Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #La Loire

Reprise!

J'ai trouvé ce poème sur le blog de Oriane de Jade et je lui ai emprunté.
Le Pays de Retz elle le raconte si bien

www.poemesenretz.com
http://www.poemesenretz.com/home.html




Entre Loire et Océan

Je suis de ce pays où la mer et la terre
Se prennent pour souveraines à la démarche altière
Je suis de ce pays aux abords de l’estuaire
Où culmine le pont, le pont de Saint Nazaire.
T’en souviens-tu jadis, gentes dames, chevaliers
Dansaient en tes châteaux sur des airs oubliés.
Aujourd’hui tes enfants n’ont plus si lourds costumes
Ils courent cheveux au vent et roulent sur le bitume.
Joli Pays de Retz avec tes yeux embués
Tu flirtes avec le vent qui chevauche les nuées.
Par-delà l’océan, un pays de cocagne
Mais pour les fils d’Armor, trop loin de la Bretagne.
Soleil, pluie et crachin se partagent ton ciel
Tu es Pays de Retz un écrin de merveilles.
Tes cités sont autant de perles et de diamants
Parures d’un royaume venu du firmament.
La mer couleur de jade est ici pur joyau
A Pornic, fier seigneur, s’y mire le vieux château.
Je suis de ce pays où la vie devient rêve
Je suis née par ici le long de cette grève.

Oriane de Jade

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peintres célèbres

 

 

DARDOIZE (Emile Louis) (1826-1901), Les Grès de Cerna

 

Dardoise Emile-Louis 1826-1901, les grès de Cerna.

Quelle finesse dans l'exécution de cette lithographie!

Une photo en noir et blanc! vous ne trouvez pas?

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Poésie d'auteurs

 

  front-de-mer-gouraya-algerie-1119601697-1322095

  Le front de mer à Gouraya

le ponton qui servait de plongeoir

 

Jules Verne

La mer est tout

                                           "- Vous aimez la mer, capitaine?.
- Oui ! je l'aime ! La mer est tout ! Elle couvre les sept dixièmes du globe terrestre. Son souffle est pur et sain. C'est l'immense désert où l'homme n'est jamais seul, car il sent frémir la vie à ses côtés. La mer n'est que le véhicule d'une surnaturelle et prodigieuse existence; elle n'est que mouvement et amour; c'est l'infini vivant, comme l'a dit un de vos poètes. La mer est le vaste réservoir de la nature. C'est par la mer que le globe a pour ainsi dire commencé, et qui sait s'il ne finira pas par elle ! Là est la suprême tranquillité. La mer n'appartient pas aux despotes. À sa surface, ils peuvent encore exercer des droits iniques, s'y battre, s'y dévorer, y transporter toutes les horreurs terrestres. Mais à trente pieds au-dessous de son niveau, leur pouvoir cesse, leur influence s'éteint, leur puissance disparaît ! Ah monsieur, vivez, vivez au sein des mers ! Là seulement est l'indépendance! Là je ne reconnais pas de maîtres ! Là je suis libre !"

Jules vernes  Vingt mille lieus sous les mers"

 

D'après Jules Verne, 20000 Lieues sous les mers

Publié le par Yvette
Publié dans : #Poésie d'auteurs

 

 

chat-pluie.jpg

  Photo trouvée sur le net

 

IL PLEUT de (Francis Carco)
 
 
Il pleut — c’est merveilleux. Je t’aime.
Nous resterons à la maison :
Rien ne nous plaît plus que nous-mêmes
Par ce temps d’arrière-saison.

Il pleut. Les taxis vont et viennent.
On voit rouler les autobus
Et les remorqueurs sur la Seine
Font un bruit... qu’on ne s’entend plus !

C’est merveilleux : il pleut. J’écoute
La pluie dont le crépitement
Heurte la vitre goutte à goutte...
Et tu me souris tendrement.

Je t’aime. Oh ! ce bruit d’eau qui pleure,
Qui sanglote comme un adieu.
Tu vas me quitter tout à l’heure :
On dirait qu’il pleut dans tes yeux.


Francis CARCO (1886-1958)

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #La Loire

 

DSC03070 

 

 

 

Mais tu poursuis, Ô Loire, au milieu de tes îles,

Ta course folle ralentie au flanc des grèves d'or,

Ton calme immobilise à mes yeux le décor

Et le fixe, immuable, en son dessin tranquille.

 

Hubert-Fillay 1879-1945

 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #bucolique

 

 

Image26

 

 

 

Il fait parti de ces chênes que l’on nomme ‘Napoléon’ car ils possèdent une forme trapue et cela fait penser à la silhouette de Napoléon lui même. Il porte un branchage tout à fait extraordinaire, cette frondaison plus que dense et son large pied correspondent très bien à ce qualificatif de napoléon.”   300 ans !!

 source: krapo arboricole, un site bien documenté. 

Notre chène, lui, n'a que quarante ans et il nous donne beaucoup de soucis. Plein de glands!!! Je  sais,  c'est ce qu'il doit nous donner, de beaux glands bien dodus! Seulement , pour lui quarante ans c'est la force de l'âge, encore la jeunesse. Mais nous,  soixante-dix ans, nous peinons beaucoup à les évacuer ses fruits à ce bel arbre!!!

Celui de notre fille est plus que centenaire, vraiment un très bel arbre, un arbre vénérable!

 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Mes peintures à l'huile

 

 

Chteau de Clairfond 

Ce chateau existe toujours, il est situé dans la rue qui prolonge la nôtre.

Quand j'ai peint cette toile, je ne connaissais pas la propriétaire.

Une vieille Demoiselle, handicapée ,

Hélas décédée il y a quelques années.

Elle nous a invités car elle voulait une reproduction de cette toile

pour l'offrir à des amis.

 Le tableau avait été vendu, hélas!

Encore une photo scannée, donc pas très nette!!

Publié le par Yvette
Publié dans : #Mes chats d'occasion

 

 

Les nouveaux adoptés dans la famille depuis un peu plus d'un an!

 

DSC03132 bis

 

Mia, la dernière arrivée chez Patricia,

encore un bébé, mais un adorable bébé

 

MIA ET PIE MOUSSE 003 bis

  Mia et son copain Pie mousse

 

DSC03161 bis

  Louvna, toujours chez Patricia,

récupérée au refuge.

Pleine de bêtises mais adorable

 

DSC03162 Louvna et Upsa

 

Louvna et notre Upsa

 

DSC02627 Rourou

 

Notre vieux Rourou

 

DSC02444Et notre Féline que vous connaissez déjà.

Vous voyez, la famille s'est bien agrandie! 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Poésie d'auteurs

 

Paul Signac Femmes au puits 1892

 Femmes au puits de Paul Signac 1892

 

Le puits

 

Le puits profond était poli comme un miroir ;
Le ciel s'y reflétait tout bleu, pur de nuages,
Formant d'azur et or un nimbe aux frais visages
Des amoureux penchés et ravis de s'y voir.

Sur le riant cristal encadré d'un mur noir
Se jouaient leurs yeux vifs en mille badinages ;
Lancés du bout des doigts, entre ces deux images
Les baisers voltigeaient dans le sombre couloir.

Voici qu'aux doux signaux et qu'à l'oeillade folle
La source en bouillonnant vient couper la parole :
Du flot qui les traduit le sourire est moins clair...

Mais pour mieux se parler dans ces brèves tempêtes,
Mélant leurs cheveux blonds, ils rapprochaient leurs têtes,
Et les baisers cessaient de se perdre dans l'air.

Victor de Laprade
(1812-1883)

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Poésie d'auteurs

bateaux-hollandais-dans-la-tempete-Turner-1801.jpg  Turner 1801, bateaux hollandais dans la tempête

 

Homme et la Mer

 

Homme libre toujours tu chériras la mer!

La mer est ton miroir; tu contemples ton âme

Dans le déroulement infini de sa lame,

Et ton esprit n´est pas un gouffre moins amer.

 

Tu te plais à plonger au sein de ton image;

Tu l´embrasses des yeux et des bras, et ton cœur

Se distrait quelquefois de sa propre rumeur

Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

 

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets:

Homme, nul n´a sondé le fond de tes abîmes,

O mer, nul ne connaît tes richesses intimes,

Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets!

 

Et cependant voilà des siècles innombrables

Que vous vous combattez sans pitié ni remords,

Tellement vous aimez le carnage et la mort,

O lutteurs éternels, ô frères implacables!

  

 

Charles Baudelaire 

 

 

 

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


 

 
 

Hébergé par Overblog