Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Articles avec #jardin nature catégorie

Publié le par Yvette
Publié dans : #bucolique, #Glycine, #Jardin nature
Ma glycine s'en donne à coeur à coeur-joie !
Ma glycine s'en donne à coeur à coeur-joie !
Ma glycine s'en donne à coeur à coeur-joie !
Ma glycine s'en donne à coeur à coeur-joie !
Ma glycine s'en donne à coeur à coeur-joie !

C'est beau une glycine, mais quel travail.

Toujours surveiller si les longues tiges ne vont pas chez les voisins,

 toujours tailler, et surtout toujours nettoyer!

Car ça n'en finit jamais de tomber:

Les fleurs fanées, les feuilles...

Mais ça en vaut la peine!

C'est si beau.

Cet article est édité dans la communauté:

Jardins nature

Publié le par Yvette
Publié dans : #bucolique, #jardin nature, #absinthe

Article édité dans la communauté "Jardins et nature" : voir ici

Mon herbier: l'absinthe
Mon herbier: l'absinthe
Photos prises dans mon jardin
Photos prises dans mon jardin

Photos prises dans mon jardin

Manou qui est passé sur mon blog me dit que ce n'est pas de l'absynthe mais de la TANAISIE.

Mais la différence d'aspect est minime.  le reste aussi je suppose

 

Je peux dire que c'est une  plante  très vivace. Ca pousse partout dans notre   jardinet    devant et même sur le trottoir !

C'est coriace, j'ai lu que ça peut vivre plus de 10 ans, ça sent très bon. Cette plante est très ancienne et connue à notre époque pour sa liqueur dont la fabrication  a été interdite car son abus provoquait de graves intoxications voire hallucinations. Cette liqueur ou apéritif selon la façon dont on la dégustait faisait l'occasion de tout un cérémonial quand on la versait sur un sucre déposé sur une cuillère spéciale. Mais l'interdiction a été levée.

C'est une plante très ancienne , citée dans un papyrus datant de 1600 avant J-C.

Elle aurait beaucoup de vertus: Pour l'appétit, la digestion, le mal des transports, les plaies etc.

Je ne m'en suis jamais servie, ne me contentant que de la sentir, de  la regarder et parfois d'empêcher sa prolifération.

 

 

Publié le par Yvette
Publié dans : #Expressions françaises, #Plaisir des mots, #jardin nature, #pâquerettes
Au ras des pâquerettes.

Les pâquerettes survivant très bien aux tontes répétées même très rases dans un gazon, où elles sont particulièrement visibles, elles ont donné lieu à l'expression « au ras des pâquerettes » signifiant « au ras du sol » et, métaphoriquement, « sans intelligence ». Wikipédia

D'un niveau peu élevé, terre-à-terre dans son sens propre. Désolant, minable dans son sens figuré.

  "Au ras des pâquerettes" signifie physiquement très bas, la pâquerette étant une petite fleur. Mais très vite, un sens figuré voit le jour. La langue française a tendance à se servir des métaphores de la hauteur pour parler de choses de qualité. Ainsi, une chose importante et de bon niveau sera "haute" à l'inverse de quelque chose de médiocre qui sera "basse". Le XVIe commence à évoquer cette expression "ras terre avec les pâquerettes" puis elle est reprise au XVIIIe avec "à ras de terre avec les pâquerettes". Petit à petit, "de terre avec" est supprimé. L'image de la pâquerette est conservée pour son caractère médiocre, banal.

Source: l'internaute

Publié le par Yvette
Publié dans : #Expressions françaises, #Plaisir des mots, #jardin nature
Se faire du mouron.

Du mouron il y en a dans les champs et j'ai toujours entendu dire qu'il ne fallait pas que les vaches en mangent car c'était mauvais pour le lait. Est-ce vrai?

Pour l'expression : se faire du mouron voici ce qu'en dit Expressio.

 Il s'agit d'une plante répandue dans les régions tempérées d'Europe où elle pousse en grosses touffes abondantes. C'est de ces touffes qu'est née la métaphore argotique qui, au XVIIIe siècle, désigne aussi bien les cheveux qu'une touffe de poils. En se basant sur cette acception et en faisant l'impasse sur le petit détail de la couleur, se faire du mouron est donc bien identique à « se faire des cheveux ». Et si cette forme de la locution est arrivée assez tardivement, on trouve déjà en 1768, selon le DHLF (Lien externe), l'expression imagée ne plus avoir du mouron sur la cage pour dire « être chauve ».

source: Expressio

Je ne connaissais pas l'expression: ne plus avoir de mouron sur la cage!!

Bienvenue sur mon blog

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

399 070


 

 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

Articles récents

Archives

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


 

 
 

Hébergé par Overblog