Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Béjar
Publié dans : #Poésie d'auteurs

 


Le cor

J'aime le son du cor, le soir au fond des bois,
Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois,
Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible accueille
Et que le vent du nord porte de feuille en feuille.

Que de fois seul dans l'ombre à minuit demeuré,
J'ai souri de l'entendre, et plus souvent pleuré!
Car je croyais ouïr de ses bruits prophétiques
qui précédaient la mort des paladins antiques.

O montagne d'azur! o pays adoré,
Rocs de la Frazona, cirque du Marboré,
Cascades qui tombez des neiges entraînées;
Sources, gaves, ruisseaux, torrents des Pyrénées;

Monts gelés et fleuris, trône des deux saisons,
Dont le front est de glace et le pied de gazon!
C'est là qu'il faut s'asseoir, c'est là qu'il faut entendre
Les airs lointains d'un cor mélancolique et tendre.

Souvent un voyageur, lorsque l'air est sans bruit,
De cette voix d'airain fait retentir la nuit;
A ses chants cadencés autour de lui se mêle
L'harmonieux grelot du jeune agneau qui bêle.

Une biche attentive, au lieu de se cacher,
Se suspend immobile au milieu du rocher,
Et la cascade unit dans une chute immense
Son éternelle plainte aux chants de la romance.

Âmes des chevaliers, revenez-vous encor?
Est-ce vous qui parlez avec la voix du cor?
Roncevaux! Roncevaux! dans ta sombre vallée,
L'ombre du grand Roland n'est donc pas consolée?

Alfred de Vigny

       Je ne sais plus en quelle classe j'étais quand j'ai appris ce poème. Mais il est un des rares que je connaisse par coeur. Il me plaît de temps en temps de me le réciter pour voir si ma mémoire est encore bonne. Et ça marche toujours.
       Il est un peu triste, à cause de la chasse mais il est si bien décrit par l'auteur. Bien sûr il ne s'arrête pas là mais je n'étais pas allée plus loin. Je ne me souviens que du premier vers suivant  et du dernier: Tous les preux étaient morts etc.et la fin: Dieu! que le son du cor est triste au fond des bois. La chanson Roland! Roland de Ronceveau.
       Cela vous rappelle-t-il quelque chose? Regardez la construction des alexandrins! Je les lis comme je regarde un tableau de maître!

      

 

Commenter cet article

Violette dame mauve 11/07/2009 09:12

Roland de Roncevaux est une partie de l'histoire que j'ai toujours aimé avec son épée durandal alors les poèmes parlant de lui restent dans ma mémoire.
Bisous
Violette

Annick 11/07/2009 04:48

ce poème est magnifique!
mais la vidéo s'est bloquée!
celui-là n'est pas resté dans ma mémoire,je n'ai pas du bien l'apprendre..
par contre,pour moi,c'est l'albatros de Baudelaire que je connais par coeur!je l'avais même déclamé lors d'une soirée poétique.
bisous de Cayenne.

Sonya 11/07/2009 02:52

De très bons souvenirs qui ne rajeunissent pas. C'est agréable de pouvoir relire ce poème.

Béjar 12/07/2009 18:44


Comme tu le dis si bien ça ne nous rajeunit pas!


Alice 10/07/2009 23:00

Merci pour Adrien , avec un peu d'avance bon anniversaire à ta fille quelque soit l'âge c'est toujours notre bébé le jour d'anniversaire de nos enfants ..
Bonne soirée
Bises

clementine 10/07/2009 22:01

le poème est tout en image.
clem

Chathelin 44 10/07/2009 21:47

J'aime le son du cor, le soir au coin des bois ! ( chanson de charles Trenet de son dernier album) j'aime beaucoup cet instrument et nous allons à la fête de la St Hubert à LA CHAIZE LE VICOMTE tu dois connaitre peut être ?Je vois que tu as unes minette de malade ? je suis désolée , je trouve qu'en ce moment c'est difficile pour toi .... bisous bisous
valérie

redouane 10/07/2009 21:22

un petit bnj en pasant béjar
je ss ravie de découvrir votre blog. les récitations me rappelent la frappe de mon institeur. avrai dire que je ne ss pas attentifde la poésie.,bon courage

Béjar 10/07/2009 21:44


SAlut Redouane, quand tu parles de frappe, c'était avec la règle sur les doigts, c'est ça? j'ai connu ça aussi, ça faisait mal!


pauline 10/07/2009 15:03

c'est un très beau poéme !

Béjar 10/07/2009 21:42


Oui il est très beau, j'adore cette descrition de la nature sauvage, Vigny excellait en la matière.


margareth 10/07/2009 13:35

Comme beaucoup, me semble-t-il, je n'ai gardé en tête que les premiers vers et je ne me souvenais même pas qu'ils étaient de Vigny ! Ma foi je suis contente de relire cette poésie dans sa totalité.

Béjar 10/07/2009 21:41


Que de souvenirs n'est-ce pas?


Alice 10/07/2009 12:56

Bonjour,

Me voici pour un court passage sur les blogs de mes fidèles amis comme toi et te souhaiter un bon week-end.
Gros bisous
Alice

Béjar 10/07/2009 21:37


Bon retour Alice et bienvenue!


Tachka 10/07/2009 12:30

Tout m'est revenu! et j'en avais appris un bout de +! :
Tous les preux étaient morts, mais aucun n'avait fui.
Il reste seul debout, Olivier prés de lui,
L'Afrique sur les monts l'entoure et tremble encore.
"Roland, tu vas mourir, rends-toi, criait le Maure ;

d'ailleurs sait plus si "maure " ne s'écrivait pas avec un o!
C'est loin!!!
Bizous

Béjar 10/07/2009 21:37


Moi aussi le début , mais les descriptions avaient disparues c'est pourquoi j'ai préféré les premiers alexandrins, divins!!!


JACQUELINE 10/07/2009 12:15

Nous nous souvenons de ces "efforts" que nos maitres nous imposaient mais il faut les remercier!!!
Je suis de retour avec beaucoup de souvenirs de moments chaleureux..cette fois ci ce n'était pas un voyage touristique..mais un voyage d'affection!
Je t'embrasse

Béjar 10/07/2009 21:35


Bon retour et j'attends tes photos!


Sherry 10/07/2009 11:39

J"ai appris cette poésie à l'école, il y a très très longtemps. Quand j'ai lu les premières lignes, je m'en suis tout de suite souvenu.. quel plaisir

Béjar 10/07/2009 21:35


Je ne me souviens plus tellement mais je crois que c'était en 4ème mais je me trompe peut-être!


linou 10/07/2009 09:46

j'adore ce poème ! je l'ai appris (une partie) gamine et ne m'en souvenais plus trop et ça me fait penser à cette année-là où j'ai gagné le 1er prix en chantant à la kermesse oh St Hubert patron des grandes chasses....le cor... j'avais 8 ans et j'ai gagné une boite de 12 crayon de couleurs ! j'adore le son du cor magnifique instrument....
bisous
line

Béjar 10/07/2009 21:32


J'ai toujours aimé ce poème et me le suis souvent récité pour voir si ma mémoire était bonne.


Bienvenue sur mon blog

 

 

 

 

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

 



"Vieillir,
c'est quand on dit : Tu
à tout le monde,
et que tout le monde
nous dit : Vous"

 
 
 
 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

Articles récents

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

 

Hébergé par Overblog