Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Articles avec #gouraya algerie catégorie

Publié le par Yvette
Publié dans : #Gouraya algérie
Les mouettes de Gouraya

Ne sont-elles pas jolies ces mouettes?

Je sais elles sont pareilles partout.

Mais là ce sont les mouettes

qui volent au-dessus de mon pays natal.

Donc, elles sont différentes pour moi!

 

Photo empruntée sur Facebook à:  Iyourayenne....tipaza gouraya

Publié le par Yvette
Publié dans : #Gouraya algérie, #Garde-champêtre
Tambour et képi du garde-champêtre à mon époque. Photo Wikipedia!

Tambour et képi du garde-champêtre à mon époque. Photo Wikipedia!

Un extrait d'un récit qu'avait fait un ancien curé de mon village, décrivant notre cher Garde-champêtre, celui de mon enfance. Avec son képi, son tambour et ses baguettes.

Description peu charitable , de la part d’un Révérend Père Jésuite. Nous l'aimions bien, nous, les gamins qui l'entourions.

 

« Qu’on se le figure sur l’esplanade un après-midi d’été, ceignant son tambour de Garde-champêtre, arpentant le village et à force de bruit obtenant silence pour proclamer un « Avisse de Monsieur le Maire », « c’est à savoir que... »

Il disait aussi « Avisse à la Population »

« De loin, il se devinait à ses hurlements. D’un peu plus près, à un relent de gnole peu discutable. Mais rien ne l'affirmait plus incontestablement que son képi professionnel, insigne de ses fonctions municipales. Sacré tambour-de-ville, c’était lui le héraut des ukases émanant de « Monsieur le Maire ». Selon les heures du jour et sa cargaison d’alcool, l’assiette de l’imposant couvre-chef variait de manière significative. Tantôt droit, conformiste. Tantôt sur l’oreille, voire basculant sur le front jusqu’à voiler le feu des prunelles. Mais toujours le pif s’affirmait, écarlate, juteux dominant une gueule telle que nos artistes médiévaux figuraient le seuil infernal. »

« Aussitôt reçue la consigne d’aviser les populations, quelle que fût sa saturation éthylique, ceignait le baudrier, installait tant bien que mal son tambour sur la plasticité de sa panse, vérifiait le nombre de ses baguettes, puis s’ébranlait vers les au-delà du bordj. Une théorie de « yaouleds » (gamins arabes) lui emboîtait le pas. »

« De pause en pause, il allait ainsi tambourinant, dépliant le papier du message et déclarait « urbi, orbi et gourbis » un texte le plus souvent hermétique. ». C’était le Képi, la gueule, le tambour et plus essentiellement encore, la « geôle »…

Publié le par Yvette
Publié dans : #Gouraya algérie, #Oued
Mon Oued quand il avait de l'eau en dehors des périodes de sécheresse! Photo empruntée à Iyourayen... Gouraya tipaza

Mon Oued quand il avait de l'eau en dehors des périodes de sécheresse! Photo empruntée à Iyourayen... Gouraya tipaza

J'ai écrit ce poème en souvenir de tout ce que notre mère nous racontait

au sujet des oueds en Algérie.

Cet oued est resté dans ma mémoire tout comme la mer dans laquelle il se jetait.

 

L’oued

 

Dans son lit asséché, tapissé de galets,

Spectre famélique dans la moiteur du jour,

Il dort indifférent du fracas des mulets

Martelant sa carcasse endurcie, de bruits sourds.

 

Les longues hampes des roseaux, d’eau assoiffés

S’inclinent vers ce corps sans vie et décharné,

En quête d’un précieux et salvateur nymphée,

Où l’eau s’écoulerait en multiples traînées.

 

Les lauriers roses guettent les nuages gris

Assombrissant le ciel au-dessus des montagnes.

La nature se prépare à une incurie

Terrassant la sérénité de la campagne.

 

Un roulement lointain, feutré, s’intensifiant,

Progressivement, comme pour nous prévenir

De ce qu’il va oser faire, de terrifiant,

Approche, insidieusement et sans coup férir.

 

Le lavis du ciel fonce en un noir absolu ;

L’obscurité étrange se fait menaçante ;

Un éclair annonce la pluie tant attendue ;

Wadi va réveiller cette terre insouciante.

 

Dévalant des flancs de la montagne au galop,

Se grossissant, et exacerbant  sa fureur,

Il arrache et roule dans le brocart de ses eaux,

Toute vie pour le plaisir de son créateur.

 

Yvette

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Gouraya algérie, #crique
 Gouraya, (Algérie) plage de la Crique.

Gouraya, (Algérie) plage de la Crique.

Encore une belle photo de ma plage préférée. Plage de sable gris.

Photo empruntée à Iyourayen ...Gouraya Tipaza sur Face book.

Publié le par Yvette
Publié dans : #Ecole, #Gouraya algérie
Mon école de Gouraya était spéciale, non seulement elle était belle, toute blanche, mais mes camarades ne s'appelaient pas Jeanne ou Monique mais Ouria ou Aouicha! je suis dans la rangée du milieu, la troisième à partir de la droite avec un gros noeud dans les cheveux!!!

Mon école de Gouraya était spéciale, non seulement elle était belle, toute blanche, mais mes camarades ne s'appelaient pas Jeanne ou Monique mais Ouria ou Aouicha! je suis dans la rangée du milieu, la troisième à partir de la droite avec un gros noeud dans les cheveux!!!

L'ÉCOLE

L’école était au bord du monde,
L’école était au bord du temps.
Au dedans, c’était plein de rondes ;
Au dehors, plein de pigeons blancs.

On y racontait des histoires
Si merveilleuses qu’aujourd’hui,
Dès que je commence à y croire,
Je ne sais plus bien où j’en suis.

Des fleurs y grimpaient aux fenêtres
Comme on n’en trouve nulle part,
Et, dans la cour gonflée de hêtres,
Il pleuvait de l’or en miroirs.

Sur les tableaux d’un noir profond,
Voguaient de grandes majuscules
Où, de l’aube au soir, nous glissions
Vers de nouvelles péninsules.

L’école était au bord du monde,
L’école était au bord du temps.
Ah ! que ne suis-je encor dedans
Pour voir, au dehors, les colombes !

Maurice CARÊME (1899 - 1978

Publié le par Yvette
Publié dans : #Gouraya algérie

INAUGURATION A MESSELMOUN DU MONUMENT RAPPELANT L'ENTREVUE HISTORIQUE DE CHERCHELL. Opération Torche 8 novembre 1942

Bien sûr on ne me voit pas, j'étais trop petite. J'avais 8 ans. Mais je m'en souviens très bien. On était perdues dans la foule avec ma soeur, nous étions accrochées à notre mère comme des arapèdes (berniques!!). Nous accompagnions notre père qui faisait partie des personnalités. Il y avait des tables couvertes   de plats   pleins  de   petits fours mais ma mère ne voulait pas que nous nous servions, ça ne se faisait pas. On voyait tout le monde en manger et nous: Oualou!

Publié le par Yvette
Publié dans : #Gouraya algérie
La crique à Gouraya et mes fleurs!

Cette fleur est restée en ma mémoire comme toutes celles qu'il y avait à Gouraya. J'ai toujours aimé la nature mais cette fleur était particulière. Nous mangions ou plutôt nous sucions la tige car elle était pleine de sève acide et très raffraichissante. On ne pouvait pas  faire de bouquet, la tige se vidait aussitôt. En Algérien on doit l'appeler "Coraysse" , mais ce serait une espèce "d'Oxalis". Je ne peux rien affirmer, c'est ce que j'ai lu sur le net. Merci à Samir pour cette superbe photo.

Publié le par Yvette
Publié dans : #Gouraya algérie
J'ai un peu de ce sable dans une carafe, et tous les jours je le ragarde, il est devant mes yeux quand je déjeune. Merci à Iyourayen...gouraya tipaza sur Facebook

J'ai un peu de ce sable dans une carafe, et tous les jours je le ragarde, il est devant mes yeux quand je déjeune. Merci à Iyourayen...gouraya tipaza sur Facebook

Publié le par Yvette
Publié dans : #Gouraya algérie

 

 

 

 

 

 

1-premiere-pointe.jpg

  photo emprunté à Iyourayen...gouraya tipaza Facebook

 

 

 

J'ai toujours gardé le souvenir de cette plage.

 L'odeur des algues fines, une odeur que je n'oublierai jamais.

J'avais mal aux pieds sur les rochers.

 Ce n'était pas grave!

Mais Il fallait se méfier des oursins!

Bienvenue sur mon blog

 

 

 

 

 

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

 

 

 

 

Outils Services Compteurs Générateurs Codes-sources... gratuits pour vos sites

"Vieillir,
c'est quand on dit : Tu
à tout le monde,
et que tout le monde
nous dit : Vous"

 

Découvrez Various!
640_chats_amoureux

 

 


La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.
Vous pouvez arrêter le chant des oiseaux comme pour une simple vidéo

Béjar Passion

 

Articles récents

Merci à Vous!

 

 

 

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.



Nos amis les animaux.

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog