieux jours elle perdait souvent l’équilibre, et si elle avait le malheur de faire une toilette un peu poussée, alors elle se cassait la figure. Il a fallu que je dispose deux chaises recouvertes de coussin devant le radiateur afin d’amortir la chute. Par la suite, elle s’est contentée de cette installation plus accessible et toujours près d’une source de chaleur. Là encore j’ai été obligée de déposer des coussins par-terre pour éviter qu’elle ne se fasse mal en tombant.

Il y avait une espèce de complicité entre nous deux, nous nous comprenions parfaitement. Un regard et cela suffisait. Elle avait sa place sur mes genoux le soir devant la télé. C’était une très grande ronronneuse. Le meilleur moyen pour savoir si elle allait bien c’était de la regarder, si elle ronronnait aussitôt, c’était bon signe. Elle a eu beaucoup de misère, mais elle avait une volonté de fer de s’en sortir. En fait elle ne se laissait jamais abattre.

J’ai eu beaucoup de chats autour de moi, mais cette petite misère a vraiment marqué mon existence, surtout par sa personnalité si on peut dire, sa rage de vivre, sa confiance en nous et en la vie. Elle souffrait en silence, mais on sentait en elle de l’espoir. Je l’appelais «ma copine », et je redoutais le moment de la séparation. 

C’était Ati, notre Louloute, notre vieux pou, notre vieux croûton comme l’appelait son maître.

Publié le par Béjar
Publié dans : #Mes peintures à l'huile

Corcoué sur Logne




                                Non, ce n'est pas moi qui ai peint ce tableau
                                                Devinez qui?
             C'est tout simplement Bryan mon petit-fils qui a peint cette toile
                                               à l'âge de 13 ans.
                 pour les 50 ans de mariage de ses grands-parents paternels
Publié le par Béjar
Publié dans : #Ma ville, Saint Sébastien sur Loire


Les civelles



          Saint Sébastien est située comme son nom l'indique au bord de la Loire, à l'est de Nantes, à l'entrée de l'estuaire.
          La civelle est l'alevin de l'anguille. Et l'anguille en descendant la Loire met un an pour traverser l'Océan Atlantique et atteindre la Mer des Sargasses entre les Bermudes, les Antilles et les Açores. Elle fraie à 250 mètres de profondeur et pond avant de mourir jusqu'à 20 millions d'oeufs. Ceux-ci remontent à la surface riche en plancton.  Puis portées par le gulf Stream les oeufs transformés en très petites anguilles, les civelles ou pibales, se regroupent dans l'estuaire avant de remonter la Loire.
          Il y a plus de cinquante ans, les pécheurs faisaient légion sur les rives ou sur les bateaux de pêche. Les petites civelles se faisaient ramasser par milliards. A l'époque, les prix étaient si bas qu'on les jettait, on en faisait de l'engrais. Et puis les japonais ont découvert ce produit. Et ils ont acheté à prix d'or ces petites civelles pour alimenter leurs élevages d'anguilles. Depuis il rare de trouver sur les étals des poissonniers ces petites civelles si appréciées des connaisseurs. 
          Et à Saint Sébastien les pêcheurs de civelles ne doivent plus que se  compter sur les doigts. Et en existe-t-il seulement?


Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


 

 
 

Hébergé par Overblog