Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Articles avec #victor hugo catégorie

Publié le par Yvette
Publié dans : #Peintres célèbres, #Victor Hugo
Château dans les arbres (1850) . Plume et lavis d'encre brune, frottis de fusin sur papier à dessin

Château dans les arbres (1850) . Plume et lavis d'encre brune, frottis de fusin sur papier à dessin

Victor Hugo n'était pas seulement un homme de lettre, il était également un homme de l'art.

C'est après la mort de sa fille Léopoldine que le dessin devint un refuge pour l'écrivain et un moyen d'exprimer ses émotions.

Il créa entre 1830 et 1876 environ 35000 dessins.

C'est à partir de 1830 qu'il détourne habilement sa main du papier pour la peinture.

Ses oeuvres représentent des paysages mystérieux et surnaturels mais aussi de nombreuses caricatures qui se présentent sous la forme de cartes de voeux et de cartes de visite. Il utilise la technique de l'encre mais aussi celle du fusain et de l'aquarelle. Les apports des couleurs se limitent à des nuances de brun pour souligner une vague, une pierre, un lieu....

Le poète s'intéressait plus particulièrement au voyage, à la nature et aux paysages. Il percevait dans les paysages une harmonie entre "l'intelligence de l'âme" et celle de la nature, et tentait de les fixer sur le papier.

Hugo peut être défini comme un peintre réaliste dans sa capacité à représenter des ruines, un château ou le ventre de la mer.

Sources: Ville de Besaçon

Publié le par Yvette
Publié dans : #Araignée, #ortie, #victor Hugo, #Vidéos
Victor Hugo : l'araignée et l'ortie
Victor Hugo : l'araignée et l'ortie

En chanson !

J’aime l’araignée et j’aime l’ortie

J’aime l’araignée et j’aime l’ortie,
Parce qu’on les hait ;
Et que rien n’exauce et que tout châtie
Leur morne souhait ;


Parce qu’elles sont maudites, chétives,
Noirs êtres rampants ;
Parce qu’elles sont les tristes captives
De leur guet-apens ;


Parce qu’elles sont prises dans leur œuvre ;
O sort ! fatals nœuds !
Parce que l’ortie est une couleuvre,
L’araignée un gueux ;


Parce qu’elles ont l’ombre des abîmes,
Parce qu’on les fuit,
Parce qu’elles sont toutes deux victimes
De la sombre nuit.


Passants, faites grâce à la plante obscure,
Au pauvre animal.
Plaignez la laideur, plaignez la piqûre,
Oh ! plaignez le mal !


Il n’est rien qui n’ait sa mélancolie ;
Tout veut un baiser.
Dans leur fauve horreur, pour peu qu’on oublie
De les écraser,


Pour peu qu’on leur jette un œil moins superbe,
Tout bas, loin du jour,
La vilaine bête et la mauvaise herbe
Murmurent : Amour !

          Victor Hugo

 

J'aime les araignées mais je crains les orties

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

https://www.deezer.com/playlist/1363369975?utm_source=deezer&utm_content=playlist-1363369975&utm_term=3414283404_1579878678&utm_medium=web

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

Hébergé par Overblog