Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #Plaisir des mots, #petit jeu de lettres

Notre amie Marianne nous propose12 LETTRES

adjectif
qu'on ne peut prendre d'assaut

voici les lettres

A E E U B G I L N N P X

 

Invincible Mémé.

Tout ça parce qu’un jour elle avait autorisé un cultivateur à passer par son chemin et qu’il en avait abusé et que maintenant il y a plein d’ornières, car il passe avec des machines avec des roues de plus en plus grosses ! alors elle l’attend de pied ferme. Et comme elle n’a pas sa langue dans sa poche….

« Ne ris donc point de mes avatars ! Il doit être bigleux, ma parole, c’est pénible de voir ça ! Ma belle aubépine a sauté ! Mon aulne que j’adore : le tronc raboté ! Oh ! mes aïeux, là mon sang n’a fait qu’un tour. Je lui ai déjà dit de faire attention mais il pige pas ! Il doit être un peu bègue dans son cerveau. Mais là il a écrasé toute la terre que j’avais binée ! non mais sans blague, j’va pas le laisser continuer ! Mon épagneul il était englué dans la boue quand il a plu, il a fallu que j’le passe à la flotte, l’était tout galeux ! J’peux même plus passer avec ma berouette, elle est toute chambranlée. J’suis en rogne ! Dame ! C’est point aujourd’hui qu’il aura son verre de Pineau, ni sa gnaule pour sûr ! J‘va finir par lui faire payer un droit de passage annuel si ça continu ! J'vais sans barguigner (hésiter ) lui dire ce que j’pense. Moi je voulais lui rendre service mais c’est un profiteur !

Je vais faire mettre des épieux devant l’entrée du chemin, si ça continue !  j’suis plus très agile pour faire ça ! Va falloir core sortir le hérisson, le porte-monnaie quoi ! J’suis pas méchante ni rancunière mais y a des limites. La Pélagie ma copine, m’a dit de pas me laisser faire ! J’suis pas une ingénue, née de la dernière pluie, moi !

Là, j’sais qu’il va passer ce matin avec ses copains et leurs fusils, c’est l’ouverture d’la chasse au lapin. Vont m’entendre ! Moi j’aime point les chasseurs. Ils vont retourner d’où qu’y viennent, vite fait ! Ca m’ennuie de faire ça, mais j’suis dans mon droit. »

Et on voit notre Mémé les poings sur les hanches et regard noir, piquée à l’entrée de son chemin telle une forteresse inexpugnable.

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #défis d'écriture, #Plaisir des mots

Notre amie Ghislaine nous propose 8 mots

Chemin, élan, rapide, fatigue

perdre , planer, presser, allumer.. Ou le thème

faire un texte avec au moins 5 mots se finissant par "" ant ""

Sans perdre un instant, Mémé est partie sur le chemin, pour chercher des brindilles sèches pour préparer le barbecue de ses petits-enfants qui allaient venir la voir ce soir. D’un pas rapide, dans la mesure de ses vieux moyens, prise dans son élan, elle ne vit pas le héron planer au-dessus de sa tête. Elle fut si surprise, qu’elle faillit perdre sa brassée de bois.  Et pourtant elle le connait bien cet oiseau, il vient boire dans l’eau de l’étang et se régaler de grenouilles.

Elle était allée trop loin, la fatigue commençait à se faire sentir. Voyant un tronc d’arbre couché par la dernière tempête, elle s’assit un moment dessus. Il lui fallait cependant se presser, sinon, le feu ne serait pas près d’être allumé. Mais elle laisserait la jeunesse faire, quant à elle, elle savourerait les plaisirs en famille.

 Défi d'écriture 103 Chez Ghislaine
 Défi d'écriture 103 Chez Ghislaine

Là c'est un bébé crapaud que j'ai récupéré les quatre fers en l'air, dans l'abreuvoir des chats. Je pensais qu'il était mort, mais non, il a remué, juste le temps d'aller chercher mon appareil photo, vite une petite pause et je l'ai remis dans l'herbe. Il était si petit! Il avait dû faire un sacré bond pour se retrouver dans le récipient. C'est ça les jeunes, ça n'arrive pas à bien évaluer encore la distance et la hauteur et plouf! dans l'eau et aucun moyen de se sortir de là. Il était dit que je devais passer par là!

Publié le par Yvette
Publié dans : #Plaisir des mots, #petit jeu de lettres

Notre Amie Lady Marianne nous propose  12 LETTRES
nom féminin

Étiquette autocollante qui s'applique sur une vitre
et qui peut être lue par transparence.


voici les lettres

A A E I I U H N P R T V
pas de o dans le mot

VITRAUPHANIE ! Allons ! bon, nous voilà en pleine déco ! Si je voulais, avec la véranda, j’aurais de quoi faire ! Mais comme dirait Mémé : « T’as point besoin de ça, la nature c’est ben plus beau. Et dans les villes, dès à présent tu peux plus voir à l’intérieur des magasins derrière la vitre, ça envahit les rues. Quand j'suis passée devant la devanture de la coiffeuse « Chez Athéna », je voyais rin, j’croyais reconnaître la Pétunia, mais c’était pas sûr, avant c'était mieux. En plus, y avait du soleil, l’auvent n’avait pas été déroulé ».

Et elle a en partie raison ! c’est presque une action punitive pour elle si curieuse, ça la prive de bien des potins. (Marianne aurait pris VITROPHANIE avec un O mon « potin » il passait !!! Elle joue avec nos nerfs, moi je vous le dis !)

Il m’est arrivé d’utiliser des stickers, sur mes vitres pour Noël. Et apparemment c’est le même système !

Ceci dit , je ne connaissais pas ce mot, on en apprend toujours chez notre amie Lady Marianne.

 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #défi d'écriture, #Plaisir des mots

Notre amie Ghislaine nous propose 8 mots

Sonate, requiem, concerto, allegro, fugue,

suite, ouverture, jouer.

Ou les thèmes, "" plaisirs d'été "", ou ""thème à votre choix"

 

Et voilà chez nous c’est la mi-Août ! Il va y avoir des concerts, mais moins qu’où nous habitions.

Il y avait plus de greffiers en goguette et pas mal de fugues au grand dam des maîtres inquiets.

Quand la nuit venait nous assistions à un véritable festival de mi, de fa, de do ! Pas de requiem ! Non, c’était plus gai.

Il y avait l’ouverture, généralement lente et par la suite de plus en plus rapide et intense. Un arrêt et une sonate très riche en mouvements, au moins cinq ou six. Oui, oui !

 Puis le concerto dont lallégro, Ô l’allégro !!! Lui il se terminait généralement par des hurlements humains, des tuyaux d’arrosage en action et toutes sortes de projectiles, et c’était la débandade.

On ne peut pas plaire à tout le monde ! les humains ne sauront jamais apprécier. Pourtant jouer en plein air, quel bonheur !

Publié le par Yvette
Publié dans : #rodomontade,, #petit jeu de lettres, #Plaisir des mots

Notre Lady nous propose 12 LETTRES
nom féminin pluriel

C'est une farce, un terme littéraire utilisé pour désigner

des propos fanfarons, une attitude prétentieuse et ridicule.

voici les lettres
A E O O O D D M N R S T

 

Notre Mémé étant partie en excursion avec les anciens du coin, je vais être seule à écrire, alors on va changer. Plus de patois mais du français ancien, cela a un peu de rapport mais c’est différent quand-même !

Rodomontades vient de Rodomonte, proprement « ronge-montagne », personnage du Roland furieux que l’Arioste avait emprunté au Roland amoureux de Boiardo. Le Rodomonte de Boiardo est un roi d’Alger, brave et belliqueux, mais altier et insolent. Ludovico Ariosto dit L'Arioste (né le 8 septembre 1474 à Reggio d'Émilie et mort le 6 juillet 1533 à Ferrare) est un poète italien de la Renaissance.

Avant d’être des noms communs rodomontade, de rodomont,   tartarinades de tartarin , matamore  de matamoros tueur des maures etc. ont été les noms de héros littéraires. Tous ayant à peu près le même sens : des vaniteux, des fanfarons, des fiers-à-bras.

On les voit souvent bomber le torse, et d’une voix de ténor euh ... non on dit de stentor, non ? (si mais moi ça m’arrange, la tonalité étant un peu différente !!)   bref, ils haranguaient les foules, ou les soirées. Les monstres abattus ; les tornades vaincues, ils mordent à pleines dents dans des feus ardents, quitte à damner les éléments. Devant une foule n’osant rien dire ni mander quoi que ce soit, tant leur savoir-raconter est grand.

 Peu à peu ces noms sont devenus dévalorisants. Un peu comme le patois régional. Mais de cela j’en parlerai un autre jour !

 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Villers Cotterêt, #petit jeu de lettres, #Plaisir des mots

Notre chère Lady Marianne nous propose 16  LETTRES
Ville où a été signée cette ordonnance ?
en deux mots
aussi appelée ordonnance Guilelmine,
c' est une ordonnance royale décrétée les 10 et 25 août 1539
par François Ier, roi de France.

Elle traite de diverses préoccupations administratives du royaume
(telles que la justice, la police ou les finances), mais la véritable innovation qu'elle
contient réside dans les articles 110 et 111 qui imposent l'usage du français dans
les actes administratifs.

voici les lettres

E E E I O C L L R R S S T T T V

 

-Oh ! dame, toi, t’as keke chose à m’demander, rin qu’à voir ta tête !

-Oui, mémé, tu as bien vu. Tu m’as bien dit que tu étais allée à l’école, hein ? mais à ton école, on parlait français ?

-Ah ! Ça, pour sûr qu’on parlait Français, tous les écoliers parlaient Français ! !

-Alors pourquoi parles-tu en patois nantais ?

-Parce que … ça me plaît ! Avec ton pépé, on vivait avec nos vieux qui eux n’avaient jamais mis les pieds dans une classe. Savaient ni lire ni écrire ! voilà ! Savaient compter, par la force des choses ! Mais dame, pour qui donc tu poses cette question ?

-Parce que … là c’est long à dire. En classe j’ai à parler de l’ordonnance de Villers Cotterêts. Et il est question des articles 110 et 111 qui imposent l’usage du français dans les actes administratifs. Et c’est vieux, ça date de François 1er.

-Ah ! bon ? tin donc ! Jamais entendu causer d’ça ! J’ai appris à lire et à écrire EN FRANÇAIS, oui da !

J’me souviens, j’avais un sarrau (tablier, blouse) noir avec une collerette blanche, et dame on le portait jusqu’à l’usure et ça faisait les cousins même. On mangeait sur place, on était point gros, on voyait nos côtelettes dans le dos, pour sûr ! On partait à l’aubée (tôt) en sabiots avec de la balle dedans, fallait pas bernauder (flâner) en cours de route. Les gars nous racontaient des histoires de sorcellerie, en chemin et des fois il m’arrivait de veser (pleurer), dame j’aimais point l’école ! J’étais point vrillotte (vive) étant gamine. La maîtresse, madame  Eloïse Tisser était sévère.

Moi je trouve qu’il faut point laisser tomber nout’patois dans l’oubli, c’est tout ! J’ai t’y répondu à ta d'mande ?

-Oui Mémé, mais j’ai du travail à faire.

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #défis écriture, #Plaisir des mots

Notre amie Ghislaine nous propose 8 mots

Doux, dodu, dominer, discrétion,
allergique, traiter, besoin, conseil

ou thème  Petits Bobos, ou Vacances

 

Alors là, Ghislaine ton sujet ne pouvait pas mieux tomber ! Que je raconte !

 Voilà! il y a environ deux semaines, je me suis rendue compte que mon Mitou, mon gros, gros chat Mitou bien dodu et tout doux, n’arrêtait pas de se gratter, sur tout le corps. Au point que du fait qu’il est très gros et pas à l’aise, je le grattais et il se laissait faire. Tout le corps y passait et le pire il se cachait ! plusieurs fois je l’ai cherché dans le jardin alors qu’il était caché derrière un meuble. Et le corps parcouru de frissons. Comme les oreilles y passaient aussi, j’ai pensé à de la gale, mais non, oreilles très propres. Et puis les aoutats : comme son ventre est blanc et rose, tout était très beau et propre, pas de piqûre. Et le comble, il ne voulait plus sortir, il avait peur. Mais peur de qui ? de quoi ? son ennemi juré Arthur, étant lui-même en mauvaise forme avec de la gale dans les oreilles, et pas vif. Mitou se fait dominer par lui. Alors besoin de conseils : pharmacie !  produits anti-puces, tiques et aoutats. Mais rien n’y faisait. Je l’ai frictionné avec toutes sortes de lotions calmantes, impossible de le soulager. Et sur le dos, du fait qu’il est noir je ne voyais absolument rien. Comment traiter quelque chose qui m’était inconnue. J’ai fini par me dire qu’il lui était arrivé une avarie dans le jardin puisqu’il ne voulait plus sortir. Et cette avarie : une bestiole, genre taon, a dû le piquer sur le dos à un endroit qu’il ne pouvait pas ou peu atteindre, au point de se mordre les pattes ; il a dû faire une allergie suite à cette piqûre. Alors je lui ai donné des granules homéopathiques de Passiflora et au moins il était calmé. Maintenant il va mieux, il sort en toute discrétion, remonte du jardin à toute vitesse et ça suffit pour la journée. Il lui arrive encore de se gratter mais ça va mieux. Ça ne l’empêchait pas de manger comme un ogre et de venir se coucher sur mes genoux, même il me recherchait, pensant que j’allais réussir à le guérir. Pas de véto, il est tellement fou dans le panier qu’il roule dans la voiture, enfermé.

Et voilà mon histoire vraie ! Ça fait deux semaines qu’il ne sort pas, même pas avec moi, il me regarde, c’est tout ! Pauvre gros Mitou! C'est quand même en bonne voie!

Publié le par Yvette
Publié dans : #petit jeu de lettres, #pusillanimité, #Plaisir des mots

Notre amie Lady Marianne

nous propose 13 LETTRES
nom féminin
peur des responsabilités

voici les lettres

A E E I I O B G H H P P Y

 

Pusillanimité ou hypégiaphobie

J'ai choisie Pusillanimité

-Ah ! te v’là mon fille core avec ton calepin, le crayon à la bouche et les nez en l’air ! t’as pas l’air d’avoir d’inspiration !

-Oh ! non mémé ! j’ai des doutes.

-Ah bon ? mais c’est kèke donc tu as ?

-Oh ! c’est difficile à dire, j’ai peur des responsabilités. Je voudrais bien faire médecine, mais je crois que je vais plutôt faire art/déco, ce sera plus sûr, c’est mon ultime chance.

-Ah ! dame tu tiens ben d’ton grand-père. L’avait toujours peur d’aller de l’avant, si j’avais pas été là, on aurait vécu dans un taudis ! Moi j’suis du signe du taureau, je fonce tout dret d’vant moi. Lui c’était la balance : il savait jamais. C’était épuisant. Il s’était lié d’amitié avec not’voisin italien, une nullité, pas croyable, un peu simplet. Il peinait pas beaucoup, çui-là, c’était pas un mais plein de poils dans la main. Il s’était point servi de manuels comme toi pour apprendre. Il savait que mettre des pétunias, des tulipes, des laitues  dans son jardin.

-Mais, mémé, c’est déjà ça, c’est mieux que rien !

-Pour sûr ! mais ton Pépé il perdait son temps avec lui. C’est ben simple, il avançait à rin ! C’était épuisant ! Et l’autre il lésinait pas sur le picrate (vin) ou les pintes de bière. Heureusement que je veillais. Ta mémé c’était une maline.(maligne). Je multipliais d’astuces. Dans ma vieille caboche, c’est illimité. J’me plantais au milieu des deux et je leur mettais un outil dans la main chacun et je disais : toi tu tailles la haie avec minutie et toi tu élagues les aulnes. Et après vous aurez de la piquette !

-Pour mieux faire passer la pilule ! Fallait ben ça ! toute peine mérite salaire disait mon vieux père !

Lequel des deux ?

La personne pusillanime craint le risque et les responsabilités, elle manque de courage, de fermeté et d'audace.

 

 

 

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

https://www.deezer.com/playlist/1363369975?utm_source=deezer&utm_content=playlist-1363369975&utm_term=3414283404_1579878678&utm_medium=web

Articles récents

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog