Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #Plaisir des mots, #embobeliner, #le petit jeu de lettres

Lady Marianne nous propose 11 LETTRES
verbe

Envelopper soigneusement
(quelque chose ou quelqu'un).
Au fig., fam. Séduire (quelqu'un)
par des paroles en vue de le tromper.

E E E I O B B L M N R

 

Mémé redresseur(e) de tort !

Je ne sais pas ce qui est arrivé à Mémé mais je l’ai vu arriver devant moi le visage blême, il lui était certainement arrivé quelque chose de grave.

« Donne-moi un coup à boire, une bolée de bière si t’as, j’ai besoin d’remontant » et elle s’affale sur une chaise !

« J’ai bin cru que j’allais me faire embobiner par un margoulin qu’est passé chez moi, dame ! J’ai point fait gaffe, l’avait une bonne bobine, j’l’ai laissé entrer et causer. Très intéressant ! Il voulait aller voir la boisure de ma charpente dans quel état qu’elle était, soi-disant que dans le quartier toutes les maisons sont infestées par le capricorne.

Oh ! mais c’est qu'j’ai point voulu ! y avait anguille sous roche ! J’suis pas baillaude (idiote) à ce point ! Il était borné, et insistait. Siffle beau merle ! Pas question de bignailler (perdre du temps)  avec ce fouineur. Et il est reparti Gros-Jean comme devant !

Mais d’après l’enquête que j’ai menée, mes voisines Noémie et Léone, ont eu aussi sa visite. La Léone s’est fait embobeliner, elle. (Faut dire entre nous qu’elle est point finaude!) Il est arrivé avec un bout de bois de sa charpente (soi-disant),  qui était tout égrenillé ( pourri, en miettes) qu’il a dit, tout rongé et pas dans la norme ! Et il l’a tellement bin enrobée de belles paroles qu’elle a signé un papier et s’est retrouvée bernée. Dame ! moi, ni une ni deux, j’ai appelé le Totor de chez Gigi, qui s’est enguimanté (renseigné) et il lui a dit ce qu’il fallait faire pour se débarrasser de lui. Mais que c’était grave, qu’il fallait faire vite, sinon elle allait perdre son fric. Elle a d’la chance la Gigi de pouvoir compter sur son Totor. C’est indigne de gagner du fric su’l’dos des pauv’ genses ! »

Et en me racontant ça de blême elle était passée au rouge, puis noire de colère.

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #defis d'écriture chez Ghislaine, #Police, #Plaisir des mots

Notre amie Ghislaine nous propose 8 mots

Décisif, déroute,poursuivre, subir,
autorité, haute, hasard, chefs.

 

C’était indiscutable et décisif, la gendarmerie était en déroute: il fallait à tout prix poursuivre un homme qui avait fait subir des maltraitances à un de ses congénères jusqu’à la mort. Sous la haute autorité du chef de la brigade, ils partirent tous à cheval dans la montagne. Ils suivirent les traces du mulet de l’assassin. Celui-ci, vite rejoint, paniqua et dévala dans le précipice. La plus jeune recrue de la brigade sauta de son cheval et dégringola à son tour, atteignit le fuyard, ils roulèrent dans la broussaille mais la tête du jeunot rencontra un rocher qui le laissa sans connaissance pendant quelques heures. Les autres arrivèrent à la rescousse. Le valeureux intrépide, reçut la médaille militaire en signe de reconnaissance pour bravoure.

 Le hasard voulut que ce « casse-cou » fût mon père dans les années 30 !

Encore un petit morceau de ma vie!

 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Algérie, #Plaisir des mots, #Anagrammes, #Caravansérails, #petit jeu de lettres

Lady Marianne nous propose 14 LETTRES
masculin pluriel

 

Il est toujours fortifié, et comporte à la fois des écuries (ou des enclos)
pour les montures et les bêtes de somme, des magasins pour les marchandises
et des chambres pour les gens de passage.
au moyen orient lieu où les caravanes de marchands font halte

 

Mémé met son grain de sel !

Dame, j’connais point ce mot-là moi. Mais j'vois Yvette qui commence à taper sur le clavier de sa machine à écrire, ( oui! je sais! son ordi quoi !) c’est qu’elle a dû trouver de quoi causer ; j’lui fais confiance.  C’est point que j’suis curieuse mais tout d’même, j’aimerais bin savoir.

Le bordj dans mon village

Ah ! ben voilà, j’m’en doutais bin, elle est core repartie dans son pays. Elle raconte que des caravaniers elle en a vu passer dans son patelin. Là-bas on se déplaçait pluss en bourrin (à cheval !!) qu’en voiture et pour cause les routes, c’était pas le top ! Les cavaliers, y avait que ça. D’ailleurs dans la caserne où elle était avec ses parents, y avait  des canassons , et son père était un cavalier émérite. Y avait des voitures aussi mais très peu et un car.

Le fortin qui servait de gendarmerie et où j'ai passé 6 années de mon enfance

Mais avec tout ça, son mot qui est long, CARAVANSERAILS, j’vois point c’que c’est dame. Elle va sûrement en dire deux mots. J’sens que p’t’être ça a un rapport avec les caravanes. J’va lui laisser l’temps d’avancer sinon elle va bin renâcler après moi ! L’est bin capable. Sinon je prendrai contact avec le Totor de Ghislaine, il saura, l’est plus intelligent que moi, j’verrai bin

Voilà, on y arrive. Je lis !

Alors dans son village, « y avait trois endroits qui à l’origine pouvaient servir de caravansérail. Le bordj dans le bas du village qui formait une grande place, une sorte d’enclos,  où il y avait l’église, les instituteurs, le garde-champêtre, les écoles, tout le monde était regroupé là. Et en haut du village en dehors il y avait un fortin qui a fini par servir de gendarmerie. Et là vivaient tous les gendarmes autour d’une très grande cour et où il y avait l’écurie avec les chevaux », on y arrive !

« Et le jour du marché, la veille, tous les indigènes descendaient de la montagne avec leur femme et leur monture qui était parquée dans un autre enclos. Sauf qu’il y avait peu de chevaux, c’était surtout des mulets ou des bourricots !!

C’est au plus profond de mon être, jamais je n’oublierai cet endroit, c’est viscéral chez moi, et ce n’est pas à 77 ans que ça va changer.

Je n’ai pas beaucoup d’anagrammes mais vous aurez eu un autre passage de mon enfance dans un pays merveilleux. »

 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #défi d'écriture, #Village, #Plaisir des mots

 

Ghislaine nous propose 8 mots pour son défi d'écriture

Esprit, liberté, amour, être,
attendre, valeur, juste, donner

ou le thème "" Pays, ville, village ""

 

 

Défi d'écriture chez Ghislaine N°98

Un tableau que j'ai peint sur mon village,

une de ses magnifiques plages.

 Les couleurs sur la toile sont heureusement moins criardes.

Je n'ai plus ce tableau donc plus moyen de reprendre la photo.

Mémé raconte.

Oh! dame , là c’est un défi qui entre dans la tête d’Yvette, elle va plonger dedans je sens ça ! Moi j’ai rin à raconter sur le sujet, à part peut-être kèkes p’tits voyages en car avec les vieux du village, non, j’ai rin à dire.

Elle ! Si ! Quand elle était toute mouflette, dans l’pays où qu’elle est née, elle disait qu’c’était la liberté, elle savait point ce qu’allait se passer après l’avoir laissé, dame sûr. C’est là qu’avait commencé son amour pour les animaux et le  bled, la nature quoi. Sa mère lui avait appris la juste valeur des choses de la vie, savoir donner, sans rien attendre en retour. Un esprit sain dans un corps sain qu’elle lui disait. Voilà, dame je répète c’qu’elle dit, hein ? Même maintenant ; chette-là peut pas rencontrer un mendigot qui lui quête une pièce, elle sort toujours sa bourse. On a beau z’y dire que c’est pas ces gences là qu'ont le pluss besoin, elle répond qu’elle a la conscience tranquille, qu’elle réfléchit pas ! Des fois ça pourrait aller à un vrai pauvre sans l’sous. Alors !

Ghislaine , mes salutations bien distinguées à Monsieur Totor.

(Hein quand j'veux, j'sais bin causer!)

Là Yvette a écrit un poème sur son pays natal, son village, elle a le mal du Pays !
 

 

Là-bas, c’était chez nous.

Un gentil petit village qui s’allongeait,

Tout blanc, sur la seule route nationale,

Sinueuse et escarpée, d’Oran à Alger,

Et que bordait un pittoresque littoral.

 

Là-bas, c’était chez nous.

Le ciel et la Méditerranée, toujours bleus,

Se confondaient sur un horizon très lointain.

Les plages des criques avaient des tons cuivreux,

Des galets, des coquillages, du goémon fin…

 

Là-bas, c’était chez nous.

Des grands palmiers bordaient une allée en pierraille,

(Mes genoux s’en souviennent encor), descendant

Vers une petite église au charmant vitrail

Encastrée au fond d’un bordj éclatant de blanc.

 

Là-bas, c’était chez nous.

Et le soleil si chaud ! Un vrai soleil ! Magique !

Il avait le don de tout métamorphoser.

La langue cosmopolite à l’accent typique,

Chantant à nos oreilles d’enfants, nous plaisait.

 

Là-bas, c’était chez nous.

Les parfums des oranges et du mimosa

Se mélangeaient à ceux intenses des épices,

Des melons, des bécess et du miel des zlabias,

Des olives et des couronnes à l’anis.

 

Là-bas, c’était chez nous.

Dans les cafés maures, dominaient le koumoun,

Le felfel, d’odeurs puissantes, la loubia,

Mélangées au poisson fumant sur le canoun,

Aux vapeurs du thé à la menthe et au cawa.

 

Là-bas, c’était chez nous.

Dans leurs gourbis, des musulmanes caquetant,

Roulaient avec doigté le merveilleux couscous

Autour d’un tajine en bois pour le Ramadan

Et les hommes à chéchia rouge et grand burnous.

 

Là-bas, c’était chez nous.

Et les mots ! Les noms des villages!

La mouna ! Les makrodes ! La caca d’chat !

Les plaquemines écarlates ! La kémia ! La harissa !

Gouraya ! Cherchell ! Lafayette ! Bou-Medfa !

Et s’affolent et s’envolent les vers et les rimes …

Là-bas ! LA-BAS …

 

Et encore maintenant c’est toujours chez nous ;

Et si vous y passez, alors racontez-nous.

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #petit jeu de lettres, #Plaisir des mots, #Circonlocution

Lady Marianne nous propose 15 LETTRES
nom féminin pluriel -

 Détours de langage qui, en évitant les termes précis,
visent à masquer la pensée ou à adoucir ce que l’on veut dire.


voici les lettres

I I O O O U C C C L N N R S T

 

 

 

Le mot: CIRCONLOCUTIONS

Oh ! là, je ne vais pas entraîner Mémé dans ce genre de discussion. D’ailleurs elle vient de prendre le train avec sa petite robe de linon fleuri, il fait beau ; elle est invitée chez une copine à 30km de chez elle donc elle rentrera dans la soirée après son circuit. Elle lui racontera son début d’aventure avec Totor de chez Ghislaine.

Alors grand débat :

circonlocution ou circonvolution ?

Circonlocution : le terme est lié étymologiquement à la parole : locution et circon: autour.

Circonvolution est considéré comme synonyme tout dépend du texte, ça envoie à ce qui entortille. Circon: autour et volver: rouler

Alors, que nous tournions dans tous les sens, que nous concoctions de belles phrases, avec des tours et des détours, des ambiguïtés, que nous contrôlions avec sévérité, il nous faudra bien choisir le bon terme, et pas les deux à la fois, ça se conçoit, afin que nous ne ruinions pas les vocables de notre belle langue !

Nous conclurons donc sans que nous croulions sous des tas de discours :

n’en faisons pas un tournois, ce n’est pas un concours !

La solution : choisissons celui qui sonne le mieux à notre oreille. 

Lamartine lui-même pouvait évoquer:

« de longues circonvolutions de paroles ».

Alors !

Alors,  moi je dis qu’il a tout remis à l’endroit en une seule petite phrase.

Cocorico !!!

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Bernieshoot, #lundi soleil, #L'eau si précieuse
L'eau pour lundi soleil chez Bernieshoot

Le Havre à Oudon en bordure de loire

Tableau et poème "faits maison".

 Je ne suis pas toujours à parler en patois, comme vous pourrez le constater. Mais les deux manières me plaisent autant l'une que l'autre. Ma langue maternelle est forcément le bon Français, celui qu'on apprend en classe et le patois je l'ai adopté en arrivant en France du moins c'est lui qui m'a adoptée pas la force des choses.

 

Loire d’ici et d’ailleurs

 

Tu coules tranquille entre tes rives diaprées,

Belle endormie, capricieuse et gracieuse,

Une brume légère nimbant tes verts près,

Fine mousseline opaline et vaporeuse.

 

Robe de mariée à la traîne striée

De mille rayures moirées et frémissantes

Avec ta couronne de géants peupliers

Se reflétant, hardis, dans ton eau miroitante.

 

Tes flots somnolents flattent la silice blonde

Des bancs de sable festonnant tes îles plates,

Eclairées par le soleil naissant sur ton onde,

Frémissement furtif sur les flancs d’une plate.

 

Un vol de mouettes criantes et impatientes

Nous annonce l’arrivée de quelque  fûtreau

Laissant dans son sillage une queue scintillante,

Godillant malicieux, négligeant ton repos.

 

Tu glisses entre les arches du pont,

Chuintant, clapotant, limpide et aérienne,

Hérissant de mille ridules ton beau front

Aux nuances variées d’ambre vert et d’obsidienne.

 

Tu captes la lumière du ciel et, magique,

Tu la transformes en une féerie d’argent,

D’or et de camaïeux de gris-bleu métallique,

Palette de couleurs aux tons toujours changeants.

 

Ce plaisir que j’ai de  t ‘admirer, belle amie,

Active l’envie que j’ai de t’emprisonner

Sur une toile où je pourrai à l’infini

Assouvir cette passion pour toi réfrénée.

 

                                   Yvette  Le  Quéau

Cet article est édité dans la communauté:

Flowerpower Bernieshoot lundi soleil

Publié le par Yvette
Publié dans : #Dodécaphonisme, #Défi Jeu de lettres, #Plaisir des mots

Notre Lady Marianne nous propose 14 LETTRES
nom masculin

Musique utilisant exclusivement les douze sons de la gamme chromatique.
voici les lettres

A E E I O O C D D H M N P S

 

Dodécaphonisme 

Ce mot je connais mais il n’est pas dans mon vocabulaire habituel. Non, et en plus ce genre de musique ne m'attire pas du tout, je suis ce qu'on appelle classique, dans tous mes goûts.

J’avais dit un peu de repos mais j’en ai une qui a quelque chose à dire, c’est Mémé. C’est un drôle de phénomène, je vous assure, elle se déchaine au point d’en devenir aphone ! elle est campée devant moi et attend que je veuille bien lui laisser la parole. Depuis qu’elle a su que Ghislaine avait parlé d’elle et de son Totor sur son blog, elle ne tient plus en place. Mais je l’aime bien, ( fiction tout  droit sortie de sous mon chapeau). Il n’y a qu’un spécimen dans son genre. Donc je vous la passe !

§§§§§§§§§§§

 Ah ! quand même ! L’est pas si fatiguée que ça, pour un peu j’aurais fait v’nir l’médecin ! C’est’y pas malheureux ! A matin j’l’ai vue très attinée dans son jardin, occupée quoi ! avec sa bérouette et sa pioche. Tient pas en place !

Asteure j’ai un mot à dire à Ghislaine, la copine d’Yvette.

Voilà, j’suis bin contente que Totor, il lui a causé deux mots d’moi. J’aurais jamais pensé à ça, pour sûr. Dame il est bin courtois ce monsieur ! Il lui a parlé sans barguigner de moi, (sans hésiter), c’est signe que je lui ai fait impression. Mais hein, faut pas que Gigi elle se fasse du mouron, faut pas qu’elle se monte le bourrichon, moi aussi c’est en tout bien tout honneur ! Pour l’instant nous ne nous connaissons pas encore ! J’ai pas pensé une seconde à mal ! ce s’rait bin moche de ma part ! Et les ceusses qui pensent à mal, j’les laisse jacter !

Alors comme ça, il se souvient plus d’mon nom ? j’le comprends, moi-même ça m’arrive. Ipomée que j’me prénomme ! Comme la fleur ! Mais dame la fleur elle est bin fanée !

Image: Ipomée, graines Baumaux

S’il descend dans mon quartier, je srais bénaise de l’recevoir, il a pas besoin d’se pouiller, (bien se vêtir) peut v’nir en manche de chemise s’il fait beau; dame, moi j’suis point fière. Il verra, au bout du chemin de terre, c’est tout dret, (droit) y a un chêne et un gros sapin et pis à côté de la niche à chien, y a un portail, l’aura qu’à pousser et entrer, ce s’ra pas crouillé (fermé) ; c’est point riche chez moi, mon domaine l’est petit, y a que quatre pièces, mais j’sais recevoir ! je lui frai une tarte napée de gelée de fruits avec un gorgeton  de bon Vallet (Muscadet), qu’il m’en dira des nouvelles. Mais faut pas se boissonner (s’enivrer), il conduit, lui !

Et aussi il faudra que je lui parle bien, ça aussi je sais faire le dimanche et quand je sors ; mon patois c’est pour tous les jours et tout dépend avec qui ! Mais des fois j’croche sur les mots !

Donc Ghislaine, un grand MERCI et à bientôt !

Signé :  Ipomée , dite Mémé!

Vous portez le prénom Ipomée,

Vous êtes altruiste, émotive, sensuelle...

Vous êtes une idéaliste... Vous avez le sens de l'esthétisme, un côté artiste. Emotive, sensible, vous portez en vous un désir d'évasion.

Bien que disponible envers les autres, vous êtes une fervente individualiste : il est difficile d'obtenir des concessions de votre part... faites attention à un certain égocentrisme, voir misanthropie.

Retrouvez Mémé là dedans!

 

 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Défi d'Evy, #Defi Ghislaine, #Patois nantais

 

Les mots imposés

Jeu, jardin, cuisine, haut, amusant, modération, meilleur, immense.

Ah ! mais !  ma mémé est complètement retournée ! Elle se dit qu’Yvette et Ghislaine vont un peu vite . C’est bien gentil tout ça mais faut pas s’immiscer dans la vie des gens comme ça. Elle tourne dans la cuisine comme un lion en cage, c’est pas amusant tout ça ! elle vient de lire ce qu’a raconté Gigi sur son blog.

 

Elle va en haut, redescend, va dans le jardin, ne sait plus où elle en est ! Ce n’est plus du jeu.

Bon, elle finit par s’asseoir, réfléchit, se lève, revient sur ses pas. Elle est dans un immense désarroi. Mais après tout, pourquoi s’énerve-t-elle ? L’ami Totor lui-même aimerait la rencontrer. Elle avait eu la même idée. Alors ? Mais voilà, même s’il veut l’inviter à prendre un coup de bon Vallet ( muscadet) , même avec modération, elle espère que ses intensions sont des meilleures . Oui, d’après Ghislaine, alors où est le mal ? c’est pas souvente fois qu’elle invite ou se fait inviter, non pour sûr !

Quand- même ! Avoir la même idée ! Mais comment faire ? les messages vont se croiser, encore un souci de plus. Elle est bin en renaud ce jour ! (Ennuyée). C’est qu’elle a écrit quelque chose chez Lady Marianne pour dimanche avec les anagrammes et voilà ! et là elle dévoile son prénom !

Et puis pourquoi 3 mémés, hein ?  Mémé, elle,  c’est le diminutif de son prénom. Alors ? pauvre Mémé qui ne sait plus où elle en est, toute tourneboulée, dame.

Quand à vous, si vous voulez savoir, il faut passer chez Yvette Dimanche ! http://yvette-richard-lequeau.over-blog.com/.

Mémé est enfin calmée, elle fait confiance à Ghislaine. Maintenant elle se prépare pour la rencontre!

 

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

https://www.deezer.com/playlist/1363369975?utm_source=deezer&utm_content=playlist-1363369975&utm_term=3414283404_1579878678&utm_medium=web

Articles récents

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog