Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Béjar
Publié dans : #Mes chats d'occasion


Les animaux rois

Notre jardin n'est pas à nous.
Il ne nous appartient pas.
C'es le paradis de nos chats.
Il y a des nids partout.
Tout est fait pour qu'ils se sentent bien.
Notre bien-être à nous passe après.
Vous direz: ils éxagèrent.
Tant pis, c'est comme ça.


Un nid de Pitchoune


Un nid de Tifany

Cette chaise appartient à Théo, le sculpteur.
 Bientôt, au train où ça va, elle sera bancale!




Publié le par Béjar
Publié dans : #Animaux

Pivoine 


Un jour une très gentille amie, Martine,
http://moncarnetamalices.over-blog.com/ 
que vous connaissez certainement
m'a fait une surprise sur son blog:
elle a fait de la pub pour moi.
 J'ai été ravie et étonnée,
mon blog était tout jeune
et quelqu'un me faisait déjà de la pub?
Je lui dois un grand Merci.
Au hazard de mes balades sur les blogs,
j'ai découvert à mon tour une petite chatte,
au nom charmant de Pivoine.
Elle nous raconte, sous la plume de son Papa,
tous ses états d'âme, sa vie dans sa famille.
Cette petite chatte est extraordinaire,
elle a le sens de l'humour,
et surtout elle est très féline.
Vous qui aimez les chats,
 n'hésitez pas à aller sur son blog.
http://saint-arnoult.over-blog.fr/
Son papa signe sous le nom de Richard ou bien Ricky,
c'est selon son humeur.
Allez rendre visite à cette petite famille,
je vous assure que vous ne serez pas déçus.

Publié le par Béjar
Publié dans : #Animaux

AU SECOURS L'ETE ARRIVE ! NE LES ABANDONNEZ PAS !

Vous connaissez mon amour pour les bêtes alors, aujourd'hui, je me fais le relais de la Campagne de 30 millions d'amis contre l'abandon qui va malheureusement exploser d'ici quelques jours. Toutes les actions positives que nous réalisons se matérialisent dans l'inconscient collectif et font évoluer notre planète, alors, pourquoi ne pas commencer tout de suite ?

La Fondation 30 Millions d’Amis, en partenariat avec l’institut de sondage BVA*, a mené la première étude jamais réalisée en France sur l’abandon des animaux.
Objectif : mieux comprendre ce phénomène dramatique pour mieux le combattre. Les résultats sont édifiants et bien souvent contraires aux idées reçues.
93% des chiens abandonnés sont de grande taille. Ce chiffre démontre que, lors de l’acquisition, certains propriétaires n’anticipent pas sur l’évolution physique du chien. L’achat impulsif d’un animal, sans réflexion préalable, est trop souvent à l’origine de nombreux abandon.
42% des chiens abandonnés ont été maltraités. Dans près de la moitié des cas, ces maltraitances sont liées à une mauvaise alimentation et à l’absence d’un suivi vétérinaire minimum. Mais il s’agit aussi fréquemment de véritables sévices. Rappelons que les animaux sont des êtres sensibles, et que les maltraiter est puni par la loi (code pénal art 521-1 : 2 ans d’emprisonnement et 30 000€ d’amendes).
Les ¾ des animaux recueillis ne sont pas stérilisés, c’est pourtant un geste essentiel pour la protection animale, car il n’est pas toujours évident de placer les chatons ou les chiots nés d’une portée accidentelle. Ils sont parfois offerts ou vendus à faible coût, au risque de “forcer la main” de l’acquéreur, sans lui fournir d’éléments propices à une réflexion aboutie. Et ceux qui ne trouvent pas de maître se retrouvent errants, dans un refuge, ou, au pire des cas, euthanasiés. Stériliser son animal, c’est donc éviter l’engorgement des refuges.
Ne l’oublions pas, un couple de chats peut, en 4 ans, générer plus de 20 000 descendants !
85% des propriétaires qui abandonnent ne s’intéressent pas à l’avenir de leur animal témoignant d’une d’indifférence totale envers des êtres sensibles et fidèles.
L’abandon n’est jamais la solution, mais bien une preuve de l’irrespect des hommes envers les animaux, l’absence de prise en compte de l’animal comme un être sensible.
Pour faire face, aux milliers d’abandons qui se produiront cet été encore, la Fondation 30 Millions d’Amis apporte, grâce à l’aide de ses donateurs, son soutien à 250 refuges soigneusement sélectionnés, pour un montant exceptionnel d’1 115 000€.
Pour agir contre les abandons, signer est une nécessité absolue.

http://www.animalement-correct.fr/formulaire/
Plus nous serons nombreux à nous engager personnellement, mieux nous pourrons agir ensemble.

Ce serait formidable si vous faisiez un copier-coller sur votre blog, pour que nous soyions le plus nombreux posible à participer !

4fvj4uhm

Publié le par Béjar
Publié dans : #Animaux


Mon hérisson diurne et croquettivore


Mon hérisson n'est pas comme les autres.
Il ne sort pas la nuit mais le jour.
Il n'est pas rare de le voir avec les chats dans le jardin.
Il faut dire que je lui mets des croquettes et il adore ça.
Mais ça mange salement, et ça fait un bruit d'enfer.
Celui-là est zébré comme les marcassins.
Et il est vraiment gros.
C'est peut-être une future maman.

Publié le par Béjar
Publié dans : #Mes chats d'occasion

                                                                  Pimousse

La prière du chat

 

Ô, mon maître,

 

Ne me prends pas pour esclave

Car j’ai en moi le goût de la liberté.

 

Ne cherche pas à deviner mes secrets

Car j’ai en moi le goût du mystère.

 

Ne me contraints pas aux caresses

Car j’ai en moi le goût de la pudeur.

 

Ne m’humilie pas

Car j’ai en moi le goût de la fierté.

 

Ne m’abandonne pas

Car j’ai en moi le goût de la fidélité.

 

Sache m’aimer et je saurai t’aimer

Car j’ai en moi le goût de l’amitié.

 

Je ne sais pas qui a écrit ces vers. Peut-être le savez-vous ?

Publié le par Béjar
Publié dans : #Algérie

Un extrait de mes souvenirs d'enfance en Algérie
1950

... Est-ce la nostalgie du pays qui a fait qu’un an plus tard, c’était à notre tour d’aller en France ? Et voilà toute la famille, le père toujours avec sa tenue de gendarme, la mère et les quatre enfants dont les âges s’étalaient de huit à vingt ans traversant la Méditerranée. A l’aller, temps superbe sur le paquebot «Président de Casalet ». Pour nous qui n’avions jamais vraiment voyagé c’était merveilleux. Couchettes pour toute la famille et repas dans la grande salle de restaurant à la table ronde centrale. - Le retour sur le «Sidi Ferruch » fut plus mouvementé à cause de la houle ; de plus il n’y avait qu’une couchette pour Maman, Arlette et moi. Papa, Jean-Claude et Pierrot durent dormir dans des transats sur le pont. Les repas se prenaient à la table du commandant. Cette table était longue et unique. Les gens étaient malades. Et c’est Arlette qui en subit les frais. Une dame, brusquement, s’est levée et n’a pas eu le temps de rejoindre les toilettes et lui a vomi dans le dos. Nous qui n’avions déjà pas le «cœur bien accroché », ce n’était pas fait pour arranger les choses. Le roulis plus les odeurs, il était temps que le voyage arrivât à sa fin. Dans la chambre, il ne fallait pas trop essayer de regarder la mer au travers des hublots. Le niveau montait et descendait. L’horizon passait au-dessus et au-dessous du cercle  et le mal de mer pouvait nous atteindre plus vite qu’on ne le souhaitait.

A l’accostage, à Marseille, descente à l’aide d’une passerelle qui nous paraissait branlante, mais la bousculade était telle que l’on n’avait pas le temps de s’en soucier.

Nos premiers pas sur la terre de nos parents.

Publié le par Béjar
Publié dans : #bucolique


J'ai peint ce tableau il y a une quinzaine d'années, d'après une photo datant de 1962.

Souvenirs 

Tant de beaux souvenirs tournent dans ma mémoire.

Souvenirs d’enfant, souvenirs d’adolescent.

Odeurs et bruits émergent en force le soir

Me renvoyant vers ce passé encor présent.

 

Une petite maison basse aux murs blanchis,

Au faîtage et au toit de tuiles ocre rouge ;

Un jardin pour y cueillir des fleurs et des fruits ;

Un portillon grinçant que seul le vent entrouvre.

 

Les yeux pleins de lumière, je me transporte

Vers cette demeure cinquante ans en arrière,

M’attardant un instant devant la vieille porte

Au joli vitrail octogonal rouge et vert.

 

J’entends encore le carillon de la pendule,

Et le bruit des sabots de mon père dans les allées,

Et les crickets dans le jardin au crépuscule,

Et le doux zézaiement des abeilles zélées.

 

Je souris en me revoyant encore enfant,

Grimpant sur l’échelle ou allongé dans le foin,

Ou galopant derrière un cerceau titubant

Me roulant dans l’herbe sèche avec les copains.

 

Je respire l’été, l’odeur des confitures

Cuisant et caramélisant sur le trépied,

Le parfum de prune à la fine mordorure,

Les fraises, les cerises et le cassissier.

 

L’odeur des crêpes sur la vieille cuisinière,

Ou du pot-au-feu qui rassemblait la famille

Tout autour de la table les soirées d’hiver,

Le bon petit rouget excitant nos papilles.

 

Mélange subtile d’odeurs et de couleurs,

Muguet parfumé, jonquilles et mimosa,

Hortensia, rosier grimpant à multiples fleurs,

Laurier rose, tendre daphné et blanc lilas.

 

Septembre et les vendanges, la vigne et le vin.

Et le cliquetis du clapet dans le pressoir,

Les grappes lourdes chargées de leurs précieux grains,

Et le jus vermeil et sucré si doux à boire.

 

Les effluves du vin nouveau qui bouillonne

Dans les vieux tonnelets de chêne du cellier

Le claquement sourd de la pompe qui résonne,

Et l’eau fraîche du puits pour nous revivifier.

 

La véranda et les géraniums de ma mère,

Et le banc pour s’asseoir à l’abri du soleil,

La chatte et le chien à ses pieds, solidaires.

Une douce quiétude envahit l’atmosphère.

 

Ils sont partis laissant, libre, la place à d’autres,

Mais elle, elle est toujours là, présente et fidèle.

Elle a refait sa vie et elle n’est plus des nôtres,

Mais de mon jardin je veille toujours sur elle. 

                                   Michel et Yvette


 
Nous avons écrit ce poème, Michel et moi, en souvenir de cette petite maison, construite des mains de mon beau-père  et qui est toujours vivante mais rénovée. 

Publié le par Béjar
Publié dans : #Mes peintures à l'huile

Et voici ma dernière oeuvre, elle n'est pas encore sèche.
Je l'ai finie hier.


Je retourne en stage de trois jours jeudi, au même endroit, (il y a plusieurs sujets) j'espère qu'il fera aussi beau que la première fois.
La météo n'est pas super, de plus ils sont en grève. Alors il va falloir se contenter de parasol, de bâches, de bottes et prendre son mal en patience.
C'est la lumière qui varie sans cesse sur les arbres, dans l'eau et il est difficile de tout capter au bon moment.
Mais quel plaisir, ces stages!!!


Ah je pense à nos amis les animaux,
 N'oubliez pas de cliquer sur le site de la SPA que je mentionne plus haut?
Un petit rappel en passant, ils vous en seront reconnaissants
C'est très important pour nos amis

Bienvenue sur mon blog

 

 

 

 

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

 



"Vieillir,
c'est quand on dit : Tu
à tout le monde,
et que tout le monde
nous dit : Vous"

 
 
 
 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

Articles récents

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

 

Hébergé par Overblog