Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Articles avec #les arbres catégorie

Publié le par Yvette
Publié dans : #Les arbres, #bucolique, #Défi d'Evy

Cette semaine le thème du 15/03/20 au 22/03/20

C'est "  L'Arbre    "

--- Les 10 mots

Clairière, Noblesse, Rugueuse, Attaché, Vieux, Rêvasser, Bruissement, Chant, Sentiment, Temps...

Le bois des gripots

Vous savez à quel point j’aime, j’adore les arbres et que je pleure quand on en abat un ! J'ai écrit beaucoup sur ces feuillus. Mon sentiment, mon affection, ma passion pour ces êtres sont sans limite. Je suis d’un tempérament romanesque, et quoi de plus doux que le bruissement de la feuillée en été accompagnée du chant d’un pinson ou du rouge-gorge coquin surtout quand le temps est propice à la rêverie.

Certains hommes font peu de cas de la vie de ces êtres vivants.

C’est ce que l’on constate actuellement, les vieux à la peau rugueuse, on n’en veut plus.

Mais il ne faut pas « cracher dans la soupe » comme dirait Mémé, les meubles en bois proviennent bien de ces beaux arbres nobles que sont les chênes, le bois préféré de mon mari qui savait le travailler à merveille. Cependant je ne suis pas contre un élagage, pour le bien de l’arbre, un peu comme quand le coiffeur nous dit qu’il faut « tailler », que les cheveux attachés deviennent plus fragiles.

Et de là j’en viens au contresens : « faire une coupe sombre, ou faire une coupe claire. »

Faire une « coupe sombre » dans une forêt puisque l’origine vient du monde des forestiers, consiste à abattre par ci par là, dans une forêt une partie des arbres qui la composent, de manière à permettre à ceux qu’on a laissés de vivre mieux et que leurs graines qui sont tombées fassent d’autres arbres. Ce qui conserve une partie obscure, un sous-bois « sombre ».

Tandis que faire une coupe claire, toujours dans le monde forestier, consiste à couper (ou abattre!! je n’aime pas ce terme !!) des arbres en grand nombre, genre clairière, pour que la lumière pénètre bien dans la zone et favorise la pousse des jeunes plants.

 En fait le résultat est le même si on réfléchit bien, aussi bien chez le coiffeur que dans la forêt, ça ne fait pas de mal.

Mais « coupe sombre », il va falloir retenir cette expression, j’espère qu’on ne l’utilisera pas dans les entreprises dans quelques mois.

Mais non, ça ne m’empêche pas de pleurer quand on abat un arbre. Quand on a construit l’extension de la maison pour que je puisse venir habiter près de ma fille, il a fallu couper un magnifique eucalyptus, il aurait pu abimer le toit avec ses grosses branches. (Il s’était écartelé une fois par le poids de son feuillage et de ses fleurs si jolies. J'étais passée la veille sous la grosse branche qui aurait pu me tuer! J'ai perdu hélas sa photo son ventre ouvert!) D’un commun accord avec ma fille on l’a fait couper mais on lui a laissé une bonne souche sachant que ces arbres repartent du pied. Du coup, j’ai un magnifique buisson bleu que je taille deux à trois fois par an ! Non, mon arbre n’est pas mort.

Publié le par Yvette
Publié dans : #Les arbres, #Au-gré-de-mon-jardin, #bucolique
Les arbres dans leur milieu

Photo prise dans les prés en bord de Loire

Bonne semence fait bon grain et bons arbres portent bons fruits

Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines.  (Marcus Garvey)

Il en est des générations des hommes ainsi que des feuilles sur les arbres (Homère) 

Communauté 7 jardins

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Corot, #Tableau du samedi, #Les arbres, #Peintres célèbres
Corot: une ferme à Honfleur. Le tableau du samedi chez Lady Marianne

Peu ou pas de ciel dans ce tableau de Corot daté de 1845. Beaucoup d'arbres dont il est fan. Mais la lumière est entièrement axée sur la ferme au travers des branches et des troncs. Une pure merveille  en ce qui me concerne. On distingue les femmes  assises à une table dehors, un cheval qui attend, c'est l'été! L'herbe et les feuilles sont bien vertes et denses. (un clic sur le tableau et le format sera plus intéressant)

En 1845
Technique Huile sur toile
44.4x63.8cm
Exposé à Tokyo (Japon) au Bridgestone Museum of Art
N° inventaire Gy008

Le village de Honfleur, en Normandie, est l'un des plus beaux de France. Construit sur une colline, la ferme Saint-Siméon - appelée plus tard avec affection la Ferme Toutain - offre une vue sur l'embouchure de la Seine et la mer. Elle accueillit de nombreux artistes comme Corot, Daubigny, Courbet, Boudin, Monet ou encore Bazille. La composition des arbres entrelacés de façon complexe et le contraste entre la lumière et l'obscurité sont ici remarquables.

Source: artliste: ici

Publié le par Yvette
Publié dans : #Au-gré-de-mon-jardin, #Les arbres, #Mes chats d'occasion, #Plaisir des mots, #arbre, #bucolique

 

Ghislaine nous propose 2 choix 
pour le défi écriture

Atelier 88 du 28 Février 2019

...................

Appuyé, tronc, effiloché, tenue,

 pourtant, risque, suite, visite.

ou

un texte de votre choix sur le thème 

"" campagne ""

 

Ah voilà le nouveau thème « la campagne » et puis des mots par ci-par là. Oh ! elle me paraît avoir bien choisi notre copine Ghislaine.

Le vieux chêne plus que centenaire

Et là je peux dire que la campagne, je l’ai jusqu’au cou. Pas plus tard qu’hier midi, plus d’internet, ma fille non plus et nous n’avons pas le même opérateur. Et on a appris que c’était dans tout le quartier. Moi qui avais la fibre et tout et tout près de Nantes.

Retour en arrière.

Bon, ce n’est pas pour rien que cet endroit a été appelé "le bout du monde" il y a des temps lointains.

Notre terrain est bordé par un ruisseau qui inondait et coupait la route pendant les périodes de pluie.

Enfin ! la fibre ce n’est pas près, va falloir faire avec, plutôt sans …

Bon Allonz’y, Alonzo !

 Appuyée au tronc du vieux chêne, dans une tenue semi-débraillée avec une jupe en dentelle effilochée, elle était venue me rendre une première visite suite à ma demande de faire quelques heures de ménage. Que faire ? que dire ? Et pourtant elle travaille bien, mais si je lui supprime sa clope, elle risque de prendre de suite ses cliques et ses claques et ne pas revenir.

Donc ma campagne : mon rêve!

 

 

 Il a commencé il y a des dizaines d’années, disons depuis ma naissance. J’ai toujours rêvé d'avoir un grand terrain un peu boisé pour pouvoir y mettre tous les animaux en détresse. L’Algérie c’était bien, il y avait de l’espace mais arrivée en France, oh là là, la prison déjà dans la caserne.

Mariée en 62, appart et puis une maison mais 460 m2 de terrain. Et puis beaucoup de chats, 12 /13 !! tout ce qui passait devant la maison, s’arrêtait. La cantine était bonne.

 Alors un jour on a décidé d’acheter un terrain pas trop loin de l’océan à 3/4 de route de chez nous, pour y mettre notre tente, puis caravane pliante puis bungalow pour nos vacances; on ne partait jamais, personne pour garder nos greffiers. Terrain 5 500m2. Pas cher car non constructible. Et puis, la chance !!  Un an après : Constructible !!! la joie ! alors on a démarré une maison avec mon mari. Tout le gros œuvre : fondations et maçonnerie on a fait faire. Mais tout le reste est passé par nos mains tous les WE et les vacances.

Et les plantations ! Plein d’arbres de toutes sortes, je ne peux les énumérer, peu de fruitiers car la terre n’est pas bonne pour eux. Et un plan d’eau! bien obligé, l’hiver c’était inondé, il y avait une source. Mais cette maison n’était pas habitée l’hiver et elle s’abimait, notre fille est venue y habiter avec sa famille et puis on a fini par lui en faire don, car ma santé ne me permettait pas de partir de Nantes et ses hôpitaux.
Maintenant je suis seule, j’ai vendu ma maison et je suis venue dans ma campagne, MON REVE ! près de ma fille ! Avec les quatre chats qui me restaient.

On a fait une extension et me voilà implantée dans un trou perdu!! Je ne peux même pas faire quelques pas dans l’espace vert, tant je souffre de ma colonne vertébrale. Personne ne passe dans cette rue car en cul de sac. Sauf les chasseurs qui font des battues l’hiver Grrrrr !!!! un ou 2 tracteurs que je ne vois pas derrière la haie, et les camions qui passent pour la déchèterie, bien plus loin.

Mais j’entends et je vois les oiseaux alors au travers des vitres de la véranda je mitraille !

 

Ce faisan je l'ai pris en photo derrière ma vitre de véranda. Pas peur, ni du chat dehors, ni de la chienne. Il a fait le tour j'ai pu donc l'avoir de près et je l'ai même filmé . Quel bel oiseau! Mais c'est un faisan d'élevage qui a dû se planquer pendant la saison de la chasse! je l'ai vu souvent se cacher sous la haie de laurier.

Il y a plein d'oiseaux que je ne connais pas. Mais mes voyous de chats les surveillent et on ne va pas tarder à avoir des petits cadavres en cadeaux dans la maison. Ils ont déjà commencé, ils sont à bonne école.

Les plaisirs de la campagne

Il ne faut pas que je me plaigne, il y a plus malheureux que moi. Mais j'aurais aimé être plus valide que ça pour en profiter.  Mon rêve d'enfant se transforme  presque en cauchemar!

 

Défi d'écriture  n° 88 chez Ghislaine
Défi d'écriture  n° 88 chez Ghislaine

Théo dans son nid au bord du plan d'eau

Publié le par Yvette
Publié dans : #Les arbres
L'éloge de l'arbre, les arbres dans leur milieu,

 

 

Eloge de l'arbre

 

Un arbre nous regarde à travers la fenêtre

De ses milliers d’yeux verts : on dirait qu’il sourit

De nous voir rassemblés à la table de hêtre,

Nous de la maisonnée qu’il couve comme un nid.

 

C’est un très vieil ami, un arbre de famille

Qu’un grand-père a planté dans le temps près du puits ;

Son écorce est ridée mais, chaque année, scintillent

Des rameaux nouveau-nés ornés de jeunes fruits.

 

Depuis tant de printemps et des étés sans nombre

Il étreint la maison de ses racines blanches

Et chacun tour à tour a gouté sous son ombre

La fraîcheur embaumée que distillent ses branches.

 

Les enfants et les chats ont joué avec lui

Sous la lumière rousse et dorée de l’automne ;

Il a porté les fruits des étoiles, la nuit,

Et plus d’oiseaux chanteurs qu’une aube qui frissonne.

 

Ainsi quand il regarde à travers la fenêtre

De ses milliers d’yeux verts, je sais qu’il nous sourit,

L’arbre aimé, l’arbre ami qui tous nous a vus naître,

Nous de la maisonnée qu’il couve comme un nid.

 

 

Marc Alyn voir ici

Publié le par Yvette
Publié dans : #Les arbres, #chemin
Photo que j'ai prise il n'y a pas si longtemps que cela! Je suis sure que si j'y retourne cela aura encore changé!

Photo que j'ai prise il n'y a pas si longtemps que cela! Je suis sure que si j'y retourne cela aura encore changé!

Le chemin

 

La chienne reniflant et courant devant moi,

je repris ce vieux chemin qui longeait les champs.

 Cela faisait plusieurs années que je n’étais plus allée dans cette campagne.

 Je le redécouvrais comme après une longue absence.

Il avait en quelque sorte rétréci.

 Les arbustes faisaient une voûte au-dessus de moi.

 La végétation plus abondante et très serrée était variée

 et poussait d’une manière un peu fantasque.

Je ne reconnaissais plus  les feuillages, les couleurs.

 Et pourtant, les grands chênes et les saules paraissaient âgés.

  Ils avaient déjà eu ma visite.

Cependant comme autrefois un décor magnifique s’offrait à mes yeux.

 Le ciel au travers des branches était bleu

mais avec des nuages de différents tons musardant en cette fin d’été,

 un vrai ciel ligérien !

L’automne pointait son nez !

Les frondes aériennes des hautes fougères commençaient à changer de tons,

les verts devenaient jaunes et vireraient bientôt au roux.

Quelques petites taches rouges de bryone enchevêtrée

dans ce camaïeu de vert, fascinaient mes yeux de peintre.

 J’emplissais ma vue de ce merveilleux spectacle qui s’ouvrait devant moi.

Les branches courbes des saules, paraissaient comme étranglées

 par les guirlandes de chèvrefeuille.

Les troncs des chênes, enveloppés de lierre,

faisaient figure de monstres à côté des pruneliers tortueux.

 Les ronces, couvertes de fruits rouges et noirs,

 accrochaient mes vêtements au passage.

 Plus j’avançais et plus les buissons se resserraient sur moi.

 Il allait me falloir retourner sur mes pas.

 Au retour, la féérie n’était plus la même.

 Les ombres différentes, les rayons du soleil passaient au travers des branches et  faisaient cligner mes yeux.

Un petit animal, réveillé par la chienne s’est faufilé dans la haie.

 Un pinson s’égosillait.

 La nature pleine de vie.

Yvette

Publié le par Yvette
Publié dans : #Les arbres, #Hêtre
Ce hêtre nous sommes allés le "voler" en forêt de Sologne, nous ne pensions pas qu'il serait si beau en automne

Ce hêtre nous sommes allés le "voler" en forêt de Sologne, nous ne pensions pas qu'il serait si beau en automne

Du massif ondoyant que sa tête domine
Le hêtre vers l'azur constamment s'achemine
Pour boire à pleins rameaux les rayons du soleil.
Chaque aube nouvelle, au lumineux réveil
De la nature, mère immortelle des sèves,
Son murmure encourage et prolonge nos rêves
Jusqu'à l'heure navrante où son cœur précieux
Vient rendre à nos foyers sa flamme prise aux cieux.

 

Victor Nadal

 

 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Les arbres, #Brière
Les saules de Kerfeuille

"Un de mes arbres préférés qui laisse galoper l'imagination

qui se fait narcissique

quand ce bel étalon de la nature se mire dans l'eau

et vient poser ses lèvres vertes sur la surface et boire à l'amour."

 

Un beau commentaire de la part de Moun.

à la vue d'un saule sur mon blog!

 

Cette photo a été prise en Brière, dans un endroit que j'affectionne particulièrement!
 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Les arbres
Un magnifique saule qui recouvre le canal de Haute Perche en allant vers Pornic!

Un magnifique saule qui recouvre le canal de Haute Perche en allant vers Pornic!

Arbre, toi qui annonces au voyageur la douceur de ta présence

avec ton ample ombre rafraîchissante et le limbe de ton essence,

fais en sorte que ma présence révèle, dans les prairies de la vie,

mon influence douce et chaude de créature bénie.

Gabriéla Mistral

Publié le par Yvette
Publié dans : #Les arbres, #poirier
Une légende que m'a racontée mon ami Nouri et une photo d'un vieux poirier que j'ai reçue en diaporama. Et comme vous connaissez ma passion pour les arbres, ne jamais les  couper! les tailler, oui mais pas les détruire

Une légende que m'a racontée mon ami Nouri et une photo d'un vieux poirier que j'ai reçue en diaporama. Et comme vous connaissez ma passion pour les arbres, ne jamais les couper! les tailler, oui mais pas les détruire

Le vieux arbre et le jardinier


Un jardinier, dans son jardin,
avoit un vieux arbre stérile ;
c’étoit un grand poirier qui jadis fut fertile :
mais il avoit vieilli, tel est notre destin.

Le jardinier ingrat veut l’abattre un matin ;
le voilà qui prend sa cognée.
Au premier coup l’arbre lui dit :
respecte mon grand âge, et souviens-toi du fruit
que je t’ai donné chaque année.

La mort va me saisir, je n’ai plus qu’ un instant,
n’assassine pas un mourant
qui fut ton bienfaiteur. Je te coupe avec peine,
répond le jardinier ; mais j’ai besoin de bois.

Alors, gazouillant à la fois,
de rossignols une centaine
s’écrie : épargne-le, nous n’avons plus que lui :
lorsque ta femme vient s’asseoir sous son ombrage,
nous la réjouissons par notre doux ramage ;
elle est seule souvent, nous charmons son ennui.

Le jardinier les chasse et rit de leur requête ;
il frappe un second coup. D’abeilles un essaim
sort aussitôt du tronc, en lui disant : arrête,
écoute-nous, homme inhumain :
si tu nous laisses cet asyle,
chaque jour nous te donnerons
un miel délicieux dont tu peux à la ville
porter et vendre les rayons :
cela te touche-t-il ? J’ en pleure de tendresse,
répond l’avare jardinier :
eh ! Que ne dois-je pas à ce pauvre poirier
qui m’a nourri dans sa jeunesse ?

Ma femme quelquefois vient ouir ces oiseaux ;
c’en est assez pour moi : qu’ils chantent en repos.
Et vous, qui daignerez augmenter mon aisance,
je veux pour vous de fleurs semer tout ce canton.

Cela dit, il s’en va, sûr de sa récompense,
et laisse vivre le vieux tronc.

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

https://www.deezer.com/playlist/1363369975?utm_source=deezer&utm_content=playlist-1363369975&utm_term=3414283404_1579878678&utm_medium=web

Articles récents

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog