Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Béjar
Publié dans : #Mes poésies


                                                 La campagne arthonaise

La prière des Chênes

 

Leurs corps durs et noueux,

Elancés, pleins de sève,

Ils lancent aux cieux

Une prière, un rêve.

 

Laissez-nous vivre vieux !

De nos branches couvertes

Et nos troncs rugueux

Vous  ferons ombre verte.

 

Laissez les nains velus,

Nous entourer la nuit,

Et les lutins chevelus

Danser en rond sans bruit.

 

Et nous, Arbres Sacrés

Veillerons sur vos tombes

Et vos jours d’après

Comme douce colombe.

 

  Yvette





Publié le par Béjar
Publié dans : #Mes peintures à l'huile

Gouraya, la Pointe en peinture

                                                             Ma dernière huile, sur Gouraya
Publié le par Béjar
Publié dans : #Algérie

Famine à El Aghouat, vers 1846


La famine
"La population indigène est pour le moment complètement soumise et dans un état d'abattement complet. "Ce qui ajoute à la soumission des Arabes, c'est leur extrême misère. De tous côtés, on venait demander du grain ? La famine règne dans la province d'Alger et sévit d'une manière horrible dans celle d'Oran. Vivre est le seul soin qui préoccupe en ce moment tous ces pauvres gens-là" (Lettre à Francisque de Corcelle, 1er décembre 1846)
Une rue à El Aghouat par Eugène Fromentin ; Douai, musée de la Chartreuse © Photo RMN/ Droits réservés

Publié le par Béjar
Publié dans : #Peintres célèbres

La grande mosquée d'Alger vers 1840


La grande mosquée d'Alger
"Et puis, quel climat ! quel ciel pur, quelle lumière vive et vivifiante, enfin je quitterai Alger avec un véritable regret pour aller retrouver le froid et les brouillards de Paris." (Lettre de Marie Mottley à son beau-frère Édouard, 26 novembre 1846)
Grande mosquée à Alger, prise au daguerréotype Lerebours lithographe Callow ; Vue extraite de l'album Bettinger © CAOM

Publié le par Béjar
Publié dans : #Mes poésies

L'île Beaulieu à Nantes
Loire d'ici et d'ailleurs


Tu coules tranquille entre tes rives diaprées,

Belle endormie, capricieuse et gracieuse,

Une brume légère nimbant tes verts près,

Fine mousseline opaline et vaporeuse.

 

Robe de mariée à la traîne striée

De mille rayures moirées et frémissantes

Avec ta couronne de géants peupliers

Se reflétant, hardis, dans ton eau miroitante.

 

Tes flots somnolents flattent la silice blonde

Des bancs de sable festonnant tes îles plates,

Eclairée par le soleil naissant sur ton onde,

Frémissement furtif sur les flancs d’une plate.

 

Un vol de mouettes criantes et impatientes

Nous annonce l’arrivée de quelque  fûtreau

Laissant dans son sillage une queue scintillante,

Godillant malicieux, négligeant ton repos.

 

Tu glisses entre les arches du pont,

Chuintant, clapotant, limpide et aérienne,

Hérissant de mille ridules ton beau front

Aux nuances variées d’ambre vert et d’obsidienne.

 

Tu captes la lumière du ciel et, magique,

Tu la transformes en une féerie d’argent,

D’or et de camaïeux de gris-bleu métallique,

Palette de couleurs aux tons toujours changeants.

 

Ce plaisir que j’ai de  t ‘admirer, belle amie,

Active l’envie que j’ai de t’emprisonner

Sur une toile où je pourrai à l’infini

Assouvir cette passion pour toi réfrénée.


Yvette

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


 

 
 

Hébergé par Overblog