Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #Mes chats d'occasion
Pas de photo de mon Mitou mais une de Tifou son sosie

Pas de photo de mon Mitou mais une de Tifou son sosie

Mitou sauvé des eaux

 

Quand nous sommes arrivés  en France, l’espace nous manquait. St Sébastien était une petite ville de huit mille habitants, en lisière de Nantes. Cela n’avait rien à voir avec Gouraya, petit village comptant seulement deux cent cinquante français et autant de musulmans. La campagne nous appartenait. La Liberté !

Nos chiens ont dû être enfermés et nous devions les promener en laisse. Un après-midi que nous étions avec ma mère, ma sœur et les deux chiens en balade sur les bords de la Loire, nous entendîmes des gémissements si faibles que nous devions tendre l’oreille pour saisir d’où cela pouvait provenir. Et puis cela s’arrêtait et reprenait encore plus douloureusement. Nous étions en bordure d’un petit bras de Loire, à un endroit appelé la Becque. Evidemment les cris, très certainement un bébé chat, provenaient de l’autre côté de ce ruisseau. Pas de pont ! Ou si loin ! Il y avait, à un endroit, une sorte de gué assez tentant pour une personne téméraire comme l’était notre mère. Mais il était recouvert d’un bon petit niveau d’eau et en plus d’une sorte d’algues glissantes. Elle n’a pas hésité une seconde. Elle nous a confié les chiens qui commençaient à s’énerver et qui se mirent à pleurer dès le début de sa traversée. Arlette et moi en étions malades. Elle savait nager, pas de risque, mais nous avions peur qu’elle ne se casse une jambe. A l’aller tout se passa bien. Dans le champ qui bordait le ruisseau il y avait une taille de bois. Des stères avaient été entreposés là. Maman s’en approcha, guidée par les appels. Nous ne pouvions la suivre du regard, la berge étant bordée de saules. Il fallait patienter. Mais pas longtemps. On la vit revenir, les deux mains serrées contre sa poitrine. Elle avait réussi et c’était bien vivant. L’angoisse du retour. Nous ne pouvions rien faire pour l’aider, les deux chiens nous en empêchant. Elle finit par terminer son exploit et tout heureuse nous présenta Mitou, bébé noir et blanc, environ cinq semaines, pas plus, à moitié aveugle de faiblesse, maigre à ne pas décrire.

Et c’est là que j’intervins. J’avais un bébé chat à nourrir, à sauver, à bichonner. J’étais heureuse, bien sûr. Nous l’avons sauvé. Il a grandi, grossi. Il était superbe. Il était toujours sur mes genoux, surtout quand je faisais mes devoirs. Je finissais par avoir mal aux jambes, je n’avais que douze ans et il était lourd pour moi. Mais il n’était pas question de le déranger. Je lui récitais mes leçons et je le disais aussi instruit que moi. Combien d’années l’avons-nous gardé ? Je ne m’en souviens plus. Un matin, il n’est pas venu me réveiller au lit. Le soir mon frère Jean-Claude m’annonça qu’en allant travailler le matin en scooter, il avait vu sur la route à quelques dizaines de mètres de chez nous deux chats écrasés. Mon pauvre Mitou coureur venait de nous quitter.

Extrait de mon livre: Une bien belle petite famille

Commenter cet article

M
Bien sûr, la fin est triste.....Mais c'est tout de même la belle histoire d'un sauvetage et d'une vie de matou dans une famille aimant véritablement les animaux.<br /> Ta maman a fait ce que beaucoup n'aurait pas fait. <br /> Bises de Provence où nous sommes en ce moment.
Répondre
K
Coucou chère Yvette<br /> Bien belle histoire que celle de Mitou. Il a eu une fin tragique comme beaucoup trop de chats retrouvés écrasés sur le bas-côté d'un route.<br /> Des bisous<br /> Béa kimcat
Répondre
Y
Je l'adorais ce chat, j'étais jeune, et je venais de perdre mon chien qui était mon compagnon.: pris pour un lapin par un chasseur myope la veille de Noël. Je m'étais donc reportée sur ce chat!
A
Ah comme j'aimerais être chat et vivre chez yvette ! <br /> Annick du 22.
Répondre
Y
Eh bien tu sais pas? je dis toujours, si je dois revenir sur terre , j'aimerais revenir en chat et chez des gens comme chez nous. C'est peu de le dire!!!!
M
Cela ressemble à l'histoire de Bulle Bulotte, trouvée abandonnée dans notre jardin, sous un hortensia, une personne avait été vue par ma fille, de la fenêtre s'en allant, mais qui ? Elle était trop trop petite pour survivre ! Elle avait encore ses pattes palmées, avec ma fille et une copine on a fait des pieds et des mains, tout essayé, elle refusait tous les laits, toutes les manières, finalement on a tenté la pâtée avec crainte, ça a marché, elle est restée petite, noire et blanche trop jolie, elle a vécu 19 ans , elle posait sa patte sur ma poitrine et mon cou, et me regardait et elle me disait avec ses yeux : &quot;je t'aime&quot;... Je lui ai fait une petite stelle en céramique, sur la butte, cela restera l'amour de chatte de ma vie
Répondre
Y
Ces chats là sont plus reconnaissants que les autres, ils font partie de nous, nous sommes leurs parents.
N
C,est un de tes livres? Comme ça tu t,es lancé à écrire?<br /> Tu te débrouilles avec OB, chanceuse car j'aurais aimé y rester mais je ne sais pas le css et je n'étais pas capable de rien faire.<br /> J'avais beaucoup plus de visiteurs sur OB. J'aime bien EK par contre.<br /> À bientôt Yvette.
Répondre
Y
Ce livre je l'avais écrit pour ma fille qui me le réclamait, je l'ai imprimé et fait relier mais en peu d'exemplaires. Quat à OB, j'aime beaucoup bidouiller dedans mais j'ai fini par payer pour avoir le thème que je voulais, les autres ne me convenaient pas, même en travaillant dedans. Merci de ta visite Nandia!
L
Une bien triste histoire, on est toujours malheureux quand on perd un compagnon. Combien de chats écrasés n ais je pas vu sur les routes<br /> Bonne soirée Yvette<br /> Latil
Répondre
Y
Hélas il y en a eu tant devant chez nous, qu'il a fallu sévir et rehausser la clôture!
N
Belle histoire que celle de ce petit Mitou perdu et trouvant une famille aimante ou il a pu vivre sereinement jusqu'à ce jour funeste...<br /> Amitiés
Répondre
Y
A l'époque on ne stérilisait pas les chats comme maintenant et puis la porte était toujours ouverte, donc liberté mais cette liberté coûte très cher!
M
7 chats j'ai eu chez moi pas en même temps mais entre les empoisonnements à l'engrais des voisins et la route qui passait juste devant... les 7 ont trépassé ! sniff<br /> <br /> Jolie histoire en tout cas
Répondre
Y
Moi j'ai eu 13 chats : Une qui vivait dehors, et puis 4 noirs, 4 gris et 4 blonds/roux. Le soir je comptais toujours par couleur pour savoir si j'avais bien vu tout le monde dans la journée!!!
M
Quel talent de conteuse ! Quel plaisir de vous lire ! Quelle chance d'avoir été accompagnée par des 4 pattes dès votre enfance, que de souvenirs et d'amour avec eux. Bonne journée à vous.
Répondre
Y
j'ai beaucoup écrit les souvenirs sur mes animaux ensuite, cela a été sur mon enfance et là je reprends un peu sur les animaux, il va falloir que je remette tout cela à jour.
M
Je vois que l'amour des animaux est un héritage héréditaire : telle mère, telle fille. Hélas ! souvent les chats finissent ainsi lorsqu'on est trop près d'un lieu de passage. Chez des amis (qui ont pourtant un beau jardin, assez &quot;fouillis&quot; pour que les chats puissent s'y cacher), tous vont du côté de la route et terminent presque toujours sous les roues d'une voiture.
Répondre
Y
tu ne te trompes pas, c'est bien héréditaire. Etrangement ma mère adorait les animaux et les enfants. Moi j'ai pris les animaux, ma sœur les enfants, elle a été directrice de Maternelle son souhait d'enfant.
M
Tout le monde va super bien, je vais essayer de reprendre une activité plus suivie sur Over et comme ça donner des nouvelles plus régulièrement :-)<br /> Bisous bisous<br /> Mouffles
Répondre
Y
Ce sera avec plaisir que je retournerai sur ton blog que je n'ai jamais laissé, ma newsletter fonctionne toujours!
M
Un beau récit et un bel hommage...Nos compagnons ne quittent jamais nos coeurs !<br /> Gros bisous<br /> Mouffles
Répondre
Y
C'est vrai, ils sont toujours présents. Et chez toi, comment ça va, tes 4 pattes et 2 ailes?
N
Une bien belle histoire sauf la fin, la fin qui bien sûr m'a fait pleurer,déjà que mes larmes ne tarissent pas depuis que j'ai appris la mort de Gavin, j'aurais préféré que ton petit meure de vieillesse bien paisiblement <br /> Mais voila,on ne refait pas l'histoire <br /> Gros bisous,je suis si triste !<br /> Nicole
Répondre
Y
Ma pauvre Nicole, comme on dit : c'est toujours la fin qui est triste!

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

https://www.deezer.com/playlist/1363369975?utm_source=deezer&utm_content=playlist-1363369975&utm_term=3414283404_1579878678&utm_medium=web

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog