Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Articles avec #peinture et poesie catégorie

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peinture et poésie

 

  Courbet la mer à Palavas

  Courbet, la mer à Palavas

 

Et la mer ...

 

 

 

Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,
Et la mer est amère, et l'amour est amer,
L'on s'abîme en l'amour aussi bien qu'en la mer,
Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.


Celui qui craint les eaux qu'il demeure au rivage,
Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,
Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,
Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

La mère de l'amour eut la mer pour berceau,
Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau,
Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

 Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.

Pierre de Marbeuf (1596-1645)
(Recueil de vers, 1628)

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peinture et poésie

 

 

 

   Le Gage à la Provotais (44)  Peinture que j'ai faite à l'huile sur toile de lin.

  Vieille ferme à la Toussaint

La ferme aux longs murs blancs, sous les grands arbres jaunes,

Regarde, avec les yeux de ses carreaux éteints,
Tomber très lentement, en ce jour de Toussaint,
Les feuillages fanés des frênes et des aunes.

Elle songe et resonge à ceux qui sont ailleurs,
Et qui, de père en fils, longuement s'éreintèrent,
Du pied bêchant le sol, des mains fouillant la terre,
A secouer la plaine à grands coups de labeur.

Puis elle songe encor qu'elle est finie et seule,
Et que ses murs épais et lourds, mais crevassés,
Laissent filtrer la pluie et les brouillards tassés,
Même jusqu'au foyer où s'abrite l'aïeule.

Elle regarde aux horizons bouder les bourgs ;
Des nuages compacts plombent le ciel de Flandre ;
Et tristement, et lourdement se font entendre,
Là-bas, des bonds de glas sautant de tour en tour.

Et quand la chute en or des feuillage effleure,
Larmes ! ses murs flétris et ses pignons usés,
La ferme croit sentir ses lointains trépassés
Qui doucement se rapprochent d'elle, à cette heure,
Et pleurent.
                                          Emile Verhaeren

 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peinture et poésie

 

artwork images 1019 488181 theodore-rousseauJJ Rousseau, les chênes de Fontainebleau 

 

Le matin et les arbres 

 

Quand le paquebot Terre, un à un ses hublots

S'ouvrant, livre passage aux oiseaux familiers,

Ces bras blancs qui saluent le jour comme leur frère?

Nous croyons voir entrer le meilleur de nous-mêmes;

Avec les premiers pas du soleil réveillé.

 

Est-ce là devant nous les arbres du printemps 

Ou bien la vague haute ou chercheuse d'écume ?

Il est encore trop tôt pour comprendre et savoir,

Le regard est grevé d'un peu d'obscurité.

 

Contentons- nous d'être un vivant un jour de plus,

D'entendre en nous ce coeur qui ne s'est pas couché

Et peine nuit et jour dans d'égales ténèbres

Pour préparer un peu de ce qu'il croit bonheur.

 

Et nous le laisserons croire parce qu'il faut

Que le mensonge aussi soit au fond de nous mêmes

Pendant que le soleil feint de monter au ciel

Et toujours nous attrappe avec sa même ruse.

 

Jules Supervielle.

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peinture et poésie

 

  Etang Aquarelle d'Henri Zuber

 Etang Aquarelle de Henri Zuber

 

 

 Les peupliers longs au bord de l'étang 

font un bruit paisible et lent qu'on entend

décroître et renaître et décroître encore,

qui parfois augmente et parfois s'endort...





Les feuilles d'argent bientôt seront d'or ;

l'étang leur prépare un mouvant linceul,
et les peupliers seront nus et seuls,

Seuls au fond de l'eau qui rêve et qui dort.

 

 

Guy-Charles CROS

 

 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peinture et poésie

 

 

  charlesferdinand-ceramano Le Bas-Bréau à Barbizon animé

 Charles Ferdinand Ceramano    Barbizon

 
 

 

Dans les bois

 

 

Au printemps il naît et chante :
N'avez-vous pas ouï sa voix ? ...
Elle est pure, simple et touchante,
La voix de l'Oiseau - dans les bois !

L'été, l'Oiseau cherche l'Oiselle ;
Il aime - et n'aime qu'une fois !
Qu'il est doux, paisible et fidèle,
Le nid de l'Oiseau - dans les bois !

Puis quand vient l'automne brumeuse,
Il se tait... avant les temps froids.
Hélas ! qu'elle doit être heureuse
La mort de l'Oiseau - dans les bois !

 

Gérard de Nerval
Poésie et Souvenirs

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peinture et poésie

 

 

 

 

 

 

 

Maroniez Georges Back To The Quay

 

Maroniez Georges,  back to the quay

 

 

Soleil couchant, José-María de Heredia,

 

 

Les ajoncs éclatants, parure du granit,
Dorent l'âpre sommet que le couchant allume;
Au loin, brillante encor par sa barre d'écume,
La mer sans fin commence où la terre finit.

 

A mes pieds, c'est la nuit, le silence. Le nid
Se tait, l'homme est rentré sous le chaume qui fume;
Seul, l'Angélus du soir, ébranlé dans la brume,
A la vaste rumeur de l'Ocean s'unit.

 

Alors, comme du fond d'un abîme, des traînes,
Des landes, des ravins, montent des voix lointaines
De pâtres attardés ramenant le bétail.

 

L'horizon tout entier s'enveloppe dans l'ombre,
Et le soleil mourant, sur un ciel riche et sombre,
Ferme les branches d'or de son rouge éventail.

 

 

José-María de Heredia

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peinture et poésie

 

 

 

Bientôt l'arbre

presque-fini.jpgUn tableau que j'ai réalisé en bordure d'Erdre sur le site.

Il faisait beau ce jour-là et le pinceau glissait sur la toile.

 

 

 

 

Verdoyante fumée

Demain je serai l'arbre

Et pour les oiseaux froids

La cage fortunée

 

Les grandes migrations 

Sont parties de ma bouche

De mes yeux plein d'épis

Les éclairs de santé

 

Je te suis dans l'air bleu

Flèche douce à la paume

Bel arbre que j'éveille

Au bord de mes genoux

Tronc si blanc qu'il n'est plus

Qu'une neige attentive

 

Tu courbe vers le toit

Tes brandons de lumière

ta sève jour et nuit

Chante dans les gouttières

 

On te fête déjà

Dans les rues de villages

Ainsi qu'une saison

Inconnue de la terre

 

Et toi dans les sillons

Sans borne où les perdrix

Gaspillent pour la joie

Des poignées de sel gris

Tu marches répondant

De la douceur des pierres.

                               René-Guy Cadou

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peinture et poésie

 

  463px-Edouard Manet Die ueberraschte Nymphe

Edouard Manet, la nymphe

 

 

Avril

 

Déjà les beaux jours, - la poussière,
Un ciel d’azur et de lumière,
Les murs enflammés, les longs soirs ; -
Et rien de vert : - à peine encore
Un reflet rougeâtre décore
Les grands arbres aux rameaux noirs !

Ce beau temps me pèse et m’ennuie.
- Ce n’est qu’après des jours de pluie
Que doit surgir, en un tableau,
Le printemps verdissant et rose,
Comme une nymphe fraîche éclose
Qui, souriante, sort de l’eau.

 

Gérard de Nerval (1808-1855)

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peinture et poésie

 

Cortes André vaches à la mare

    André Cortes , Vaches à la Mare

L'abreuvoir

 

En un creux de terrain aussi profond qu'un antre,
Les étangs s'étalaient dans leur sommeil moiré,
Et servaient d'abreuvoir au bétail bigarré,
Qui s'y baignait, le corps dans l'eau jusqu'à mi-ventre.

Les troupeaux descendaient, par des chemins penchants :
Vaches à pas très lents, chevaux menés à l'amble,
Et les boeufs noirs et roux qui souvent, tous ensemble,
Beuglaient, le cou tendu, vers les soleils couchants.

Tout s'anéantissait dans la mort coutumière,
Dans la chute du jour: couleurs, parfums, lumière,
Explosions de sève et splendeurs d'horizons ;

Des brouillards s'étendaient en linceuls aux moissons,
Des routes s'enfonçaient dans le soir - infinies,
Et les grands boeufs semblaient râler ces agonies.

 

                        Emile Verhaeren

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peinture et poésie

  

  Je vous invite à aller sur le blog de mon amie Marielle 

  

http://marielle-poesie.over-blog.com/

Ce qu'elle écrit est si beau que j'aimerais qu'on lui rende visite.

Marielle est une grand-mère comme moi,

mais encore plus âgée que moi ! c'est peu dire!

elle ne cache pas son âge!

C'est ce qui fait que je l'apprécie encore plus.

Elle est très modeste

mais a cependant écrit de nombreux beaux recueils.

 

Sur son blog, elle ne se contente pas de mettre sa poésie,

elle ajoute aussi celle de poètes célèbres

et c'est un vrai plaisir de se promener chez elle, car en plus 

 une illustration accompagne chacun des poèmes.

En voici un de sa composition.

 

 

Dans mes rêves   

  

J'ai mis ton sourire dans mes rêves,
J'ai rêvé de tes yeux dans mes yeux.
Et le vent du soir sur mes lèvres,
Avait le goût des jours heureux.

Les jours heureux, ceux de mes rêves,
S'envolent dans un ciel toujours bleu,
Et le vent du soir les soulève,
Les emporte, vers toi, au-delà des cieux.


J'ai mis dans mes rêves le meilleur,
J'ai rêvé de ta voix en écho ...
Et le vent du soir sur ma peau,
Avait les effluves du bonheur !

 

Marielle



Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

https://www.deezer.com/playlist/1363369975?utm_source=deezer&utm_content=playlist-1363369975&utm_term=3414283404_1579878678&utm_medium=web

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog