Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #Gouraya algérie

 

 

 

  Gouraya, Messelmoun 39/45

 

 

ESSEBBARA 30 01 09 copie 

 

   

 

         J’ai reçu il y a quelques semaines des photos de mon village Gouraya. Enfin plus spécialement d’un endroit près de Gouraya : Messelmoun qui a connu son heure de gloire pendant la guerre 39/45. Je vais vous livrer un passage de mon livre dans lequel je relate ces moments.

 Et puis j’y joindrai quelques photos prises récemment par mon amie Seg-Yourayenne. A elle je dis un grand MERCI. Merci d’avoir pensé à moi. Dommage que mon livre soit terminé, chaque  photo aurait eu sa place dans mon récit.

   P1010558 messelmoun ruines 23 04 10-copie-1

La ferme Sitgès où avait eu lieu une commémoration ...

 

.... mais au fait, c’était quoi au juste cette commémoration ? On y arrive.

 

La ferme Sitgès est située entre Messelmoun et Gouraya et avait été surnommée la « ferme des Anglais » à cause de deux tombes d’Anglais probablement enterrés tout près. L’armateur Sitgès était à l’origine de l’arrivée d’Espagnols dans le village de Gouraya. En 1942, cette ferme avait abrité une rencontre ultra secrète, qui consistait en l’étude définitive des derniers détails de l’opération «Torch» en vue du débarquement futur des armées alliées en Algérie contre les forces nazies. Opération présidée par le général américain Clark qui avait regroupé des Anglais, des résistants français et aussi des Américains. Et cette rencontre a eu lieu le 22 octobre 1942 près de Gouraya. Le général était arrivé à bord d’un sous-marin Seraph, à 1h30 du matin dans la nuit du 20 au 21. A cette époque la France était dirigée par le Maréchal Pétain.  La ferme, isolée, appartenait à un ami du lieutenant de réserve Queyrat, avocat à Cherchell et était mise à la disposition des résistants. Pour ne pas éveiller les soupçons de la population, il fallait que les chefs puissent opérer en toute sécurité. Une des fenêtres de la ferme devait être allumée afin que du sous-marin, on puisse voir la ferme. A 1h30, quatre kayaks accostent, accolade, moments émouvants. Tout le monde entre dans la ferme, bateaux compris. Arrivée des autres protagonistes. Discussion vers 8h, puis repas et un peu de repos. Mais vers 16h, alerte : la police a été prévenue, et les gendarmes arrivent. Branle-bas de combat, les personnalités françaises déguerpissent et tout le reste se retrouve à la cave après avoir regroupé et caché tous les papiers et cartes d’état-major. Le général américain n’est pas content, il n’apprécie pas du tout : il ne veut pas descendre, il ne veut pas qu’on l’enferme ! En haut, on simule un banquet avec beaucoup de vin et du désordre, ce qui fut accepté. Et enfin vers 3h, retour vers le sous-marin. Mais problème de hauteur de vagues, deux gros brisants à passer. Il valait mieux avoir des barques, et le général américain qui ne voulait pas qu’on le bouscule, qui avait oublié ses lunettes, qui avait froid, finit par donner l’ordre du départ avec les kayaks, sans pantalon et les papiers stockés dans des sacs suspendus à leur cou. Il fallut s’y prendre à plusieurs fois pour que les quatre embarcations réussissent à passer les brisants, et à 5h l’opération fut terminée avec succès. Il fallut inspecter la plage pour que rien ne fût suspect et on découvrit un pantalon, celui du général Clark ! C’était en 1942 et nous étions à Bou-Medfa et je n’avais pas encore six mois. Et voilà pour la ferme Sitgès. A l’heure actuelle, cette ferme a été livrée au vandalisme et complètement dégradée. Mais c’est sans compter quelques âmes vaillantes qui ont décidé de réhabiliter ce lieu. Une stèle avait été dressée à l’entrée de la ferme avec une inscription sur une plaque commémorative : « Ici commence la route de la libération de la France, de l’Europe et du monde du joug nazi ». Le site va être réaménagé de façon à le remettre en valeur.

 

 P1010542 messelmoun tombe anglais 23 04 10-copie-1

P1010541 messelmoun tombe anglais 23 04 10-copie-1 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Une des deux tombes de soldats anglais

   

 P1010547 messelmoun tombe anglais 23 04 10

P1010544 messelmoun tombe anglais 23 04 10

 

 

 L'autre tombe

 

P1010548 messelmoun ruines 23 04 10  

P1010564 messelmoun plage audessous des ruines 23 -copie-1

 

 

 La mer par où était arrivé le sous-marin et la ferme qui a servi de lieu de rencontre

 

 P1010578 messelmoun ruines cache sous terraine 23 -copie-1

  P1010584 messelmoun ruines les arcades Est et cache ss ter

 

  Deux ouvertures de cachettes souterraines

 P1010580 messelmoun ruines les arcades Est

  P1010576 messelmoun ruines les arcades Est-copie-1

 

  Les derniers vestiges des arches de la ferme Sitgès à Messelmoun

 P1010571 messelmoun ruines cour interieure 23 04 10 

P1010561 messelmoun ruines 23 04 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ruines de la cour intérieure

P1010591 messelmoun ruines INSCRIPTION SUR LE MON-copie-1 

P1010587 messelmoun monument récent 23 04 10-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monument récent

 

P1010589 messelmoun ruines INSCRIPTION SUR LE MON-copie-1

 

 

 

  Et voilà une page de vie racontée en quelques photos !

Merci encore à toi mon amie, 

tu as réussi à me replonger encore une fois dans mon passé algérien.

 

 

Commenter cet article

M


bonjour je m'appelle ahmed, je suis né à bouhlal en 1959 malgré que tous mes certificats de naissance mentionnent gouraya, est ce que tu connais? c'est un douar juste à côté comment est ce je
peux le situer? merci pour ton blog et tes souvenirs, car moi je suis venu en 1962 en france et je n'ai vu que peu de choses,aprè mon voyage en 1974 à cherchell, je vais y aller en vacances
bientôt et je te raménerai des photos. comment peut on se procurer ton livre et combien coûte-t-il?



Répondre
Y


Bonjour Ahmed, effectivement tu étais bien jeune quand tu as quitté Gouraya. 3 Ans! Je ne connais pas ce Douar, j'y suis peut-être allée quand j'étais petite mais je ne me souviens pas du nom. Je
te remercie d'être passé sur mon blog, c'est gentil! je vais t'envoyer un mail à ton adresse!



A


Emouvant témoignage d'un passé pas si lointain. Un blog comme je les aime !



Répondre
Y


Non pas si lointain que ça, mais un peu quand-même quand on voit que cela a mon âge et que j'approche des 70 ans!!!!



N


Bonsoir, magnifique ces vus, et je reviens demain continuer ma lecture. nikou66



Répondre
Y


C'est une amie de Gouraya qui les a prises pour moi à son dernier voyage là-bas!


 



M


Merci Yvette d'avoir transmis ce récit, moi qui est vécu cette triste période, je suis toujours intéressée, Merci à ton amie.


Bisous, Marielle.



Répondre
L


Bien que sachant qu il y avait eu eu des pouparlers dés 1942 entre les alliés en Algérie, j ignorais totalement ou ils s étaient déroulés. Je suis content d en avoir appris plus sur cette affaire
qui est restée assez peu connue.Le Général a eut chaud, quelle affaire s il avait été fait prisonnier par les gendarmes français!


Bonne soirée Yvette


Latil


 



Répondre
Y


Mon petit-fils qui est en fac d'histoire m'a dit que le prof en a parlé dans la semaine. Une phrase rapide mais ça lui a rappelé ce que j'avais écrit dans mon livre!



V


c'est magnifique , ces photos ,tout ce passé qui remonte dans les mémoires , les anglais on aussi colonisé la Tunisie, mon arrière grand père en faisait partit !!!!


 bonne journée



Répondre
M


émouvant retour en arrière! j'imagine ta joie et tes larmes!



Répondre
M


Coucou Bella !


Comme ces photos et ton texte accentuent encore mon envie de lire ton livre, je l'attends avec impatience ! Bonne journée à toi et à bientôt, avec grand plaisir


Marie-Hélène



Répondre
T


Magnifiques photos surtout celle du début représentant des plans d'AGAVE (sébbara en arabe).Dommage que ce ne soit pas la période de floraison avec son antenne et sa sommité fleurie chargée de
nectar et trés prisée par les abeilles.


  Jadis,toute une ruelle menant de ma maison au port de Gouraya portait le nom de "AVRITH N'ESSEBARA" car sur toute sa longueur ,elle était plantée d'agaves, cette magnifiue plante éxotique
qui nous vient de la patrie des Incas.


 



Répondre
J


C'est bien de pouvoir replonger dans son passé même qu'avec des photos !


J'aiemaris tant recevoir des photos de Mostaganem ou je suis allé jusqu'en 6ème (Lycée Renet Basset)


Amitiés, Jean Marie



Répondre
J


De belles photos  grâce auxquelles tu fais revivre un pan du passé.


Bisous.



Répondre
M


j'ignorais totalement ce "grand" détail de l'opération qui allait aider la France, grace aux Alliés et aux Français d'Algérie....on ne le redira jamais assez....Malgré les dégats du temps...il
est agréable de voir que les autorités algériennes aient préservé cet endroit ...Merci à ton ami et à toi...



Répondre
L


jolies photos ! cela doit remuer ... dans ton coeur tes "tripes" toutes ces photos et donc des souvenirs ! très émouvant pour toi ! 



Répondre

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

https://www.deezer.com/playlist/1363369975?utm_source=deezer&utm_content=playlist-1363369975&utm_term=3414283404_1579878678&utm_medium=web

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog