Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
BEJAR PASSION

BEJAR PASSION

MES PASSIONS AU FIL DES JOURS

Publié le par Yvette
Publié dans : #Tableau du samedi, #Morisot, #Peintres célèbres
Cache-cache Berthe Morisot! Le tableau du samedi chez Lady Marianne

Dans ce tableau on ne trouve que légèreté, finesse,  élégance, sur un fond de nature qui m'attire.

Voici quelques extraits que j'ai trouvés chez Wikipédia.

Berthe Marie Pauline Morisot, née le 14 janvier 1841 à Bourges et morte le 2 mars 1895 à Paris  est une peintre française, membre fondateur et doyenne du mouvement d'avant-garde que fut l'Impressionnisme.

Les étapes de la carrière de Berthe Morisot ne sont pas très marquées, car elle a détruit toutes ses œuvres de jeunesse. C'est à peine si l'on discerne une influence d'Édouard Manet ou de Pierre-Auguste Renoir vers la fin de sa vie. Après sa mort, la galerie Durand-Ruel a organisé une rétrospective de ses peintures, aquarelles, pastels, dessins et sculptures : il y avait plus de quatre cents pièces.

Berthe Morisot était une « rebelle ». Tournant le dos très jeune à l'enseignement académique du peintre lyonnais Chocarne, elle a fondé avec Claude Monet, Auguste Renoir, Alfred Sisley, Camille Pissarro, Edgar Degas le groupe d'avant-garde les « Artistes Anonymes Associés », qui allait devenir la Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs regroupant des impressionnistes. Sa volonté de rupture avec les traditions, la transcendance de ses modèles, et son talent ont fait d'elle « la grande dame de la peinture » selon Anne Higonnet.

 

Cet article est édité dans la communauté .

Le tableau du samedi de lady Marianne

Publié le par Yvette
Publié dans : #Défi d'Evy, #Plaisir des mots
Image regard9

Image regard9

Yvette , un dimanche!

Ce matin dimanche, il fait beau, 7h !

Je me lève, donne à manger à mes petiots et les fais sortir.

Et puis je prépare mon thé avec pain maison complet aux graines, et moult confitures maison aussi. Et puis je m’habille vite fait sans toilette !

 Je mets ma confiture de coing/ rhubarbe en route.

Cinq petits pots.

 J’ai gardé des coings pour mes framboises, ça fait mieux tenir la gelée.

10h30 : douche, je vais enfin m’occuper de moi.

 J’entends Théo qui hurle dans le jardin, malgré le tas de médoc que je lui donne. Il va sur ses seize ans

Je regarde toujours à la porte côté rue, pour voir si mon Titi n’est pas revenu. Mitou l’attend.

Non, personne ! Il est parti dimanche dernier sous la pluie, et je ne l’ai pas revu. Pour moi il est retourné chez lui après m’avoir lestée du prix d’une opération au cou suivi d’un coryza/angine. Treize mois de bonheur avec ce gros père mais aussi de soucis.

Midi ! Je n’ai pas faim ! Tidej trop copieux ce matin !

Midi et demi ! Omelette poivrons, tomates, épices aïl !

Gourmandise au chocolat, j’adore ! Le tout bien arrosé d’eau d’Hépar !

Je débarrasse vite fait car je dois déblayer mon garage : mon lave-linge, mortibus ! A la casse ! et un new va m’être livré demain à 10h. Ce garage, grand, me sert d’arrière cuisine enfin plutôt de dépotoir, car j’ai descendu beaucoup d’affaires, outillage etc. de l’atelier de mon mari pour éviter d’avoir à monter quand j’ai besoin, car je suis bien obligée de bricoler à mon tour par la force des choses, mais je suis allée à bonne école avec mon homme.

Donc le portail coulissant ne sert pratiquement jamais. Titine à quatre roues dort sous la glycine.

 Et j’ai bien fait de m’y prendre à l’avance, car j’ai eu un mal fou à l’ouvrir et le faire manœuvrer. Avec force graisse rose et huile d’olive, (eh ! oui, plus de graisse liquide) tournevis, marteau, compte-gouttes! Quand j’ai réussi à l’ouvrir, quel soulagement!

Je stoppe là car je suis fatiguée, j’ai assez travaillé pour un dimanche. Je vais aller m’assoupir devant la télé.

Alors salut les amis.

Cet article est édité dans la communauté:

Le jardin virtuel, les défis de la plume d'Evy

Couverture

Publié le par Yvette
Publié dans : #Tableau du samedi, #Courbet, #Peintres célèbres
Courbet Gustave, le chêne de Flagey ou chêne de Vercingétorix. Le tableau du Samedi Chez Lady Marianne
Toujours passionnée par les arbres et les peintres qui les ont mis en valeur, je vous présente ce superbe tableau.
 
 
L'histoire de ce tableau est originale à plus d'un titre. Il représente un chêne qui se trouvait à Flagey, village franc-comtois où le père du peintre possédait des terres. Juliette Courbet, sa sœur, destinait initialement cette œuvre au musée qu'elle voulait créer en l'honneur de Gustave à Ornans. Mais la peinture avait quitté la Franche-Comté en 1898 pour les Etats-Unis puis avait été ensuite rachetée par un collectionneur japonais en 1987.
Le monde Culture
 

 

Le chêne représenté a aujourd'hui disparu, terrassé par la foudre[1].

La peinture réalisée en 1864 est vendue dans les années 1880 par Juliette Courbet, la sœur de l'artiste, au banquier Henry C. Gibson. Elle est offerte à la Pennsylvania Academy of the Fine Arts de Philadelphie en 1896 à la mort de ce dernier. Puis, elle est mise en vente en 1987 chez Sothby's New York et acquise par un collectionneur japonais, Michimasa Murauchi, pour 450 000 USD. En 2012, le musée Corbet l'acquiert pour 4,5 millions d'euros grâce à 2,7 millions d'euros de dons privés et 1,3 million d'euros de fonds publics.

Wikipédia

 

Cet article est édité dans la communauté .

Le tableau du samedi de lady Marianne

Publié le par Yvette
Publié dans : #Plaisir des mots, #Défi d'Evy
Les mots, défi de la plume d'Evy, des mots pour le dire

Des mots pour le dire

 

Ils viennent de la nuit des temps,

Innombrables

Qui les a semés ?

Ils ont envahi la terre, les peuples,

Avec des accents au goût d’eau salée,

De montagnes arides,

De déserts, de moissons.

 

Qui sont-ils,

Ces mots apaisants de la mère se penchant vers l’enfant

Pour lui sécher les larmes,

Attendant le premier mot qu’il lui ânonnera,

Les mots écorchés, pleurés,

Criés par caprice.

Les suites de mots appris par cœur sur les bancs de l’école,

Lus dans les livres de classe,

 

Les mots que l’on garde en soi

Attendant le moment pour les dire,

Ces mots tendres, ces mots d’amour

Ces mots attendus par l’enfant,

Prononcés par la femme

Dans les bras de celui qu’elle aime

 

Où vont-ils ces mots ?

Quand ils courent, volent, s’enflamment,

Riment sous la plume du poète,

Quand ils chantent par-dessus les frontières.

Ces mots colorés du rouge sang de la guerre,

Du noir de la colère et de la misère.

 

Ces mots délivrés dans les messages d’amour et de paix.

Ces mots pour faire triompher du mal, du faux,

Stimuler les cœurs,

Et donner à la vie une lueur d’espoir.

 

S’arrêteront-ils un jour ces mots ?

Celui qui, sur son lit d’agonie,

Cherche en vain à retenir la vie,

Aura-t-il le dernier mot ?

 

                                       Yvette

 

Cet article est édité dans la communauté:

Le jardin virtuel, les défis de la plume d'Evy

Couverture

Publié le par Yvette
Publié dans : #Tableau du samedi
Eugène Boudin chez Marianne, le tableau du samedi, Marée Basse à Etaple

Eugène Boudin et ses "ciels" de bords de mer. Une merveille. Il a dû en passer des heures devant cette mer qu'il aimait. On voit les pêcheurs à pieds mais ce qui domine : c'est le ciel. Il donne envie de reprendre les pinceaux.

( Euh!!! Je vais vous étonner, mais ça y est le chevalet est en place, la toile prête. Y a plus ka  ! Un grand tableau pour ma fille, mais là cela va me demander du temps avant que vous puissiez le voir, plus trop de temps la mémé. Sujet : un lever de soleil sur la rivière avec forcément les reflets des nuages dans l'eau. Presque trois ans sans peindre!)

 

Eugène Boudin rédige  en 1867 à l'attention de son frère Louis, écrivain à ses heures perdues, Notes d'un voyage en Bretagne (1867), texte publié en 1924 par le mercure de France où il décrit la vie quotidienne dans la région d'Hanvec, Le Faou, rumengol à cette époque. Il s'inspire pour ces scènes rurales du travail de Jean-François Millett : "Etudier cette belle figure d'homme appuyé sur son bâton, se souvenir de Millet, le berger, mais étudier le beau fond limpide et plein d'air et donner à cela un aspect saisissant." Observer les paysans bretons habitués "au rude labeur des champs, au pain sec et à l'eau" lui inspire un enthousiasme qui génère parallèlement chez lui "une certaine honte à peindre la paresse désœuvrée", ces "parasites dorés" des plages de Trouville-Deauville[

Extrait Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%C3%A8ne_Boudin

Cet article est édité dans la communauté .

Le tableau du samedi de lady Marianne

Bienvenue sur mon blog

 

 

 

 

 

 

Nombre de visiteurs depuis le 04 04 2008

 



"Vieillir,
c'est quand on dit : Tu
à tout le monde,
et que tout le monde
nous dit : Vous"

 
 
 
 
 
La liste de mes amis blogueurs est trop longue pour être mise sur cette page. Si vous voulez la consulter, allez ci-dessous, dans Activité du Blog et vous les trouverez.

 

Articles récents

Merci à Vous!

 

Merci de votre visite.
N'hésitez pas à revenir,
la porte est ouverte
de jour comme de nuit...
Les poèmes signés Béjar ou Yvette
sont ma propriété et je vous demande de ne pas me les "emprunter" sans mon autorisation.
Merci à vous et à bientôt

Mon livre sur Gouraya.

 


Nos amis les animaux.

 

 

 

X
 
 
 

 

Hébergé par Overblog