Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #Mes chats d'occasion, #chats

Dans la série des chats qui ont accompagné ma vie,

vous verrez que Biquet a pris une grande place dans notre maison. L'article est un peu long à lire

mais je ne pense pas que vous vous ennnuierez.

Il était le roi dans la rue. Là il était sur un poteau en bordure de rue. Photo prise au polaroïde.

Il était le roi dans la rue. Là il était sur un poteau en bordure de rue. Photo prise au polaroïde.

Biquet

 Nom d’origine : Négus. Surnoms : grand Biquet, Folcoche, Gromico, Mickey, Papic, Papikiniou, Tictic etc… 1970

 

Grand Chat noir : Le Chat. Un adjectif le caractérisant : gentil. Il a réconcilié tout son environnement humain (voisins, famille, amis) avec la gent féline.

Nous habitions Nantes. Un matin, comme j’ouvrais la porte d’entrée de l’appartement, une tornade noire se faufila à toute vitesse entre mes jambes et alla se cacher dans le placard à vêtements de Patricia. Impossible de le faire sortir. Il a fallu que j’attende que Monsieur veuille bien sortir. Quand il a montré son nez, nous étions aussi surpris l’un que l’autre. Qui j’étais ? D’où il venait ? A qui il appartenait ? Comme toujours, réaction immédiate : As-tu faim ? Evidemment ! bon ! à la soupe. Et la suite, on s’en doute, le logement, bien que petit lui plaisait beaucoup. Mais es-tu chat ou chatte, hum !  Apparemment, après examen rapide, tu es une fille. Très sociable, douce, câline encore un peu bébé. Mais voilà, il était question pour nous de déménager. Ma conscience me forçait à retrouver ses maîtres, mon cœur me disait de n’en rien faire. Après quelques temps, je rencontrai sous le porche à l’entrée du vieil immeuble, un monsieur me disant savoir que j’avais hébergé un chat noir, il lui appartenait et m’a demandé si je ne pouvais pas le garder. Le vieil immeuble où il habitait étant frappé d’alignement, il devait partir et malade, aller en sanatorium avec son amie, vrai ou faux ? Toujours est-il qu’il a joué sur la corde sensible et j’ai gardé mon Biquet avec moi. En fait, c’était un mâle castré (aux abattoirs de Nantes !) âgé d’un an. Il s’appelait Négus car il était noir ; nous l’avions surnommé Folcoche car il sentait le tabac et nous pensions qu’il appartenait à une voisine célibataire qui fumait à bloc et que nous avions surnommée Folcoche à cause de son caractère non sociable. Donc, Biquet resta avec nous. Juste avant de déménager, notre petite Pupuce est arrivée, toute noire elle aussi avec un copain siamois. Et voilà, tout d’un coup, la famille agrandie. Après tout, nous allions dans une grande maison avec un jardin. C’était une vraie folie, dans l’appartement encombré de cartons. C’était chacun son tour, pour se cacher dans, dessus, derrière ces cartons, un vrai régal pour nous trois. Le Siamois, était plus discret. (Suite plus bas)

Biquet allongé devant Patricia et avec Ati et le bébé rose: Baby. Ati avait adopté ce petit bout.

Biquet allongé devant Patricia et avec Ati et le bébé rose: Baby. Ati avait adopté ce petit bout.

Patricia allait à l’école tout près de chez nous. Elle m’affirma qu’un jour elle le vit dans la cour entouré d’un groupe d’enfants, il se faisait caresser. Il était facile pour lui de pénétrer dans cette école, il passait à travers « la cour des miracles ». Nous, nous faisions le tour par les rues et souvent nous ramenions la fille accompagnée de son chat. Il n’avait pas peur de la circulation et marchait près de nous comme un petit chien.

Quand nous sommes arrivés à St Sébastien, le froid ayant rapproché mes trois lascars, mais l’inconnu les effrayant un peu, alors nous les voyions à la queue leu leu, partir de chez nous et visiter le secteur, Biquet en tête suivi de Pupuce, noire elle aussi, et de Toto le Siamois. Au grand désespoir de  nos vieux voisins car le terrain n’était pas clôturé «dis, viens voir, il y en a trois ! ! ». La clôture a été rapidement faite, mais notre puce qui était l’agilité même avait pris ça comme un jeu : elle prenait un bon élan, et fonçait par-dessus le grillage les quatre pattes en éventail. On l’avait surnommée la gerboise tant elle était fine.

Notre grand Biquet, faisait l’admiration de tout le monde. Il était très grand et puissant. Sa fourrure était d’un noir d’ébène, lumineuse, soyeuse et lustrée. Quand on le rencontrait dans le jardin, on avait l’impression qu’il revenait du toilettage, tellement il était tiré à quatre épingles. Il était élégant, beau, fascinant.

Il était très grand. Son plaisir était de se coucher sur le dos et dès qu’il nous voyait, il allongeait ses pattes avant et arrière au maximum jusqu’à ce qu’il nous entende dire : « Oh ! qu’il est grand ! » et que nous prenions un mètre pour le mesurer.

Il était très gentil, doux, câlin et docile. Patricia l’habillait avec des vêtements qu’elle avait quand elle était bébé. Il adorait ça. Il était joueur, coquin, très sociable. Cela ne le gênait pas d’aller rendre visite aux voisins, qui l’acceptaient bien car c’était un grand chasseur, il a dératisé tout le quartier. Un jour, Pupuce est entrée dans la maison. Nous avions des invités. Elle avait un rat dans la gueule et nous en a fait cadeau. Biquet n’a pas voulu être en reste, cinq minutes après il revenait lui aussi avec le même présent. C’était le branle-bas de combat, il fallait vérifier si les petites bêtes étaient vivantes ou mortes, pour éviter qu’elles ne souffrent. Je ne compte plus le nombre de fois où nous avons remis en liberté ces pauvres créatures.

J’ai déjà dit que Patricia aimait l’habiller. Une fois son copain déguisé, elle le déposait dans un panier, maintenait celui-ci sur le porte-bagages de son vélo et s’en allait en balade dans le quartier, notre Biquet tout heureux faisant semblant de dormir. (suite plus bas)

Les chats de ma vie, Biquet: LE CHAT !

Biquet était considéré comme le chef de file. Comme il s’absentait rarement, (il ne partait jamais longtemps), j’attendais qu’il soit là pour donner à manger à tout le monde, la chienne y compris. Il était gourmand mais pas voleur, il ne griffait jamais. C’était un grand ronronneur, il dormait toujours avec nous la nuit, surtout avec Patricia. Il avait dû être sevré trop tôt, et suçait tout le linge doux qu’il trouvait, il « patinait » dessus et le tétait. Quand il dormait avec Patricia, il s’attaquait à sa chemise de nuit. Il a fallu la sacrifier et la lui réserver ; c’était son « tète-suce » comme l’appelait Patricia qui était encore petite. Biquet n’est plus depuis longtemps mais le tête-suce est toujours là.

Il aimait les humains mais aussi ses congénères, il n’était pas rare de le voir faire la toilette même des autres chats voisins, n’importe où, et jusque sur le milieu de la route. Un jour, une des chattes a attiré plusieurs chats du quartier dans le jardin, et notre Biquet qui ne comprenait rien pensait que c’était pour jouer ; il s’est retrouvé sur le dos avec un copain à califourchon sur lui, lui, pensant que c’était pour jouer, l’autre le prenant pour une chatte un peu bizarre.

Il avait deux maisons, chez nous et chez mes beaux-parents au bout du jardin. Il faisait la sieste avec grand-père, affalé sur sa poitrine. Il était pourtant très lourd, mais on ne pouvait pas le repousser. Ce chat était une exception. Il nous suivait comme un petit chien. Quand il y avait des restes à la fin des repas, Grand-père appelait Biquet en tapant dehors avec une cuillère sur le bord d’une assiette ; notre grand chat comprenait le message et se précipitait à toute vitesse dans le fond du jardin.

En 1978, il avait à peu près huit ans, on a remarqué qu’il avait moins d’entrain, son poil n’était pas beau. Le vétérinaire lui a fait une prise de sang, il avait un taux d’urée important, il n’y avait pas grand-chose à faire. En novembre j’ai été hospitalisée, pour un problème thyroïdien. En revenant à la maison, j’avais un beau cadeau, une belle chatte grise m’attendait, Nénette. Mais mon Biquet n’allait pas mieux. Il est parti pendant trois jours, puis il est revenu encore plus affaibli. J’ai décidé de l’emmener le soir même chez le vétérinaire, malheureusement il m’a échappé et nous ne l’avons plus revu. Il avait dû sombrer dans une sorte de coma léger pendant trois jours puis il était revenu nous dire adieu à sa façon, et a fait de même chez mes beaux-parents. Nous avons fait tout le quartier, personne ne l’avait vu. Ce fut une grande perte pour nous. Il n’a pas voulu nous montrer sa déchéance et a préféré partir, seul. Nous gardons un souvenir inoubliable de ce chat, je le répète, c’était Le Chat, qui plus est, un chat noir. Nous étions en adoration devant lui. Depuis Biquet, j’ai toujours eu un chat noir à  la maison. Comme nombre de félinophiles, j’ai un faible pour ceux dont le pelage est de velours noir avec comme seuls repères deux immenses yeux cuivrés ou verts, quand ils veulent bien nous les laisser entrevoir. Pour nous c’est un porte-bonheur. Qui allait prendre la suite ? Et bien c’est tout trouvé. Ati, la petite chatte noire qui avait élu domicile chez nous, trois ans plus tôt, et qui était très discrète. Elle a été notre compagne pendant vingt-deux ans.

On avait surnommé Biquet « Tictic » car avec l’âge ses griffes n’étaient plus rétractiles, et quand il marchait sur le carrelage, on le reconnaissait, il faisait un petit bruit particulier.

Extrait de mon livre: une bien belle petite famille.

 

Commenter cet article

mamazerty 30/09/2013 22:38

tes textes sont très beaux...et c e chat!!!!!!!sur la première photo il est d'une élégance royale!!!quelle silhouette....

Piou-Piou 29/09/2013 22:53

Ma maitresse dit que c'est une belle histoire. Mais c'est triste qu'il ait disparu comme ça!

Yvette 30/09/2013 17:12

C'est notre sort à tous tu sais de disparaître et on ne sait pas du tout de quelle manière. Moi je pensais qu'il se ferait bousculer par une voiture car il n'avait pas peur, mais non , tu vois....

Lorraine 22/09/2013 17:04

Hourrah! je ne sais par quel miracle j'ai soudain accès à ton blog qui m'était fermé jusqu'à aujourd'hui! J'espère vivement que cette chance continuera. A bientôt,
Lorraine

Yvette 24/09/2013 16:10

Là je ne comprends pas, tu n'avais sans doute pas la bonne adresse, car tu le vois bien, je reçois beaucoup de visiteurs (enfin assez!!!). Merci de ta visite, j'apprécie.

Lorraine 22/09/2013 17:02

Quel plaisir j'ai à te lire, chère Yvette! Ton amour des chats, je le comprends si bien! Je ne sais si tu recevras ce message, mais j'essaie...
Lorraine

Caroline PC40 21/09/2013 15:26

c'est un joli récit, on voit que tu aimes les chats, et que tu les connais bien! bises

Yvette 24/09/2013 16:09

Oh tu sais, c'était ce que je me disais, que je les connaissais, mais j'en apprends tous les jours. Arrivée à 71 ans et avoir un conflit entre 2 matous, même castrés, ça ne m'était jamais arrivé!

JACQUELINE 21/09/2013 11:12

ton biquet de velours est "parti" sans vos caresses,,,,,Pauvre petit minou mais qui a su profiter de votre affection et qui vous en a donné davantage

Yvette 24/09/2013 16:07

j'ai fait toutes les rues, partout dans le quartier mais comme il était malade, il n'a pas eu la force de rentrer sans doute!

arlette 19/09/2013 00:43

quelle mémoire tu as , moi je me souviens de certaines scènes avec mes anciens chats mais pas tout..il y a des trous...
bises

Yvette 24/09/2013 16:07

Je me suis arrêtee d'écrire sur eux en 2000 mais je me souviens de chacun, les dates importantes ont été notées!

Joëlle 18/09/2013 20:29

Beauté féline à la robe noire...
Bises chère Yvette

Yvette 24/09/2013 16:06

Il brillait au soleil, il était superbe!

marie do 18/09/2013 18:09

c'est une bien jolie histoire

Yvette 24/09/2013 16:05

Merci de ta visite Marie-Do, mes chats sont ma passion.

Mouffles 18/09/2013 12:53

Comme toujours un magnifique récit, plein de tendresse et d'émotion...
Merci pour le plaisir donné à cette lecture !
Gros bisous
Mouffles

Yvette 24/09/2013 16:05

J'espère ne pas trop lasser mes lecteurs!

Josiane 18/09/2013 10:50

Une belle histoire d'amour !

Yvette 24/09/2013 16:04

Ah oui, ça tu peux le dire!

Ncole 18/09/2013 07:36

Magnifique histoire d'un chat d'exception, mais ne le sont -ils pas tous exceptionnel ?
Oui, mais certains plus que d'autres, comme ma Scoubidou que je n'oublierai jamais et qui avait un peu les mêmes caractéristiques !
Merci pour cette belle histoire, qui bien sûr fini mal et dont le héros est parti trop tôt et trop jeune !
En fait quand on les aime,on se prépare à avoir du chagrin, comme quand je lis tes histoires, je sais que je finirai par pleurer,et c'est ce que je fais en ce moment Pfff!
Bisous
Nicole

Yvette 24/09/2013 16:04

Oui, tu as raison ils sont tous exceptionnels, mais certains nous marquent plus que d'autres! Nous l'adorions et il était connu dans le quartier!

Noël 18/09/2013 07:29

Belle bête que ce Biquet ! Juste comme mon Tunet disparu voilà un an, gentil, affectueux et "long comme un jour sans pain" ...En comparaison notre "Titi" fait tout malingre !
Amitiés félinophiles

Yvette 24/09/2013 16:03

Sissou est assez grand mais maintenant il est rond en plus.

Bienvenue sur mon blog

 

 

 

 

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

 



"Vieillir,
c'est quand on dit : Tu
à tout le monde,
et que tout le monde
nous dit : Vous"

 
 
 
 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

Articles récents

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

 

Hébergé par Overblog