Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Articles avec #meme catégorie

Publié le par Yvette
Publié dans : #défi lilou, #Au-gré-de-mon-jardin, #Mémé

Mot mystère

Nom masculin, en deux mots et 12 lettres pour trouver le nom donné aux usuriers, avares ou grippe-sous qui rechignent à partager leurs biens.

E E E A I U M H T F S S

Fesse-Mathieu

Gif sonnette-centerblog

Mémé de retour chez Lilou

Dame, me vlà d’retour, j’ai core failli attraper l’virus ; j’ai ben craint ça. Bronchite et tout.. et tout mais non, ça va mieux. Du coup j’a pas pu préparer mes semis et la terre. J’a point d’semeuse et ma terre c’est que d’la f’nasse.

J’hésite à d’mander d’l’aide au père Mathieu Timéus,  sa bonne femme c’est une faiseuse d’histoires. Mais lui  l’est point mieux, c’est un fesse-mathieu qu’on disait par cheu, un grippe-sous. J’l’a embauché une foué pour les fauch’ries, dame l’aurait fallu que j’paye le double. Moi , j’a point un oursin dans ma poche, mais l’prix c’est l’prix! Bernique, peut toujours courir, me rattrap’ra point d’suite.

Ah ! p’t’être que l’fils à Mathis y pourra lui, faut que j’va y d’mander. Y voudra ben j’pense, ça lui fra des p'tits sous. Et aussi, y passe souvent de vers moé avec  sa charte, j’lui en causerai deux mots.

Ah ! c’est point drôle quand qu’on est obligé de d’mander partout un coup d’main, mon esquelète, elle est de moins en moins solide dame. J’aurais ben aimé qu’mon jardin soye propre pour les fêtes de la Pâque. Mais si j’réfléchis ben, l’aura pas beaucoup d’visites mon jardin, la famille s’déplace plus , les genses font tention à leur santé. C’est terjous pareil  et faut point leur j’ter la pierre. Et nous, ça va cheu nous! mais les parigots? ces pouvères genses, pouvères malureux qui sont coincés, peuvent plus bouger. Qué tristesse ! Faut tiend’bon ! Faut tiend'bon!

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #défi Ghislaine, #Mémé

 Ghislaine Atelier no 143

les 8 mots

Armure, ancien, accoutrement, costume,

temps, jeu, paraître, long.

Ou un texte avec

au moins 5 mots commençant par P. 

 

L’aut'jour j’a vu passer d’vant cheu nous, l'père Perrin,  il marchait d’traviol, l'était pouillé d'son costume de dimanche, et par-dessus, un genre darmure, un drôle d’accoutrement qu’il avait sul’dos ma fouée!

-J’ui dis : d’éou qu’tu vins donc comme ça, mon pov malureux ? Et où qu’t’as donc récupéré tout ça, qu’c’est ancien comme du temps des croisades?

-Ah ma bonne Ipomée, j’suis passé par darrière la maison au père Mathurin à haut du ch’min et il avait sorti plein de drigaille et comme moi nigaud comme que j’suis, j’m’ai arrêté et il m’a collé plein de trucs su’l’dos pour se débarrasser. Il paraît qu’y aura une fête dans l’coin quand qu'le virus il aura claqué, et qu’y faudra s’déguiser. Et qu’y aura des jeux. Moi j'aime ben ça , m'déguiser!

Gif emprunté à petite mimine

- Qué parouaissien tu fais là,  tu t’as fait berner mon pouvere gas, jamais entendu causer d’ça !

-Oh dame, fi’d’garne, tu sais j’vas pas faire long feu avec ça su’l’dos, j’vas faire un grand feu avec, m’a ben eu c'te mauvaise tègne là ! L'a ben dû riguenasser darrière mon dos! J’lui rendra la monnaie d’sa pièce un jour, oui da . Va s'en souv'nir l

Publié le par Yvette
Publié dans : #Défi Ghislaine, #Mémé, #Humour

Chez Ghislaine

Anecdote, frimousse, récit, avant,

journal, surprise, lire, voir.

Ou Un texte thème Humour.

Dame ! Gigi al a raison, faut point s’laisser aller, et rigoler il parait qu’c’est bon pour la santé.

 Avant, du temps d’feu mon bonhomme on ajetait l’journal, j’crois ben qu’à l’époque c’est déjà l’Eclair. Et y avait un genre de dessin comme les bandes dessinées mais qu’c’était des genss du coin qui causaient en patois nantais et dame c’qu’on a pu rigoler avec ça ben des fois quand qu’on lisait ça.

C’était un couple comme mon homme et moi, Julien et Valentine qui s’nommaient. Leur en est-y arrivé des histoires à ces deux-là ! Des anecdotes comme on dit en bon français y en avait toutes les semaines et c’était la surprise.

Qui qui vont raconter c’te fois-ci ? c’était point des grands récits, bé fallait voir à lire aussi.

J’en ai ret’nu une bonne.

C’t’année là il avait fait si froid qu’le muscadet avait gelé dans la barric au père Auguss. Et tous les hommes avec le Julien sont allés voir ça dans sa cave et qui passait son temps à casser la glace et forcément tout le monde par le fait à licher c’te glace. C’était ben bon !

En rentrant l’soir la patronne Valentine, qui dit à son Julien : « d’éou qu’tu viens avec ta frimousse moustachue toute poissouze. »

 Dame qui répond j’ai sucé d’la glace.

 D’la glace ? fais-moi point rire. T’as ben une goulle à sucer d’la glace !!

Si dame, ben sûr que si ! Qu’les autes ils ont dit que ce srait-y pas une bonne idée à mettre pour l’été sur la plage de la Baule », un truc comme ça.

 J’me rappelle pu des bons mots, ça date de vieux, maintenant on voit pu ça !

Mais on rigolait ben en c’temps-là !

N’empêche qu’en y pensant : l’vaccin qu’on conserve dans la glace, ce srait t’y pas plus rapide de l’licher dans des cornets ? Ce s’rait plus rapide qu’la piqûre dame ! Et personne refuserait de s'faire vacciner. Dame sûr!

Publié le par Yvette
Publié dans : #Mémé, #Défi Ghislaine

Atelier no 141

les 8 mots

feuille, frileux, force, frêle,

poser, prendre, avoir, courir.

Ou/et/ le thème

au moins 5 mots commençant par " cou" 

dans un petit texte.

 

Dame cette fois-ci c’est ma Gigi qui va être à l’honneur, ça fait ben longtemps que j’lui ai point écrit ! doit s’faire du mouron et s’demander késki m’arrive !

Bé ! j’sais ben aussi qu’al est point en forme, qu’al est terjous à courir partout, al trouve pas moyen d’se poser ! al va ben finir par le choper c’te foutu virus à force d’aller partout comme ça ! Va ben la prendre à r’vers dame !

Faut dire qu’c’est point gai d’ce temps-là, avec un hiva, qu’on sait point d’éou qui vient,  moi j’ose point bouger, j’suis très frileuse en plus.  Et pis c’est pas la graisse qu’j’ai su’l’dos qui va m’faire tenir. Toute frêle et plate comme une feuille de mon noisetier.  Vous avez-t-y vu les feuilles de noisetier à l’automne ? quand qu’als tombent als collent su’l’chemin quand qui mouillasse, sur les routes ça couvre tout,  et pas moyen d‘les décoller, comme du papier de … ah !  comment dire ? des cabinets ! voilà !

Toutes façons point moyen non plus d’avoir un rendez-vous pour l’vaccin ! l’en faut du courage dans c'te foutue vie ! On nous force à courir partout et en même temps on nous dit d’point bouger !  pour sûr qu’si on l’gobe le virus , avec son cousin anglais, sûr, qu’ça va nous chauffer la couenne ; et même nous cuire pour de bon ! et on s’ra ben couillonnés, sauf vot’respect m’sieurs-dames !

Bon en attendant, j’vas prendre mon coutiaou et couper mon pain pour tremper mon brouet.

Publié le par Yvette
Publié dans : #sentiment, #Plaisir des mots, #Mémé, #Virus

Notre amie Ghislaine nous propose

les 8 mots

Mot, idée, absente, vide,
fin, texte, infini, émotion.

Ou le thème ; "Sentiment"

 

Oh ! dame ! Yvette, elle est ben gentille, al me d’mande d’l’aider pour l’article de Ghislaine mais c’est sur les sentiments. J’ai point d’idée moi là-dessus.

J’ai été longtemps absente avec ce fichu virus, j’commence à r’ssortir mais j’fais gaffe ! J’a tellement ruminé dans ma cambuse qu’mon cerveau il est vide ! Si , si ! j’vous assure ! J’ai l’sentiment qu’j’ai pris un sacré coup d’vieux ! Quand que j’me suis argadée dans la glace à matin, l’émotion m’a submergée comme on dit quand qu’on cause ben. Pas d’mots pour dire comment que j’étais : grise, ridée, (ben oui encore plus qu’avant quoi !). J’ai même ben cru que j’l’avais gobé ce virus comme justement j’toussotais !!

Mes pov’z’enfants on est ben mal gaulés avec tout ça ! Faut pas argader dans la télé, sinon, c’est sûr on est mort. Y en a qui disent : déconfinement et pis après c’est la fin de toute cette comédie si tout l’monde fait attention.

Y en a d’autres qui passent un temps infini à nous prouver qu’le virus, l’est point près d’partir. Avec des textes et des tableaux, des graphiques qu’on a même pas l’temps d’lire. Déjà que j’comprends rin d’avance.

Mais c’est qu’faut faire gaffe, moi j’dis, qu’il va ben r’venir comme la grippe tous les ans. Et vous zavez-t-y vu la grosseur des s’ringues pour le vaccin? si qu’ils arrivent à en trouver un ? Mais c’est qu’ça fait peur, moi j’ai pu qu’la peau et les os !

Ah ! j’vous répète qu’on est mal barrés !  Va falloir montrer patte blanche !

Salut la compagnie, à la r'voyure!

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Plaisir des mots, #Mot mystère, #Mémé

Lettres pour un mot mystère

A E E E I O B C D R R S 

Subterfuge, action  simulation ou dissimulation adroite destinée à tromper sans mentir mot ancien  

Mémé victime d’escobarderie

V’la t’y pas qu’en rev’nant d’chez mes copines, en soirée et  rapidement, qu’à la croisée d'mon ch’min, j’vois un bougre adossé au gros arbre et qui r’gardait dans mon terrain. J’arrivais lentement pour l’observer à la dérobée ! Qui qu’c’était ? Légèrement crade vu de loin, de près ça d’vait être ben pire ! Comme il bougeait pas, j’a quand même approché, il m’a vue, et a commencé à me baragouiner des choses que j’comprenais point.

On m’croira point pour sûr si j’ raconte ça. Franchement il sentait mauvais. Donc plus que j’reculais, et plus qu’il s’approchait, y avait pas core le virus à c’moment là , heureusement ! Il a fini par écraser son mégot tout noir dans l’herbe et là ça allait mieux, je pigeais qu’en fait il cherchait un endroit pour roupiller la nuit, à l’abri : une grange, un cabanon ! il avait un accent comme qui dirait canadien. Il était, d’après lui un globe-trotter et passait pour « semer la bonne parole ». Bon , moi j’suis pas chienne, j’lui ai dit qu’il pouvait aller dans la grange, ou le caberneau, darère la maison, point question d'le faire rentrer chez moi, j’suis seule, hein ! J’lui ai donné une bolée de cidre et un quignon d’pain avec du fromage et j’l’ai laissé.

« Bonne parole », moi, j’y comprends rin ! Pas b’soin d’ça, pour faire du bien autour d’mé, c’est une question d’éducation. J’suis rentrée et j’ai ben fermé toutes mes portes à clé, et pis mangé ma p’tite soupe et après : télé et au pieu. J’entendais point de bruit, j’ai ben dormi.

 Ben, c’est sûr on va point m’crère! le matin, les bras m’en sont tombés. J’étais badée (bouche-bée) L’avait foutu l’camp, le gaillard avec deux d’mes poulettes racées. Heureusement qu’il a point vu mon p’tit cabri ou ben il a pensé qu’il aurait pleuré et m’aurait réveillée. Et l’est rentré dans ma serre mais c’est point la saison. Et il disait « semer la bonne parole » … J’me suis core fait berner. C’est vrai qu’il avait une sale goule,  paraissait un peu sournois ! J’avais point l’air fine avec ma bière à la main que j’voulais lui offrir !! J’vais en causer à personne que j’me suis fait berner, non, dame !

J’suis r’tournée dans ma carrée toute penaude et colère en méditant sur ces gens rusés qui vous embobinent ben avec de belles paroles.

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Mot mystère, #Plaisir des mots, #Lilousoleil, #Mémé

mot mystère 17,

Chez Lilousoleil

12 lettres Anagrammes

       I E E E U U N N Q Q L L 

délai de cinq ans accordé à un débiteur pour régler une dette ( ancien droit français)

 

QINQUENELLE

 

Mémé confinée !! C’est la "guérre" !

 

Oh ! dame dé za matin que j'suis mal lunée,

Avec c’te confinement, ça va point !

J’m’ennuie ! J’sais point quoi faire.

J’tourne en rond.

Pis d’vant chez moi, y a pas la queue d’un marcou qui passe.

Avant y avait toujours une grouillée d’galopins…

 

J’vous l’dis les temps changent !

 

J’ai enquillé des vieux bouquins, c’est tout. Quelle guigne !

L’unique visite que j’ai,

C’est Nellie de temps en temps,

Avec sa feuille, son attestation,

Quand qu'elle m’apporte mes courses !

 

Mes plus proches voisins sont à une lieue d’chez moi

 Et j’ai point l’droit d’bouger!

Paraît qu’les pandores ils vérifient tout,

même qu’ils sont à ch’val dans Paris.

Les canards z'ont pas peur d’eux,

Ils se trimballent tranquillement dans les rues.

Pov bétes ! ils doivent rin comprendre,

Vont déchanter sous peu quand que ça va reprendre,

Les hommes vont vite oublier ça !

 

De plus, la télé, elle est nulle,

Y a point grand-chose à r’garder !

On voit qu’des trucs sur le virus,

C’est pas la joie, dame !

Et qui sait combien de temps qu’ça va durer.

Et à mon âge, z’auront point besoin d’m’envoyer à l’hosto !

Ça coûtera moins cher, pour sûr.

Direct le cimetière retrouver mon bonhomme !

Vous y pensez pas, vous ?

 

Ben,  quand qu’on fait les comptes, hein!

Y en a bin qu’auraient pas voulu la quitter la terre !

Surtout tous ceux qui se sont décarcassés

Pour soigner les malades et qui z’ont point été épargnés.

Là! c’est point drôle!!

Z’ont donné leur vie pour que les autres vivent !

Moi, ça m'fait bouillir !

 

Sous peu, y aura pu d’hommes pour la « fenation » !

 

J’vous l'dis, j’suis point d’bonne humeur dé za matin.

Même pas envie d’faire mon fricot, manque plein de trucs !

Les magasins sont dévalisés, la razzia,

Comme pendant la « guérre ».

On va finir par avoir des tickets !

Il l’a bin dit m’sieur l’président :

C’est la « guérre » !

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Plaisir des mots, #Mot mystère, #Mémé

 

Lettres pour un mot mystère 14 chez lilousoleil

A E I O O Y B C C H M N R S T 

Divination par l’observation des boucles de cheveux d’un jeune enfant,

 

Bostrychomancie.

Mot trop compliqué pour Mémé ! Mais riche en anagrammes !!!

 

Mémé invite ses copines

C’est la réunion mensuelle entre copines. Cette fois-ci c’est chez Mémé que ça se passe. Il y avait comme d’habitude Corine, Martine, Ambrosine, (tu parles d’un prénom), Honorat et Mémé, (Ipomée). Et en un mois il se passe des tas de choses dans le patelin !

Il va y avoir de l’animation comme à l’accoutumée. Mémé relevait d’une bronchite mais avec force embrocations ça allait, elle était très excitée.

Sur la table : café, thé, gâteaux secs, crêpes et derrière bien cachée, une bouteille de Chambertin. Elle faisait les choses en grand !

Et ça démarre !

Corine : Les filles ! j’en ai une bonne à vous raconter : c’est la boniche du château qui m’a raconté ça. Parait qu’le vieux marquis, le père De Combrat, l’a attrapé une maladie honteuse !

Mémé :Tu veux dire une maladie vénéneuse ?

Ambrosine : Mais non, vénérienne ! tu penses ben, ça traine partout ça ! Mais t’es sûre que c’est pas le coronavirus ?

 Corine : Rhhhooo non ! tu penses ben, ça fait l’tour du château ! ça, ça s’attrape pas comme ça, ça court les filles en corset à paillettes et canotier. Tiens c’est comme’l’notaire : lui aussi qui parait!

Toutes : Noooon ! c’est-ty par malheureux ça ! Quels drôles de citoyens qu'ça !

Martine : Moi j’en ai une autre. Vous vous souvenez de Martin Manchois, qu’on avait surnommé l’anchois tellement qu’il était maigre. Bé j’l’ai vu l’aut'jour, bin amoché.

Mémé ; Qués qu’il a donc eu ?

Martine : Laisse-moi causer que tu m’coupes là !  J’l’ai vu au marché ! « Mais quèque t’as eu donc mon gars » que j’y dis !  « Et pis t’es bancroche en pus ! T’as la tronche en piteux état ! et tu cocotes »  «  Ah ! ma pov Martine, jme suis fait baiser », qui m’dit ! « J’ai travaillé pour le père Ricochat, tu sais, çui qui travaillait aux Chantiers d’la Loire comme mécano et qui créchait au bout d’ta rue. Quand j’ai voulu réclamer mon dû, il m’a dit : « Rin du tout, tu m’devait du fric, t’auras qu’des haricots ». Moi j’ai vu rouge, mais lui, l’était plus fort que moi, il m’a coincé contrel’mur de sa soue à cochons et m’a fait basculer par-dessus l’accotoir, il s’escrimait sur moi, et moi j'pataugeais dans l’purin à cochons. Dame je m’ai rentré vite fait chez moi me laver dans la buanderie, mais tu sais c'que c’est, l’odeur ça reste » « Mon pov'gars » que j’y dis, « la prochaine fois, tache moyen de pas l'rencontrer, comme ça tu éviteras les anicroches »

Ambrosine : ben à mon tour alors ! Vous vous souvenez aussi d’Honoré Oscabrion, avec qui j’fricotais, dans ma jeunesse, c’était un breton et il avait un scooter à l’époque. Dame il était beau en c'temps, mais j’lai revu la s’maine dernière. Qu’il avait changé !!!! Il avait grossi oh ! là là, mais causait toujours avec bonhommie, même un peu naïf. Lui aussi il s’est fait baiser ! Il a voulu tailler son sycomore qui avait ses branches au-dessus d'la clôture du voisin, et cela allait abimer la corniche de sa maison. Il a grimpé dans l’arbre à grand peine mais tout heureux, chantait à tue-tête, a commencé à couper et plouf ! le gars avec la branche pourrie dans la piscine de son mitoyen. Obligé de tout nettoyer et gratuitement. Quel corniot quand même ! Pas beaucoup dans la caboche !

Et patati et patata... Et l’père Brachet qui baisotait et honorait toutes  ses voisines, qu’il a fallu qu’le curé s'en mêle et lui d’mande de s’abstenir …. et la mère Machin-chose avec ses cabinets bouchés ...

Hilarité générale !

Sur ce, Mémé est arrivée avec sa bouteille de Chambertin, et les rires ont fusé jusqu’à la nuit. On ne s’ennuie jamais chez Mémé !

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Plaisir des mots, #mot mystère, #Lilou soleil, #Mémé

Lilou donne chaque lundi les lettres en vrac d’un mot mystère  dont elle donne une définition.

E E I N R T G L T T

Mot ancien pour désigner un  pourboire ou une gratification

$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

Ah ! v’là Yvette qui passe par là, j’ai un truc à lui raconter.

Tu sais pas, l’aut’ jour en allant au bourg, j’ai longé l’étier, c’était marée basse. Le genet  et la reine des près sont presque en fleurs, fait trop chaud pour un hiver, et y avait plein d’oiseaux. C’était beau ! quand tu penses qui en a qui les tuent.

C’est pourtant utile ces bétes-là ! déjà qu’on voit plus guère de hérons dans l’coin. Bref c’est point pour ça que j’voulais t’entret’nir.

En arrivant d’vant l’épicerie-café, j’ai rencontré trois anciennes copines, la Ginette la Irène et la Régine, trois pipelettes du coin. Et comme tu sais bin, on a plein de choses à s’raconter, on est entrées au bistrot prendre un p’tit noir. Y avait-y du monde là-dedans ! On s’entendait plus causer. Mais j’ai vite compris, y en avait un qui distribuait des papiers pour les élections, ça commençait déjà dis donc. Et entre les uns et les autres, les goules s’énervaient. Les partisans du maire actuel, ben gentil ma foi, qui cherche à être réélu, et les autres qu’on connaît pas et qui s’énervaient … Tout juste si on n’entendait pas : c’est la lutte finale… J’me suis retenue de leur dire de la fermer, non mais, et le respect où qu’il est ? on s’faisait bousculer, c’était presque la tuerie ; dame j’ai vite fait d’mettre ma tringuelte et on est sorties.

-Ta quoi ?

-Bé mon pourboire quoi, tu connais point c’mot là, tringuelte ?

 -Non, jamais entendu !

-Bé j’vas t’étonner, j’suis sûre. Tu sais pas d’éou qu’ça vient ce mot, c’est mon homme qui m’l’a dit un jour. Pendant la guerre il a travaillé avec des allemands. Ca vient de trinquer ou trinken, boire en allemand et pis aussi de Gueld, de l’argent. Pendant la guerre on entendait ces mots là, du coup comme en France on mélange tout, on en a fait un nouveau mot entier: argent pour boire ! POURBOIRE. T’as saisi ?

Du coup on est sorties déhors, et pis on a continué la causette ! Parait qu’le père Guéret il est ruiné, sa femme est partie avec tout son fric ! Il en est malade et il est pas près d’être guéri dame ! C’est pas l’genre à s’remettre comme ça !

-Bon dis donc j’vas t’laisser, le ciel devient noir, va ben tomber d’la grêle.

Allez à la r’voyure ! Tu donneras ben l’bonjour à Lilou !

Publié le par Yvette
Publié dans : #les défis d'écriture, #Plaisir des mots, #Mémé

Pour son défi 111

Ghislaine nous propose 8 mots

Blessure, étranger, songe, fou

tourner, subir, écrire, savoir

ou
 ""Un texte avec Au moins 5 mots commençant par P ""

$$$$$$$$$$$$$$$$$$$$

 

-Mémé se lance, elle m’a montré son texte, je vous le livre tel quel.

-Ah ! enfin ma Gigi a repris son p’tit train-train, j’suis ben contente dame, elle me manquait. J’commençais à tourner bourrique, plus rin à écrire !  Me fallait en plus subir l’impatience d’Yvette ! Elle aussi ça la chagrinait ! J’vas faire ça en cachette, si personne lui en cause  hein ? vous voyez c’que j’veux dire. Al a point besoin d’savoir ! J’lui en causerai qu’en que ce sra fini. Al aura la surprise.

Alors j’vas commencer par quoi ? c’est vrai que quand elle est là, elle sait ben m’diriger ! Oh ! bé voilà, tout trouvé : Le jardinier qu’est là pour couper ses vieux arbres autour de l’étang, elle vous en a causé deux mots l’aut’jour ! ça va faire un bon sujet.

Faut qu’je songe à y dire au gars de faire attention, le grillage en bordure, il est abîmé et faudrait pas qu’il se fasse une blessure ! Déjà qu’il a eu un mal fou à scier tout ça ! Ils sont deux, deux bon gars dame voui, ben sympa, pas des étrangers, non, la chienne quand ils arrivent al est folle de joie.

Ah bé j'ai fait vite, tous les mots sont là!

Allez, maintenant, les mots commençant par un P, j’veux bin, j’en ai plein mais en patois nantais. Bé, oui vous savez bin, nous les paisans, on parle pas d’la même façon. J’vas vous donner des exemples, pas beaucoup, j’veux point vous noyer :

Les patates, ça vous connaissez, Yvette elle aime pas, elle dit que les patates c’est des patates douces. Elle, elle parle de Pommes de terre, ça fait plus chic !

Un poulet de mer, vous savez c’que c’est ? un crabe !!! Ça vous en bouche un coin, hein, ?

Mal pouillé, : mal habillé

Des pois de Rome : des haricots verts. J’suis sûre qu’Yvette elle connait pas ça !

Bon j’vas m’arrêter là pace que si ça lui plait point , ce sra du temps de perdu. Et moi j’aime point perdre mon temps.

J’ai plus qu’à lui faire lire, c’est plein de fautes mais tant pire.(pis)

Je rappelle à tous mes lecteurs que Mémé c’est le diminutif d’Ipomée mon prénom, je dis ça pace que, j’sais pas si Yvette vous l’a dit. Elle m’a dit que oui mais j’ai des doutes.

Allez, à la prochaine!

 

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

https://www.deezer.com/playlist/1363369975?utm_source=deezer&utm_content=playlist-1363369975&utm_term=3414283404_1579878678&utm_medium=web

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog