Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Articles avec #gouffre catégorie

Publié le par Yvette
Publié dans : #Défi d'Evy, #Plaisir des mots, #Algérie, #Gouraya algérie, #gouffre

Cette semaine

" Le Gouffre "

--- Les 10 mots

Lentement, Emplit, excentriques, Embaume, Poudre, Esprit, Merveilles, Reflets, Géant, Cavité....

« Je marche sur les galets de la plage, ils sont doux et chauds. L’odeur iodée des algues fines et l’air salé sur mon visage m’enivrent.

Je flotte maintenant lentement au-dessus des vagues, je me sens bien.

Comme il fait beau et je suis si légère !

Je suis partout à la fois, je cueille des fleurs jaunes, des brassées de fleurs, du géranium odorant au feuillage ciselé, qui embaume le secteur, mes roses rouges,  je reviens sur la plage, je cours à pas de géant, je vole, mais oui, je vole, je ramasse des coquillages, je scrute l’horizon au reflet d’argent, saupoudré de vaguelettes blanches, je cueille encore des fleurs, je monte la rue vers le centre du village, je respire, j’emplis mes poumons d’air, je vis ! Les maisons si blanches sont toujours là. Je suis dans la montagne entre les pins et les chênes-lièges, je redescends, je suis infatigable. Mon esprit est libéré ! Libéré de cette paroi du temps.

Le rideau s’est enfin ouvert. 

Des émotions déferlent en moi, je suis fragile et forte à la fois. Je vis dans le magique et dans le réel. Je me sens en harmonie dans cet espace qui m’est connu et que j’attendais de retrouver depuis si longtemps et en même temps j’ai une crainte, une sorte d’excentricité , d'égarement que j’essaie de refouler au plus profond de moi. J’ai conscience de ne plus raisonner, je subis.

D’où me vient cette sensation de bien-être ? D’où me vient ce malaise qui s’insinue petit à petit ?

Il faut que je sache !

Mais non, à quoi bon, plus tard ! Il y a encore des fleurs à cueillir, des coquillages à ramasser, des ruelles à visiter ! Il fait si beau ! D’ailleurs il fait toujours beau ici.

Ici ?

Mais où suis-je donc ?

Tu le sais bien où tu es !

Tu le sais !

Mais oui, je le sais !

Enfin ! Enfin, je suis de retour au pays, oui… C’est ça, je suis revenue dans mon pays.

Mon Pays ! 

Quel bonheur ! J’ai réussi enfin à revenir, j’ai tout bravé et j’ai réussi ! La Méditerranée est là, immense devant moi, les paquebots au loin, je les vois, je les reconnais. Comme avant quand j’avais dix ans ! Comme avant ! J’ai pris le bateau et je suis arrivée à Gouraya ! 

Gouraya enfin !

Quel bonheur !

Oui mais…Je sens encore en moi ce trouble, comme une appréhension. Malgré moi, je frissonne d’inquiétude mais aussi de joie. Je suis au supplice. Je n’ai plus de raisonnement. Je commence à douter, à m’affoler. Il faut que je prenne garde, la chute va être terrible.

Il faut réfléchir et vite, vite.

La torture commence à s’insinuer, de plus en plus lancinante ? Qui est près de moi, en ce moment ? Avec qui est-ce que je partage ces moments de bonheur ? Et puis quel bateau ai-je pris pour arriver ici ? Ou alors quel avion ? Comment s’est passé le voyage ? Il faut à tout prix que je sache. C’est la condition pour ne pas sombrer dans le désespoir dans ce gouffre aux cavités enténébrées.

Depuis quand suis-je ici ? Oh ! Tout s ‘embrouille dans ma tête.

Non, ce n’est pas possible.

La cassure !

Le rideau se referme, c’est encore ce rêve, ce rêve qui revient tout le temps, il faut que je revienne sur terre, c’est trop dur. Et je me bats de toutes mes forces. Finalement je réussis à m’extirper de ce guêpier, je réussis à me persuader que c’est un rêve. Un beau rêve qui va se transformer en cauchemar si je ne réagis pas.

Le matin, au réveil, je me sens abattue.

Une impression de vide, il me manque quelque chose,

on m’a pris quelque chose ! 

Mon cœur est resté accroché en lambeaux sur chaque arbre de la forêt, sur chaque rocher des criques, dans chaque ruelle de ce village.

La nuit je me retrouvais enfin dans ce pays qui m’a vue naître, telle que j’étais. Moi-même !

Ma Terre, je l’avais emportée dans mon cœur, dans un pays que je ne connaissais pas et qui allait devenir le mien ; je l’avais trimballée à travers mes âges et je la retrouvais chaque nuit.»

Et c’est ainsi depuis plus de soixante ans ! Peut-être un peu moins souvent qu’au début et avec un peu moins d’intensité.

Les premières années, les réveils étaient terribles. N’en pouvant plus, j’ai fini, un soir, avant de repartir dans mon sommeil, par me dire qu’il fallait que je réussisse à faire entrer un peu de lucidité dans ce rêve.

Et j’ai réussi.

Faire arrêter ce rêve avant qu’il ne finisse en cauchemar.

Jamais je n'oublierai mon pays natal : l'Algérie

et mon village: GOURAYA.

 

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

https://www.deezer.com/playlist/1363369975?utm_source=deezer&utm_content=playlist-1363369975&utm_term=3414283404_1579878678&utm_medium=web

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog