Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #Les mystères du chat
Respecter son chat!

J'ai lu plusieurs livres sur les chats, bien que cela ne soit pas ma lecture préférée. Aussi étrange que cela puisse paraître , moi qui suis une passionnée de chats, une mémère à chats, etc. je n'aime pas les livres sur les chats et encore plus étrange j'ai écrit un livre sur "MES" chats, allez comprendre!

Mais quand on a des greffiers chez soi il faut quand-même s'informer. Même si l'on pense bien les connaître, ces poilus.

On a tendance , et moi la première, à assimiler le chat à un petit humain. Et c'est là où le bât blesse. Il faut savoir respecter cet animal, en évitant de faire de lui , un enfant à qui il ne manque que la parole. (Entre nous s'ils parlaient on ne s'entendrait plus chez nous!)

Le chat est différent de l'homme. Dans la nature, chaque être vivant est complémentaire des autres pour atteindre un équilibre que nous, les humains ne devons en rien altérer.

Le chat est avant tout une espèce dominée par son caractère solitaire et prédateur.

Il est nécessaire que la cohabitation se fasse entre lui et nous! Il faut bien l'observer. Ce n’est pas au chat de s’adapter à notre mode de vie mais bien l’inverse. En fait c'est lui qui va s'adapter lentement, à son rythme et seulement si ce Môssieur ou cette Dame le désire!

A savoir que c'est un être UNIQUE! donc:

~Respecter son instinct de chasseur ( ouille! là chez moi c'est dur)

~Respecter son besoin d’indépendance. Ok ça marche!

~Respecter son sommeil et son repos. Pas besoin de les forcer, c'est inné chez eux.

~Respecter ses modes de communication. Marquage ( oh l'horreur! ) griffade (bouhh!!)

.......Ce dernier constitue un comportement de confort pour le chat lui permettant l’entretien de ses griffes rétractiles. Il faudra donc mettre à disposition de notre chat un ou plusieurs postes de griffades dans un endroit attractif et bien visible.

Pas si facile que ça d'adopter un chat, si nous voulons que tout se passe bien entre lui, nous et ses comparses s'il en trouve en arrivant chez nous! Mais j'ai constaté, que le chat copie sur les autres, il apprend à leur contact. Il assimile bien!

Je vous laisse la parole, dites-moi ce que vous en pensez!

Publié le par Yvette
Publié dans : #Poésie d'auteurs, #lampe à pétrole
Image du Blog zezete2.centerblog.net

Photo Zézete

 

Nous étions penchés à la lueur des lampes

Encore, et sur tous nos bouquins de l’hiver

Quand nous a surpris un soleil de septembre

Rouge et peureux et comme une anémone de mer.

 

Une lampe neuve remplace la vide ;

Une nuit succède à une autre nuit ;

Et l’on entend fuir dans la nuit,

Le bruit du sablier triste qui se vide.

 

Les cahiers d'André Walter. André Gide

Publié le par Yvette
Publié dans : #bucolique, #glycine
Ma glycine.
Ma glycine.
Ma glycine.

Ma glycine tout en liane nous a annoncé le printemps. Elle s’entortille sur elle-même, sur ses bras tortueux, et forme une voûte sur la terrasse. Ses grappes en cascades embaument au soleil. Elle n’est plus jeune ma glycine mais elle est fidèle , si heureuse d’être avec nous qu’elle fleurit trois fois dans l’année. Et à chaque fois un beau tapis mauve recouvre les dalles qu’il faut hélas souvent nettoyer !

Publié le par Yvette
Le Dictionnaire

A bien prendre les choses, le dictionnaire est le livre par excellence : tous les autres livres sont dedans, il ne s'agit plus que de les en tirer. » 

Anatole France

Publié le par Yvette
Publié dans : #musique, #Davis
Notes de musique.

Image zézete

 

La véritable musique est le silence

et toutes les notes ne font qu'encadrer ce silence.

Miles Davis

Publié le par Yvette
Publié dans : #Poésie d'auteur, #Sully Prudhomme
Les bûcherons à la scie de Millet

Les bûcherons à la scie de Millet

Un songe

Le laboureur m'a dit en songe :"Fais ton pain

Je ne te nourris plus : gratte la terre et sème."

Le tisserand m'a dit : "Fais tes habits toi-même."

Et le maçon m'a dit : " Prends la truelle en main."

Et seul, abandonné de tout le genre humain

Dont, je traînai partout l'implacable anathème,

Quand j'implorai du ciel une pitié suprême,

Je trouvais des lions debout sur mon chemin.

J'ouvris les yeux, doutant si l'aube était réelle ;

De hardis compagnons sifflaient sur leurs échelles.

Les métiers bourdonnaient, les champs étaient semés.

Je connus mon bonheur, et qu'au monde où nous sommes

Nul ne peut se vanter de se passer des hommes,

Et depuis ce jour-là, je les ai tous aimés.

René François Sully Prudhomme (1839-1907)

Publié le par Yvette
Publié dans : #Les mystères du chat, #Pierre Gabriel
Oui il donne le tourni, mais il est amusant (photo: Zézete)

Oui il donne le tourni, mais il est amusant (photo: Zézete)

Regarde bien les yeux du chat

Il rêve, il fait semblant

Il dort tout éveillé

Pourtant c'est toi

C'est bien toi qu'il épie.

Mais plonge tes yeux dans les siens

Ne les laisse pas t'échapper

Très lentement tu vas glisser

Dans l'eau dorée de ce regard,

Glisser sans fin

Jusqu'à t'anéantir dans son immensité.

Regarde bien les yeux du chat

Bientôt tu seras devenu,

Sans le savoir, le chat lui-même,

Les yeux du chat qui te regarde...

 

Pierre Gabriel

Publié le par Yvette
Publié dans : #Poésie d'auteurs, #Plaisir des mots
Heureux ceux qui ...

Heureux ceux qui respectent mes mains décharnées et mes pieds déformés.

Heureux ceux qui conversent avec moi bien que j'aie désormais quelque peine à bien entendre leurs paroles.

Heureux ceux qui comprennent que mes yeux commencent à s'embrumer et mes idées à s'embrouiller.

Heureux ceux qui, en perdant du temps à bavarder avec moi, gardent le sourire.

Heureux ceux qui jamais ne me font observer : "C'est la troisième fois que vous me racontez cette histoire !".

Heureux ceux qui m'assurent qu'ils m'aiment et que je suis encore bonne ou bon à quelque chose.

Heureux ceux qui m'aident à vivre l'automne de ma vie...

Saint Vincent de Paul

Publié le par Yvette
Publié dans : #Mes chats d'occasion
 
Dans la série  "les chats de ma vie",
voici la famille Siam
L'intéresant dans cette histoire c'est la façon dont nous avons capturé deux bébés chats sauvages avec leur mère!
 
 
 
La famille Siam
 



En haut, les jumeaux: Théo (de dos) et Tiffany
En bas Minette ( la mère à l'arrière) et Tiffany



 

 

 

 Je sais l'histoire est longue mais elle valait le coup d'être racontée.

La famille Siam, Juin 2002

Pourquoi Siam ? Parce que la maman était siamoise et les deux petiots comme elle, mais avec de grands poils, genre Sacrés de Birmanie.

La mère , surnommée Minette, qui appartenait à une voisine, peu soucieuse de la santé de ses chats, avait l’habitude de venir partager les restes (et même plus) de soupe et de croquettes de mes loupiots, que je mettais devant la maison à l’abri, avec Pitchoune, Titus , Grisondin et parfois Mina, tous chats de la rue.

Un jour je me suis rendue compte qu’il y avait deux petits ventres qui s’arrondissaient, Minette et Pitchoune la jeunette toute noire.

Ah là là, que faire ? J’ai suivi l’évolution. Et elles ont fini par s’absenter toutes les deux, ensemble. Là je me suis dit, elles sont rentrées au bercail, chez leurs maitres.

Que nenni, Pitchoune, elle, est venue accoucher devant chez nous (j’en parlerai une autre fois) et Minette, elle, je ne la voyais que de temps en temps. Parfait, elle était retournée chez sa maîtresse.  Mais quand-même je trouvais drôle, elle ne prenait pas la bonne direction. Je la voyais entrer dans un terrain vague un peu plus loin. J’en parle à une voisine, qui me dit : « je crois qu’elle a accouché sous mon sapin, mais après elle est allée avec ses petits dans mon caveau et forcément je l’ai chassée ». Eh, bien, voyons ! Rien que de plus normal !

A partir de là, j’ai noté tous les jours mes faits et gestes de même que les siens.

Mais auparavant, un soir de pluie et de tempête elle était venue, la nuit miauler devant ma porte, je l’ai fait entrer,  elle a mangé, je voulais la garder mais elle redemandait à sortir. Et puis on s’est dit : et si elle avait des petits, ils vont être seuls ! Alors remise dehors.

 Et à partir de là, surveillance rapprochée !

J’ai fini par aller dans ce terrain qui avait de très grandes herbes, aussi hautes que moi, et j’ai appelé : « Minette, Minette » et que vois-je sauter sur le mur ? ma Minette qui me répondait. Pourtant ce nom, je venais juste de lui donner mais ma voix, elle la connaissait.  Et là fière, très fière, elle m’a entraînée vers un buisson de ronces, nous étions en juin, donc feuillu. Et que vois-je sur ces branchages piquants ? un adorable petit derrière blanc avec une queue beige, une petite boule toute gonflée. C’était bien ça, elle avait fait son nid dehors dans la nature.

Dans la journée j’y suis allée 6 fois, je voulais savoir combien de bébés il y avait. A chaque fois, je n’en voyais qu’un.

Là je dois dire que j’étais très inquiète ne sachant pas quoi faire. Car il y avait Grisondin, qui rôdait, il suivait la minette partout. Etait-elle en chaleurs ? Et le comble, les petits car en fin de compte il y en avait deux suivaient ce fameux père adoptif ou bien  géniteur. Une famille paraissait être formée.

Mais où tout s’est précipité c’est quand j’ai appris que le terrain allait être rasé, enfin fauché. J’en ai encore des frissons quand j’y repense.

Il fallait que j’apprivoise rapidement ces deux merveilleux bébés sauvages. D’abord avec de la nourriture mais ils n’étaient pas sevrés. Donc je mettais du lait mais avec, à côté, de la pâtée. Sauf qu’il fallait compter avec les hérissons et les autres chats. Je faisais la navette 5 à 6 fois par jour. J’étais épuisée, pas encore remise de ma maladie.

Impossible de les approcher. Ils ne mangeaient que quand la mère  voyait que je m’éloignais et ainsi ils arrivaient.

Là, je fais un petit écart !

A chaque fois que j’allais les voir, je leur parlais, il fallait qu’ils s’habituent aux humains, Michel venait aussi avec moi, il le fallait.

Et puis aussi, il a fallu que j’emmène la mère chez le véto, il fallait que je sache si elle n’était pas enceinte ! Non, pas visible ! Ce qui était adorable, c’était que quand ils avaient fini de manger la mère les appelait et se couchait dans une petite clairière d’herbe qu’elle avait façonnée, et ils la tétaient. Un magnifique spectacle. Un jour que je me suis attardée un peu trop elle s’est approchée de moi, s’est frottée à mes jambes et m’a mordu le mollet, il fallait que je parte, alors elle a rappelé ses bambins, c’était l’heure !

J’avais encore un sujet d’inquiétude. J’en avais parlé à une autre voisine, qui n’a rien fait de mieux que d’aller les voir avec deux petites filles. Cela a dû être la débandade ! Je suis restée 3 jours sans voir la famille. Je tremblais pour eux.

Le jour où je les ai revus, j’ai pris la décision de les piéger. Il nous a fallu la journée pour y arriver.

J’avais pris un panier avec porte frontale. J’ai attaché une grande et grosse ficelle bien solide et j’ai fait un système de fermeture rapide. J’ai fait plusieurs essais dans le jardin chez nous, il fallait que je puisse fermer cette porte de loin sans qu’ils me voient. Et surtout il fallait que me deux bébés entrent ensemble dans le panier où j’avais prévu de mettre du lait et de la pâtée.

Et nous voilà partis Michel et moi, avec notre panier sous le bras, notre grande ficelle et la nourriture. Le matin nos bébés étaient là.

 Donc on fait un essai, mais à chaque fois un seul arrivait à entrer, pas les deux. Je répète que les herbes étaient très hautes, on pouvait facilement se cacher dans cette savane. Le panier installé, nous partions jusqu’au bout de la ficelle. Panier ouvert mais bien bloqué, bien sûr.

A midi le piège n’avait toujours pas fonctionné. Nous étions en planque dans les fourrés pas loin. Quelle déception !

 Mais têtus quand il s’agit de sauver un chat, nous sommes retournés vers 13h30. Et là, c’est la mère qui est entrée dans le piège et les loupiots ont suivi. Vite on tire sur la ficelle, la porte se ferme, il fallait tenir bon, nous étions loin du panier. J’avais peur en fermant la porte avec la sécurité, car les pattes passaient au travers, ça criait, ça crachait mais c’était enfermé avec la pâtée et le lait en vrac. Ca dégoulinait de partout. Et là vite fait, on retraversa le champ, avec le panier sous le bras, les chats se jetant sur la porte, on retraversa la rue et quelques maisons plus loin nous étions chez nous. Vite fait, on les a monté dans la chambre, et on a ouvet le panier. La mère est sortie mais les petits ne bougeaient plus, il a fallu renverser le panier, ils étaient les pattes écartées, ça payait ! il aurait fallu filmer ça. Vite, ils se sont cachés tous les trois sous le lit et nous, vite, on les a laissés se calmer et on est descendu. Tout s’est passé très "vite".

Il nous a fallu 12 jours pour les attraper ! nous étions le 14 juin 2002 ( Ils sont arrivés à 6 cette année-là en plus des six que nous avions auparavant et Mina a fait le numéro 13 l’année suivante !)

Je reprends ! La mère leur a montré que le lit c’était bien et qu’on pouvait dormir dessus. Nous étions tous tranquilles, moi surtout car je me fatiguais à faire ce trajet plusieurs fois par jour et la mère ensuite, ses petits étaient à l’abri avec de la nourriture. Tout de suite on a appris la litière, les loupiots étaient propres.

Michel a retrouvé sa chambre, il me disait que la nuit souvent il y avait deux ou trois paires d’yeux qui le regardaient, trois minous bien installés au pied de lit.

Alors on a décidé de les appeler Théo, le garçon et Tiffany, la fille. Nous avions 6 chats à ce moment-là, d’un coup la famille a augmenté. Minette n’était pas dépaysée, elle avait retrouvé sa copine de rue : Pitchoune qui avait eu le temps d’être opérée. Cela faisait deux mois qu’elle était chez nous et n’a jamais voulu ressortir, trop bien chez nous !

Ils ont grandi ! Tiffany était très sauvage toujours collée à sa mère, contrairement à son frère qui était pot de colle !

 De la chambre en haut on peut accéder au jardin grâce à un grand escalier. Il y a une petite terrasse. Les petiots ont grandi, on leur a appris à jouer avec une brindille et une balle de ping-pong. Et puis toujours fidèle à mes labyrinthes en trois dimensions, je leur en ai confectionné avec des cartons et la joie ! ça rentrait, ça sortait ! Bon ! C’est bien tout ça mais la mère s’impatiente, elle veut sortir, donc elle va sur la terrasse mais ne veut pas que ses petits descendent. Alors elle descend et va commencer à faire le vide autour d’elle. Personne ne doit monter l’escalier. Ses petits sont sur la terrasse que l’on a barricadée pour ne pas qu’ils tombent au travers de la rambarde en fer forgé, c’est dangereux.  Petit à petit on a retiré la barrière et ils sont descendus, mais lentement. Minette les appelait, les incitait à descendre. Mais avant, elle avait bien vérifié s’il n’y avait pas d’autre quadrupède dans les parages.

Et puis tout s’est fait normalement. Le matin on sortait dans le jardin et on rentrait au sifflet le soir.

Maman Minette est morte en 2007, tumeurs dans ses mâchoires et insuffisance rénale. Tiffany a été malheureuse, elle essayait de chercher de l’affection auprès de son frère mais il la repoussait. Elle avait la sale habitude de patouner sur son dos, comme elle le faisait avec sa mère. Tiffany que l’on avait surnommée Fifi, elle, nous a quittés aussi en 2010. Insuffisance rénale. Nous ne pouvions pas la toucher, la caresser, trop sauvage. Je ne pouvais pas contrôler son poids. Elle avait beaucoup maigri. Maintenant nous avons toujours Théo qui est grand copain avec Patapon. Il a douze ans et il est splendide, toujours un beau pelage et quand il me voit dans le jardin, il braille pour avoir des caresses. C’est étonnant, son poils n’a pas de nœuds, de mottons alors que sa sœur, c’était une vrai serpillère. Il fallait qu’on la coince avec de gros gants pour lui enlever cette couverture qu’elle avait sur elle !  Théo a l’air en bonne santé.

Un jour il a réussi à faire le « mur », enfin il a réussi à trouver une faille dans la clôture et a réussi à aller dans le terrain derrière. Il nous a fallu des heures de patience pour le faire rentrer par la petite ouverture qu’on avait faite dans le grillage. Depuis il n’est pas reparti.

Voilà l’histoire de cette petite famille que j’ai gardée car je n’ai pas voulu les séparer. La mère si je l’avais remise dehors elle aurait recommencé à faire des petits, elle serait peut-être retournée chez elle, il est vrai qu’elle pouvait sortir mais elle rentrait tous les soirs. Elle attendait dans le jardinet devant, je faisais manœuvrer la poignée de la porte et c’était le signal, elle arrivait aussitôt. La petite, elle cela aurait été un drame, je pense que son cerveau ne devait pas être bien net, c’est triste à dire. Quant à Théo, le jeunot, il n’était pas question de s’en séparer, trop attachant. Et puis on n‘en était plus à une famille près, j’avais déjà eu la famille Coq et tout s’était bien passé !

 

 

 

 

 

 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Plaisir des mots, #musique
Bienfait de la musique.

Quand je songe au bienfait de la musique, à la richesse qu'elle apporte, à la noblesse qu'elle confère, à l'accent qu'elle met sur toutes nos pensées, sur nos sentiments et sur nos émotions, je m'étonne que son enseignement ne soit pas absolument obligatoire et poussé fort loin, partout, sans défaillance.

Georges Duhamel

Bienvenue sur mon blog

 

 

 

 

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

 



"Vieillir,
c'est quand on dit : Tu
à tout le monde,
et que tout le monde
nous dit : Vous"

 
 
 
 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

Articles récents

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

 

Hébergé par Overblog