Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #Algérie, #jeu de lettres, #livre

Marianne nous propose

12 LETTRES
masculin pluriel

Longue introduction placée en tête d'un ouvrage,
contenant les notions préliminaires nécessaires à sa compréhension
.
S'utilise toujours au pluriel
voici les lettres

E E E O O G L M N P R S

 

Mémé est dans sa remise, on la retrouvera la prochaine fois. Là c’est du sérieux !

 Que raconter avec ce mot au pluriel ? Pas de A, ni de I, ni de U.

Même le mot prologue ne va pas puisqu’il y a un « U ». Coriace !!

Je me suis plongée et replongée dans mes livres, ceux qui mon suivie dans le déménagement, pour voir celui qui aurait la plus grande préface et j’ai trouvé un vieux livre de cuisine pied-noir. Devinez le nombre de pages qui constituent ses prolégomènes (si tant est que l’on puisse utiliser un nom pareil pour une introduction, qui plus est, pour un livre de cuisine !) : 76 de préface et 5 d’avant-propos ! c’est un vieux livre. Perso, je pense que c’était un peu long mais en y réfléchissant, je m’y suis promenée, c’était super intéressant, j’ai tout relu ! Merci Marianne !

 J’ai prolongé ma promenade dans les recettes, parmi les poêles et les poêlons. J’ai lorgné sur les photos de pâtisseries arabes plongées dans le miel chaud. Mon régal ! souvenirs des mères de mes camarades d’école aux longs cheveux noirs.

Les poêlées odorantes de tomates et poivrons, l’odeur des melons et des pastèques énormes et juteuses.

Pas de Pomerol ni de Morgon, les boissons alcoolisées c’était du rosé d’Oran ou de l’anisette.

Je me suis retrouvée en pensée dans ce pays qui m’a vu naître. J’ai songé aux mélopées arabes ! et encore et encore comme dans mes rêves... je suis sur la plage avec les trainées de goémons sur le sable et les galets…. Non, j’arrête! sinon je vais vous reparler de ma vie, là-bas, LA-BAS … et vous connaissez.

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peintres célèbres, #Benoît Halbert, #natures mortes, #citrons
Benoit Halbert, le tableau du samedi chez Lady Marianne

Cette semaine le thème étant "Natures mortes", voici mon choix.

Ici "citrons de Menton" par Benoît Halbert

Je vous présente une toile de mon ami Benoit Halbert. C'était (et c'est toujours) mon ami et prof! Je ne vais hélas plus à ses cours. Des cours en pleine nature. Je vous joints quelques photos sur la façon dont on travaillait une ambiance "du tonnerre" avec son ami et non moins talentueux Jean-paul Barré.

A l'époque je pouvais encore peindre sans trop de soucis avec mes vertèbres. Mon mari m'aidait beaucoup à l'installation de mon matériel.

 

Benoit Halbert, le tableau du samedi chez Lady Marianne

Benoit avec ses élèves.

Je le laisse se présenter.

"Benoît HalbertArtiste-Peintre professionnel né en 1955 à NANTES, j'ai fait ma première Exposition en galerie en 1983 et j'expose régulièrement tous les ans. Depuis cette date, j'ai participé à de nombreux salons et expositions en France et à l'étranger, ayant obtenu de nombreux prix et distinctions. Spécialisé dans le genre dénommé "Natures mortes" que j'ai rebaptisé "Natures silencieuses", j'aime aussi de temps à autres m'installer dans la nature (les rives de l'Erdre où je demeure), mais ma recherche et mon exigence sont toujours les mêmes : la justesse de la Lumière ainsi qu'une atmosphère poétique qui rendent la vérité de la Nature et des objets."

 

 

Benoit Halbert, le tableau du samedi chez Lady Marianne

Moi! Mais c'était il y a quelques années!

Publié le par Yvette
Publié dans : #défi Ghislaine, #2CV, #Plaisir des mots

Notre amie Ghislaine nous propose:
pour le défi écriture

Atelier 90 du 20 Mars 2019

les mots :Récit, courses, sanction, égal, faire,

trouver, placer, pensant,

ou

Au moins 5 mots contenant "" cour ""

 Mémé n’en finit plus, il va falloir qu’elle se calme, toujours la langue pendue.

En pensant à ce qu’il fallait qu’elle achète pour ses courses notre Mémé a commencé une liste. Ne pas oublier les courgettes surtout !

 Qu’est-ce qu’elle allait trouver au marché du bourg ? Peu d’étals, c’est un petit marché. Mais elle aimait bien y aller ainsi elle rencontrait des anciennes copines d’école et la parlote, ça marchait comme dans la cour de récréation.

Donc : le fichu sur la tête, les grosses chaussures, l’imper en cas de pluie et le panier à roulettes, et la voilà partie courbée mais la tête en avant. Elle prend toujours les raccourcis. Elle passe par les petits chemins qui servent pour les tracteurs. Il faisait beau mais la route est longue. Qu’à cela ne tienne, le marché : c’est sacré !

Au bout d’un moment en cours de route, elle entend du bruit derrière elle : un tracteur sans doute ! Que nenni, c’est Gisèle une de ses copines avec sa vieille guimbarde qui la double, s’arrête et lui fait signe de monter. Oh ! la bonne aubaine !

 Et voilà nos deux commères à jacasser. Arrivées sur la grand’route, même pas deux cents mètres plus loin et elles se font arrêter par un motard, casque et lunettes , raide comme la justice et salut militaire.

Je laisse Mémé continuer le récit.

« V'la ma Gisèle qui bascule sa glace tant bien que mal, plutôt mal que bien, vous savez ben une 2CV ça a des ailes sur les côtés quand on roule un peu trop vite.  Eh bé justement, le pandore c’est ça qu’il a dû voir. On avait failli décoller dis donc!

Le v'la qui se penche et c’est Gisèle qui lui dit :

-Bonjour monsieur l'agent, c’est’y qu’y a un problème ?
- Oui, madame. Vous rouliez au-dessus de la limite de vitesse autorisée.
- Vous êtes ben sûr ?
- Oui madame, je peux voir votre permis ?

- C’est point possible, dame, j’peux point rouler vite, mon fiston il m’a bloqué ma vitesse à 90.

-Oui, mais madame sur cette route c’est à 80

-Ah bon ? depuis quand ? j’ai point vu de panneau moi.

-Mais …

-Non non non, j’ai point vu d’panneau, c’est pas égal  (légal !!!)

-Je vais devoir prononcer une sanction.

Gisèle me regarde avez ses yeux ronds de myope et me baragouine.

-Qui qui dit ? j’comprends rin !

 -Ma pôv Gisèle, t’es dure de la comprenoire, il te dit que tu roulais trop vite et que tu vas avoir un procès.

 -Quoi donc ? moi ? un procès mais pour qui donc ? j’ai rin fait. Faut pas m’la faire à moi. Il peut toujours courir !

-Alors ce permis de conduire il vient ?

-Ah dame, faut que jle trouve moi, ce permis, où qu’c’est’y que jl’ai mis moi ce papier ?

Et la vla à bourniguer dans son cabas, et brassailler partout dans tous les sens, jusqu’à ce que son pochon tombe à mes pieds, que j’lui ramasse et qu’elle le donne au perdreau.

-C’est pas vous là, c’est pas votre permis ?

- Mais qu’est-ce qui chante encore lui ?

-Bé, oui , t’as changé de tête ma pov fille, tu ressembles plus à la photo, dame !

-Bon alors, j’vous dois comben m’sieur l’officier? on va pas en faire un fromage ! c’est pas l’tout ça, on n’a pas qu’ça à faire ! J’vas pas pouvoir me placer dans le parking du marché !

-Moi je ne sais pas madame, vous aller recevoir ça par courrier ! Moi je vous donne ce papier là et vous, vous pairez après.

-Et voilà, encore plein de papier ! Quel gaspi ! Enfin… ça servira pour les tinettes !

-Allez ! circulez maintenant et ralentissez.

 -Mais moi j’suis pas d’accord, y avait pas d’panneau, non non non , j’ai point vu !

 -Comment qu’tu sais ? t’as même pas mis tes lunettes, j’les ai vues dans l’fond d’ta bourriche!.

-Oh ! bé, dis rin, il est ben capable de m’allonger la sauce, l’aut’zigoto.

-Oui avec tout ça, on va rin trouver sur le marché et y aura plus de paroissien, on va arriver à point d’heure. » 

Et voilà ce que Mémé m’a raconté, pas contente après sa copine Gisèle. On ne l’y reprendra pas, c’est sûr. Il faut dire qu’avec ou sans lunettes, ça jacassait tellement qu’aucun panneau n’était présent sur le parcours.

 

 Et vous? avez-vous eu une 2CV dans votre jeunesse?

Moi oui, et les ailerons sur les côtés j'ai connus !!!

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #lundi soleil, #Bernieshoot
Ouverture sur une belle journée chez Bernieshoot

C'est ce que je vois tous les matins en prenant mon petit déjeuner! La lumière est si intense, si éblouissante qu'hélas je suis obligée de baisser les stores.

Cet article est édité dans la communauté:

Flowerpower Bernieshoot lundi soleil

Publié le par Yvette
Publié dans : #jeu de lettres, #Mémé, #Plaisir des mots

Cette semaine Marianne nous propose 12 LETTRES
substantif féminin pluriel


éclat lumineux vif et passager. d'un météore. 
de pierres précieuses.

voici les lettres

 A I O O C C N R S S T U

 

Coruscations

Mémé en pleine action

Salut la compagnie !

 Ah ! dame, j’en ai une ben bonne à vous raconter ! du jamais entendu par cheu vous ! pour sûr !

Que j’vous dise !

Jme suis trouvée core l’aut’matin au commissariat. Cause que mon n’veu, il était croulé chez eux.

C’qu’il a core fait c’te corniot ? Point fin çui-là, non dame !

Donc, le chapiao sur la tête et  l’paltôt su’l’dos ,  j’courons vite fait et j’sautons dans l’car qui passait juste.

Je ruminais, le cogne il a ren dit de plus ! Le n’veu il fêtait les conscrits hier avec son cousin et les copains, c’est tout ce que je sais. J’sais aussi que la piquette et les concours à çui qu’en aura le plus dans l’ventre, ça y va …

Me v’là donc chez les cognards, et keske j’vois? Mes deux  pov corniots complètement cuits et couleur citron, mais jaunes, malades quoi !

Et le flic darrière son bureau qui m’attendait, pas souriant, un tantinet sournois ! Vous voyez c’que j’veux dire : « La vieille je vais me la faire »

-Voilà !  qui m’dit. Je lis : en deux mots, un résumé succint. (Manque un C , l’orthographe et lui ça fait deux)

-Un quoi ?

-Un résumé quoi ! on a trouvé ces deux cousins, même nom, Toucon , dans la rue à s’époumoner, en criant qu’ils avaient vu des trucs brillants dans le ciel, des coruscations quoi,  et que les martiens allaient arriver.

-J’ai pas ben compris là, ils ont vu quoi ? vot’mot là, cocus…

-Rho, la mémé là, faut suivre.

 -Non mais dites donc, un peu de respect, vous savez pas à qui que vous causez là, mon mari était garde champêtre, lui aussi il portait l’képi hein ? Donc ça veut dire quoi ? j’causons point comme ça moi !

 …Qu’ils ont vu des éclairs verts dans le ciel.

-Aaaah ! c’est çaaaaaa !!! bé y a ren d’grave alors ! C’est l’pinard qui leur a monté à la tête, ils en ont plein dans l’caisson ! Et en plus j'ai entendu causer d'ça à la télé: y a des hommes qui volent dans l'ciel la nuit avec le feu aux fesses!

-Oui mais outrage à agent, voie de fait sur la route, seront libérés mais sous cautions, chacun la sienne.

-Ah ! c’est la meilleure celle-là ! Qui qui va payer ? ( J’vous l’avais ben dit qu’il était point finaud c’carabinier).

-Eh! m’sieur l’agent, on pourrait pas faire un p’tit geste là ?

-Pas question ! Et retirez-moi ces deux cocos de là ! Ca pue!

Une fois mes deux drôles sortis de là, j’les ai fait asseoir sur un banc et j’ai repris l'autocar. J’suis passée voir le père Crossat. Et j’y ai dit : J’ai un colis pour vous au bourg, si ça vous ennuie pas d’aller m’le chercher avec vot’tracteur et la bétaillère… j’y esplique !

 -Il m’a dit, on va ben rigoler ! y a point de raison !

Et pis il a ajouté :

-piske c’est vous qu’avez payé, et si vous les preniez à faire le nettoyage de votre étable, et ragaler aussi vot’purin sur la terre, ça leur fra les pieds.

 Oh ! dame, j’vous dis point c’qu’on a pu rire, mais mes deux lascars, eux y rigolaient point.

Allez salut la compagnie !

Publié le par Yvette
Publié dans : #Tableau du samedi, #Vigée Le Brun, #Maternité
Madame Vigée Le Brun chez Ladie Marianne, le tableau du samedi

J'aime beaucoup ce tableau. C'est banal comme phrase. Cependant, oui, j'aime ce tableau!

Le regard de la mère est doux, pensif, elle regarde au loin, elle est plutôt dans un autre monde, son monde à elle. Sa petite fille au contraire est déjà bien éveillée, elle est bien dans les bras de sa mère mais elle est attirée par quelque chose: le peintre? la nature? On ne le saura jamais. Les atours sont vraiment bien reproduits; de toutes façons la peintre est experte en la matière , très connue pour ses portraits. Les drapés et coiffures super sophistiquées n'avaient aucun secret pour elle.

Portrait de l’artiste avec sa fille, dit « La Tendresse maternelle »

Le Portrait de Mme le Brun tenant sa fille dans ses bras – pour reprendre le titre donné par l’artiste elle-même pour le livret du Salon de 1787 – est une œuvre saillante dans le corpus d’Élisabeth Louise Vigée Le Brun, tout comme elle est certainement un jalon dans sa carrière à une époque où la portraitiste cherche à fixer de nouveaux standards de la représentation de la maternité. Précisons tout d’abord que, outre le remarquable Portrait de la marquise de Pesay et de la marquise de Rougé avec deux de ses enfants, son principal envoi au même Salon de 1787 est le portrait de la Reine tenant Monseigneur le duc de Normandie sur ses genoux, accompagné de Monseigneur le Dauphin et de Madame, fille du roi. L’attitude de la souveraine représentée avec son enfant sur les genoux pouvait surprendre pour un portrait de cour.

source: https://www.grandpalais.fr/fr/article/oeuvres-commentees-delisabeth-la-tendresse-maternelle

Publié le par Yvette
Publié dans : #Mars, #Plaisir des mots, #Aurélie, #défis d'Aurélie

nous propose   ici

durant ce mois de choisir la plus belle façon 

de mettre "MARS" à l'honneur

3 sujets

1)créer un acrostiche à partir des lettres du mot

""MARS"" 

L'acrostiche sur Mars, mais ce n'est pas mon fort

Je me lance!

Maïa, titanide de la fertilité, Mars t’attend et œuvre comme Pygmalion,

Athéna magicienne de la Lune, démêle les nuages tout en douceur,

Rhéa ensuite, avec modestie aidera à faire éclore les timides bourgeons.

Séléné enfin, sœur du soleil, de ses doux rayons réchauffera les cœurs.

 

2 / Un texte avec les mots

BALADE, PIQUE-NIQUE, FAMILLE, HEURE, CERF-VOLANT FLEURS, PLANTATION, JARDINAGE, FORET, SENTEUR ABEILLE, PAPILLON,GRENOUILLE,COCCINELLE, OISEAUX, GIBOULÉES, PARAPLUIE, SOLEIL, ARC-EN-CIEL, SAISON..

 

Mars Mois des giboulées !

Mars avec ses grêlons et ses rayons de soleil fugitifs !

Mars saison de l’impatience, quand te calmeras-tu ? Quand allons-nous fermer notre parapluie ?

Mais mars avec ses arcs-en-ciel magiques ! Entre nuages sombres et soleil lumineux. Quelle féérie !

Pour lors, nous avons hâte de voir poindre les fleurs dans les prés, humer la senteur des violettes dans les sentiers, les forêts, entendre les oiseaux gazouiller à l’heure du lever de l’astre d’or flamboyant, les grenouilles coasser dans les étangs ou les marécages, suivre du regard les papillons voletant insouciants dans les rayons luminescents, retrouver l’abeille butineuse dans le cœur des premières fleurs, et le vol lourd de la coccinelle « bête à Bon Dieu » vers des festins attendus.

Mars prépare-toi au grand chambardement ! Le printemps arrive tu le sais bien puisque c’est toi qui en es le précurseur. Oui, je sais, il nous faut patienter. Tu ne peux pas te précipiter, il faut y aller en douceur. D’autres mois, avril et mai vont te donner un bon coup de main et assureront la pérennité vers l’été.

Mais les familles s’impatientent, les dimanches en balade, avec le pique-nique, les cerfs-volants si tu veux bien accorder une légère brise pour les enfants dont les jambes se sont engourdies cet hiver. Ça va être l’effervescence !

Moi je ne te demande rien ou si peu ! Je serais heureuse de te voir en action, d’assister à ta transformation, car étant au crépuscule de ma vie, un printemps en plus c’est toujours ça de pris sur la vie. Alors un peu de jardinage ? Oui, pourquoi pas ? si mon dos me le permet. Et de plantation en pot ça me suffira !

Je te laisse car je sais que tu as fort à faire avec les dégâts de celui qui s'est désigné du nom d’ "Homme" et que tu ne peux pas toujours avancer comme tu le voudrais. Les saisons sont en folie à cause de son inconscience !

Patience et courage mon cher ami !

3/ Une création

Deux créations sur Mars!

Une de mes créations!

Une aquarelle que j'ai réalisée d'après nature, une exception car je suis plutôt peinture à l'huile

 

Et une prose poétique sur le renouveau en Mars

 

Renouveau : les bourgeons.

 

Tout l’hiver ils ont attendu patiemment.

La neige, les chandelles de glace

Les ont endormis sur leur support

Serrés les uns contre les autres

Ou bien recroquevillés sur eux-mêmes.

Ils se sont préservés du frimas.

Puis Mars est arrivé ! Mars et ses giboulées.

Mais Mars et son soleil et sa sève généreuse.

Plus d’hésitation, ils vont se gonfler,

Sous la pression douce de la lymphe,

Et des chauds rayons du soleil.

Leur ventre va s’arrondir, se boursoufler

Puis ils vont s’allonger, prendre des couleurs,

D’ambre, de vert tendre ou gris satiné

Reluire de gomme et se couvrir de velours,

De soie, de brocart merveilleux.

Et n’en pouvant plus d’attendre, les muscles tendus

Ils feront jaillir de leur sein, doux écrin,

Ici une pointe de feuille vert tendre,

Là un petit bouton rose à l’épiderme délicat

Ou blanc encore fragile et froissé.

Et doucement, avec tendresse et délicatesse,

La nature va prendre un éclat nouveau.

Le spectacle sera grandiose ! Féerique !

Le printemps !

Le printemps est en mouvement.

Le printemps arrive !

Yvette

Publié le par Yvette
Publié dans : #Bernieshoot, #flowerpower, #La Loire
Ouverture sur l'océan, pour Bernieshoot, Flower power

Ouverture sur l'océan.

Cordemais dans l'estuaire nord de la Loire.

Publié le par Yvette
Publié dans : #Mes peintures à l'huile, #jeu de mots, #miscellanées

Marianne nous propose 12 LETTRES

Subst. fém. plur.

Recueil d’écrits divers, littéraires ou scientifiques


voici les lettres

A E E E I C L L M N S S

 

MISCELLANEES

 

Eh ! Bé, là Marianne, tu ne nous as pas fait un beau cadeau !! Je sens une pointe de malice chez toi. Je n'avais pas compris dans le précédant jeu pourquoi tu avais marqué: "C'est facile, ça ne va pas durer", maintenant je pige. Comment te sortir un texte avec ce mot-là ? En le lisant, j’ai cru qu’il y avait un rapport avec les micelles du savon, par exemple, mais ce n’est pas orthographié de la même manière. Mais ensuite le préfixe "misc" m’a mis la puce à l’oreille, mélange ! Comme miscible !

 Alors explication : Les miscellanées sont un genre littéraire composé de textes divers, « mélangés » avec une unité plus ou moins manifeste. Et le genre littéraire, c’est quoi ? Un genre littéraire est un concept de type catégoriel qui permet de classer des productions littéraires en prenant en compte des aspects de genre pictural, genre narratif ou genre dramatique etc . Et voilà mélange de…

Avec ça on est bien servis !! Ça ne fait pas parti de mon vocabulaire courant, et Mémé non plus !

Tenez, par exemple, si je prends le genre pictural : La peinture de paysage est un genre pictural figuratif qui représente le paysage. Bon, là ça commence à me parler, enfin! La semaine prochaine je vais me remettre à peindre ! Oui, enfin... peut-être. J’ai une toile destinée à ma fille et laissée de côté à cause de mon déménagement et qui justement représente un paysage, peinture figurative: je suis en plein dedans.

Maintenant il faut que je développe ! Non franchement Marianne, là je patauge. Il faut que ce soit un genre  LITTERAIRE,  narratif!! oui ? non ? ce sera oui et non. Je vais écrire et décrire, et présenter. Mais les mots qui conviennent tu peux toujours essayer, ça ne va pas ! Y en a pas des masses. Je suis enlisée jusqu’au cou.

Il est vrai que j’ai les pinceaux qui me démangent les mains.

Alors cette toile que représente-telle ? Une grande toile avec d’autres mises de côté sur le haut de l’armoire. Une rivière avec des tiges de roseaux élancées, minces, un ponton, une barque, un soleil levant ! Et dans le ciel comme dans l’eau : des canards ! J’aime les ciels colorés, j’aime les ciels avec des nuages qui se reflètent dans l’eau.

J’aime la nature, son silence, les allées ombragée en automne et même en hiver ! J’essaie au maximum de reproduire ce que je vois. J’ai un tas de toiles que j’essaime un peu partout, au moins je sais qu’elles vivent, c’est mieux que celles qui dorment dans le grenier.

Voilà la partie décrite, maintenant je vais vous montrer mon tableau inachevé. Et je pense être dans le thème mais j’ai eu chaud !

Petits jeux de lettres 206 chez Lady MariannePetits jeux de lettres 206 chez Lady Marianne
Petits jeux de lettres 206 chez Lady MariannePetits jeux de lettres 206 chez Lady Marianne
Petits jeux de lettres 206 chez Lady Marianne
Publié le par Yvette
Publié dans : #Charpin albert, #Peintres célèbres, #Tableau du samedi
Albert Charpin. le tableau du samedi de chez Lady Marianne

Le retour à la ferme : Albert Charpin.

On ne peut plus bucolique! Ce tableau est très travaillé: les vaches, les moutons, le chien en pleine action, le berger en retrait à la recherche des animaux en arrière. Et surtout le soleil qui commence à baisser et qui illumine le pelage des animaux. Une vraie réussite. Les arbres dans le fond sont sombres mais je pense que la photo aurait méritée d'être éclaircie.

Un clic sur la photo et c'est déjà mieux

 Un motif digne des peintures de l'école de Barbizon

 

Élève de Charles-François Daubigny, Albert Charpin est un peintre de paysage et de scènes rurales des activités de la ferme, notamment pastorales. Sa peinture se caractérise par ses poses naturelles et la sérénité de ses modèles, dans un contexte de lumière du jour matinale, avec des cieux nuageux. Il fut un membre de l'école de Barbizon. Une de ses peintures, Le Retour à la ferme, est exposée au musée des beaux-arts de Chambéry1. Ses principales œuvres sont Troupeau dans la Camargue, Soir d’automne en Sologne, Le soir dans les Alpes Maritimes entre autres.

Il débute au Salon de 1868, puis envoie ses œuvres au Salon des artistes français de 1881 à 1925 où il obtient une médaille de 2e classe en 1897 avant d'être placé en hors-concours2.

Sources Wikipédia!

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

https://www.deezer.com/playlist/1363369975?utm_source=deezer&utm_content=playlist-1363369975&utm_term=3414283404_1579878678&utm_medium=web

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog